En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Paysans chinois, équipez-vous !

Avec la crise, les constructeurs informatiques et les opérateurs de télécoms lorgnent les paysans chinois. Autant de clients potentiels... à convaincre d'abord.

laisser un avis

Planète IT

En direct de New Delhi, de Pékin et de San Francisco, nos chroniqueurs livrent chaque semaine leur regard amusé, admiratif ou critique sur la high-tech saveur locale.

La crise touche durement le secteur des nouvelles technologies chinois. Du coup, tous les regards se tournent vers les campagnes et leurs millions de clients potentiels. Mais il faut d'abord convaincre les consommateurs. L'Etat vient donc de mettre en place une subvention de 13 % pour l'achat de biens technologiques en zone rurale. ' J'aurais pu acheter 10 kg de mouton grâce à la subvention. C'est comme si le gouvernement me faisait un cadeau pour la nouvelle année ! ', explique un paysan dans un média de propagande officielle après l'achat d'un téléviseur.
Mais voilà, dans les campagnes, acquérir un ordinateur n'est pas forcément une priorité. Et pour cause, à moins de 200 euros, l'écran LCD de 26 pouces représente tout de même une lourde dépense pour un agriculteur moyen en Chine. Autour de Pékin, le revenu annuel dans un village avoisine les 1 200 euros au mieux. Les constructeurs vont donc devoir aller à la rencontre de ces nouveaux clients et les séduire.
' Nous avons déjà mené des actions de proximité en allant de village en village avec un minibus ', raconte Yan Shunli, vendeur pour Lenovo dans une zone rurale du nord-est du pays. ' Désormais la plupart des jeunes savent utiliser un PC et nous comptons aussi sur les travailleurs migrants qui ont perdu leur emploi en ville ', commente-t-il. Estimés à 20 millions, les nouveaux chômeurs chinois quittent les villes pour retrouver leur campagne d'origine. ' Il faudra bien qu'ils fassent quelque chose et un ordinateur peut les aider à trouver plus d'opportunités. Par exemple, vendre des produits locaux en ligne ', affirme Yan Shunli.
De leur côté, les opérateurs de télécoms suivent la même logique. Ils proposent des mobiles subventionnés dans certaines régions ainsi que des services dédiés aux paysans. Moyennant deux euros par mois, China Mobile informe déjà en continu via SMS plusieurs millions d'abonnés sur l'évolution des marchés agricoles. Un bémol toutefois : si le marché rural peut aider le secteur des nouvelles technologies en Chine à éviter la catastrophe, il ne faut pas rêver. ' Même avec assez d'argent, mes parents ne risquent pas d'acheter un ordinateur en ce moment. Avec la crise, tout le monde attend avec inquiétude de voir ce qui va se passer dans mon village ', conclut un ami, étudiant en informatique.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Alibaba Group, les maîtres de l'e-commerce à l'échelle planétaire
Censure du Web : l'Inde aussi ?
Charité bien ordonnée commence par la Silicon Valley
Des virus informatiques compromettent l'accès aux plus prestigieux MBA indiens
Des millions de virus pour une poignée de mots de passe
Des délocalisations à la campagne
L'iPhone et la Chine ou comment Apple s'est fait croquer !
Les services secrets indiens en guerre contre Skype
L'espionnage économique en procès dans la Silicon Valley
Embauches, le retour...
Les équipementiers télécoms chinois ont le vent en poupe
La Silicon Valley menacée par le vieillissement de ses employés ?
Certains ministres indiens sont trop branchés, d'autres pas assez
E-commerce en Chine, un nouvel eldorado ?
Retards en cascade pour le projet pilote de modernisation de l’administration indienne
Potagers virtuels et productivité ne font pas bon ménage
Des commandos pour assurer la sécurité des SSII...
Le centre de formation d'Infosys, « comme le Parthénon, en plus grand »...
Les 60 ans de la Chine communiste donnent des ailes au télétravail
Les chômeurs créent des sites Internet d'entraide... aux chômeurs