En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

(Mise à Jour) Brevets Microsoft : la réponse de Linux Foundation

Agacé par les propos de l'éditeur, le consortium dédié au logiciel libre montre les dents, prêt à défendre les intérêts de la communauté.

laisser un avis

Mise à jour (29 mai 2007)

A la suite des déclarations du PDG de Microsoft, Steve Ballmer, dans le magazine Fortune, Jim Zemlin, le directeur de Linux Foundation, vient de publier une tribune dans BusinessWeek pour rassurer la communauté du logiciel libre.
Ainsi, Jim Zemlin précise qu'en cas d'attaques judiciaires sa fondation n'hésitera pas à utiliser le fonds collecté pour défendre les développeurs et les utilisateurs. Il explique également avoir une autre arme de dissuasion, à savoir les brevets logiciels des acteurs de l'écosystème Linux, qu'ils soient membres de Linux Foundation ou de l'Open Innovation Network. Des sociétés de taille considérable font partie de ces deux organisations, comme IBM, Oracle, Philips, Sony, Intel, HP, Fujitsu, Hitachi ou NEC. Agrégés, leurs portefeuilles de brevets constitueraient un formidable arsenal de contre-attaques.
Jim Zemlin demande donc à la firme de Redmond d'arrêter ses campagnes d'intimidation. Il propose à l'éditeur d'?"uvrer en commun pour réformer le système de protection intellectuel américain, pour qu'il soit plus efficace et plus raisonnable. Des poursuites judiciaires interminables ne feraient, en fin de compte, qu'une seule victime : le client final.

Première publication le 14 mai 2007
Selon Microsoft, les logiciels libres utilisent 235 de ses brevets
Pour la première fois, l'éditeur donne des précisions quant aux violations de la propriété intellectuelle générées par l'open source.
La paix armée entre Microsoft et le monde du logiciel libre va-t-elle bientôt se transformer en guerre ouverte ? En tous les cas, l'éditeur de Redmond fait monter la pression en précisant au magazine ' Fortune ' le nombre de ses brevets que les logiciels libres violeraient, à savoir 235.
Plus précisément : 42 brevets Microsoft seraient utilisés dans le noyau de Linux, 65 dans son interface graphique, 45 dans la suite OpenOffice, 15 dans des applications de messagerie et 68 dans divers autres logiciels open source. Toutefois, impossible de savoir quels sont exactement les brevets dont il est question, et comment va faire Microsoft pour faire respecter la loi.

Europe, terre promise

Néanmoins, le message sous-jacent que souhaite faire passer Microsoft reste clair : il a identifié les brevets qui posent problème et, si rien n'est réglé, la prochaine étape se passera devant un tribunal. Et dans ce cas, les premiers visés seront les distributeurs et les utilisateurs de ces logiciels open source, du moins ceux situés en Amérique et au Japon.
Selon les défenseurs de l'open source, les manquements à la propriété intellectuelle auxquels Microsoft fait allusion ne concernent pas le marché européen. ' Les brevets logiciels sont interdits en Europe. Pour les utilisateurs européens, il n'y a donc pas lieu d'avoir peur. Microsoft n'a tout simplement pas de prise ', affirme Loïc Dachary, président de l'association Free Software Foundation France. Chez Microsoft, on reconnaît, sans s'avancer plus loin, que les règles diffèrent effectivement entre les Etats-Unis et l'Europe.
Depuis de nombreuses années, Microsoft essaye d'endiguer la diffusion des logiciels libres et les brevets logiciels représentent une arme particulièrement redoutable. Jusqu'à présent, l'éditeur n'a pas souhaité de confrontation directe, mauvaise pour son image. Il a préféré négocier directement avec les distributeurs Linux. Ces négociations sont loin d'être simples, car la licence GNU Public Licence (GPL), à laquelle Linux est assujetti, interdit tout paiement de royalties. Il en résulte des accords de contorsionnistes, comme celui signé avec Novell en novembre dernier.

La GPLv3 empêche toute négociation

Sur le plan juridique, ce contrat constitue un véritable pacte de non-agression en cas de manquement à la propriété intellectuelle par l'une des parties. Microsoft en a profité pour dire qu'implicitement Novell reconnaissait l'utilisation de ses brevets logiciels dans Linux. Ce que Novell a vivement réfuté.
Pour resserrer les mailles du filet, la Free Software Foundation a ajouté le 28 mars dernier une nouvelle clause à la future version 3 de la GPL, permettant d'exclure ce type d'accord. ' Le raidissement dogmatique de certains acteurs n'est pas constructif, explique Marc Mossé, directeur des affaires publiques et juridiques chez Microsoft France. Nous ne sommes pas dans une logique d'affrontement, mais préférons construire des ponts pour satisfaire les attentes des utilisateurs en matière d'interopérabilité. '
Pour Microsoft, les marges de man?"uvre commencent toutefois à se réduire. Au final, l'éditeur devra faire le choix entre laisser tomber ou aller au procès, éventuellement contre ses propres clients.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Désinfectez votre PC avec une clé USB
Les Français en pleine love story avec les Anglais, Éric Bantegnie, un héros numérique trop méconnu, Criteo entre au Nasdaq
Comptez-vous remplacer vos Blackberry par des terminaux Windows Phone ?
Les contrats de la quinzaine
Études et essais
“ Grâce au digital, les consommateurs sont en train de prendre le pouvoir ”
Leur système d'échange de maisons fait un carton
Florajet offre un bouquet de technos à ses fleuristes
Chez Rip Curl, la douane n'est plus qu'une formalité numérique
Idées de business
La Poste regroupe ses douze sites marchands en une même boutique
Il protège vos données même hors de l'entreprise
Les nouveaux fleurons français du high-tech
Une flopée de jeunes pousses aux ambitions mondiales
Un secteur où nos ingénieurs restent parmi les meilleurs
La relève du géant parisien Criteo est déjà assurée
Ils ont plus d'avenir qu'Alcatel !
Notre nouveau pôle d'excellence
La visite de sites prohibés sur le lieu de travail est-elle punissable ?
Le meilleur des blogs, les buzz, les débats et les commentaires sur l'actualité