En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

' " Dark " McBride tente un énième retour '

sommaire

Voir tout le sommaire  
' SCO a toujours une ardoise de 2,5 millions de dollars chez Novell '
Pierre Berlemont, chef de rubrique à 01 Informatique
Caramba, encore raté ! On pensait les soucis juridiques de Linux face à SCO enterrés depuis deux ans pile poil. C'est en effet en août 2007 qu'un juge américain accordait la propriété intellectuelle d'Unix à Novell, et non à SCO, les utilisateurs de Linux pouvant alors respirer : on voyait mal Novell, éditeur de la distribution Suse Linux, attaquer les utilisateurs du système d'exploitation libre. Sans surprise, SCO avait fait appel. Et là patatra ! Une cour d'appel américaine vient de modifier le jugement. Ou plus exactement a estimé qu'un nouveau procès devait avoir lieu, pour savoir qui de Novell ou de SCO détenait réellement ces fameux copyrights.
Evidemment, Darl McBride, le PDG de SCO, a aussitôt affirmé que c'était une ' bataille clé que [SCO] a gagnée '. Tempérons tout de suite son enthousiasme. La cour d'appel ne se prononce pas sur le fond, à savoir qui peut jouir de la propriété intellectuelle d'Unix. D'ailleurs, la cour estime bizarrement que les arguments de Novell sont plutôt étayés. D'ailleurs, elle ne revient pas sur l'amende : SCO a toujours une ardoise de 2,5 millions de dollars chez Novell. Alors que va-t-il se passer maintenant ? SCO se voit déjà relancer sa procédure contre IBM - qu'il accuse d'avoir cédé des lignes de code d'Unix à Linux. Sauf que la boîte est en liquidation judiciaire et qu'un administrateur a été nommé cet été. SCO a bien tenté in extremis de revendre ses activités Unix en juin, afin de consacrer l'argent ainsi récolté à de nouvelles procédures judiciaires, mais l'administrateur a refusé. Darl McBride a beau faire le beau, les utilisateurs Linux peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles. Il n'empêche qu'après l'épisode Microsoft de cet été - un juge ayant demandé à l'éditeur de ne plus vendre Word pour une question de violation de brevets -, une nouvelle fois, l'informatique, surtout américaine il est vrai, se retrouve sous une menace reposant sur des arguties juridiques. Il serait temps que les Etats-Unis revoient leur législation, en limitant, par exemple, les brevets logiciels, à l'image de ce qui se fait - jusquà maintenant - en Europe.
p.berlemont@01informatique.fr
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Désinfectez votre PC avec une clé USB
Les Français en pleine love story avec les Anglais, Éric Bantegnie, un héros numérique trop méconnu, Criteo entre au Nasdaq
Comptez-vous remplacer vos Blackberry par des terminaux Windows Phone ?
Les contrats de la quinzaine
Études et essais
“ Grâce au digital, les consommateurs sont en train de prendre le pouvoir ”
Leur système d'échange de maisons fait un carton
Florajet offre un bouquet de technos à ses fleuristes
Chez Rip Curl, la douane n'est plus qu'une formalité numérique
Idées de business
La Poste regroupe ses douze sites marchands en une même boutique
Il protège vos données même hors de l'entreprise
Les nouveaux fleurons français du high-tech
Une flopée de jeunes pousses aux ambitions mondiales
Un secteur où nos ingénieurs restent parmi les meilleurs
La relève du géant parisien Criteo est déjà assurée
Ils ont plus d'avenir qu'Alcatel !
Notre nouveau pôle d'excellence
La visite de sites prohibés sur le lieu de travail est-elle punissable ?
Le meilleur des blogs, les buzz, les débats et les commentaires sur l'actualité