En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Alexis Dugas de Baudan (AXA France Services) : ' l'évaluation CMMi a un effet " contagieux " '

En avril dernier, AXA France Services obtenait l'évaluation CMMi niveau 2. Une démarche qualité qui concerne déjà 30 % du portefeuille de projets.

sommaire

Voir tout le sommaire  
Pourquoi AXA s'est-il lancé dans une évaluation CMMi ?
Alexis Dugas de Baudan : Cette action s'inscrit dans le programme de professionnalisation d'AXA France Services, initié en 2004. Pour bénéficier de pratiques homogènes et professionnelles, il faut les formaliser. Tout ne peut pas reposer sur la culture orale. CMMi complète donc notre démarche qualité. Nous nous sommes engagés dans la méthodologie Six Sigma, appelé ici AXA Way. Investir en qualité de service nous aide à passer de la promesse à la preuve. Et, en cas de manquement, à procéder à une forme d'indemnisation.
Quel est le périmètre concerné ?
ADDB : L'évaluation porte sur tous les périmètres métier et sur les projets dépassant une charge de plus de 1 000 jours/homme. Ce qui représente 30 % de notre portefeuille de projets et cela va augmenter. Car CMMi a un effet contagieux. Quelque 150 personnes ont été interrogées, dont une cinquantaine de chefs de projet. CMMi touche de 250 à 300 personnes de la population projet, sans compter celles qui le sont indirectement. Le modèle couvre tout le cycle de projet hors maintenance. Nous avons décidé de procéder à une évaluation en deux temps. A la rentrée 2008, nous avions un peu de retard sur certains volets. Il s'agissait, par ailleurs, de ne pas perturber le déroulement de projets métier à enjeux forts, telle la refonte de notre site internet plus orienté business, qui devaient voir le jour à la fin 2008. L'évaluation CMMi a pour but d'améliorer les projets et non de déstabiliser les équipes. Elle peut être source de stress, l'interview étant perçue comme intrusive. Vous avez sept personnes devant vous, l'une vous pose des questions, les six autres prennent des notes. C'est assez impressionnant
Comment cette démarche a-t-elle été perçue en interne ?
ADDB : Il y a eu une phase un peu scolaire. Même si nous avons fait de la conduite accompagnée avec la société DNV, cela peut être mal vécu ?" du moins dans un premier temps ?" par des collaborateurs aguerris. Certains ont entre quinze et vingt ans d'expérience dans le management de projet. Après avoir mené avec succès des programmes difficiles comme la fusion AXA-UAP, l'an 2000, l'euro, ils doivent désormais apprendre à travailler autrement. Mais après quelques mois, les chefs de projet en tirent les bénéfices. Leurs contraintes sont allégées. Mais il s'agit de bénéfices futurs, que l'on ne peut pas démontrer a priori. Comme le saut d'obstacles pour un cavalier. Il faut faire preuve de conviction. Le management est un levier essentiel et ce, à tous les niveaux. Le top management qui donne l'impulsion et maintient la ' pression '. Le management de proximité qui, s'il n'est pas convaincu, ne mobilisera pas son équipe. Tous les cadres dirigeants d'AXA France Services ont, dans leurs atteintes d'objectifs, des objectifs collectifs, CMMi en fait partie.
Comment avez-vous dépassé ces réticences ?
ADDB : Au-delà des actions de communication, l'accompagnement extérieur s'avère essentiel. Une dizaine d'intervenants de DNV ont apporté des pratiques éprouvées dans d'autres entreprises. Le coaching a duré toute l'année 2008. On ne sortait pas une équipe de sa réalité. Une fois par semaine, les intéressés voyaient les coachs en travaillant sur un cas réel, leur projet. Des ateliers d'appropriation de deux ou trois heures, avec une dizaine de participants, se sont également tenus. Nous réfléchissons aujourd'hui à en faire des formations structurées à destination des nouveaux entrants. Il faut également miser sur la valorisation personnelle. Appartenir à une organisation IT évaluée CMMi est un élément que l'on peut mettre sur un CV. Un niveau d'excellence reconnu sur le marché.

Bio express

1993 : diplômé de Supelec.
1995 : consultant chez Eurogroup Consulting.
2000 : manager chez Altime.
De 2001 à 2004 : entre chez AXA France.
De 2004 à 2006 : responsable de la conduite du changement dans plusieurs projets métier.
2008 : responsable du programme de professionnalisation dAXA France Services.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Morning 01 Business Poste de Travail
Retour sur le Morning 01 Entreprise collaborative
Matinée CIO
Morning 01 Business Cloud computing
Retour sur les Trophées 01 Business de la Sécurité
Morning 01 Business Entreprise Collaborative
Les lauréats 2013 des Trophées 01 Business de la Sécurité
Les Trophées 01 Business de la Sécurité
Retour sur le 1er Morning : Big Data
BYOD, cauchemar ou opportunité pour les DSI ?
Morning 01 Business Cloud
Dîner Club 01
Retour sur la matinée 01 Workstation 2012
Retour sur la Matinée 01 Workstation
Retour sur la matinée Entreprise Collaborative
Retour sur la Matinée 01 Entreprise Collaborative