En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Trouver des avantages au niveau financier et opérationnel

Les éditeurs commercialisent certaines fonctions de la gestion de la chaîne en mode hébergé ou Saas. Ce mode de distribution diminue le coût total des solutions dans un premier temps et en accélère les déploiements.

sommaire

Voir tout le sommaire  
Lissage de l'investissement, temps de déploiement réduit, variabilité du coût... les avantages du mode Saas (Software as a Service) sont particulièrement appréciés par les entreprises en temps de crise. Mais est-il adapté à la gestion de la chaîne logistique ? Si cette façon de distribuer les logiciels connaît un certain succès dans les ressources humaines, la relation client-marketing ou les achats, toutes les études montrent que sa percée dans le supply chain management (SCM) est encore limitée. Pourtant, la situation pourrait rapidement changer. ' Sur l'exercice 2008-2009, notre chiffre d'affaires de systèmes de gestion d'entrepôt en mode Saas a enregistré une croissance de 38 %, illustre Philippe Guilhaumou, directeur des marchés supply chain et transports chez Generix Group. Notre activité de système de gestion de transport en mode Saas progresse aussi fortement. ' Au niveau mondial, Gartner estime que le marché du SCM en mode Saas devrait progresser de 15 % en 2009 pour atteindre 860 millions de dollars, le marché global du Saas étant de 8 milliards de dollars.

Retour sur investissement rapide et intégration simplifiée

Quand les entreprises revoient leurs processus logistiques, elles s'efforcent de réduire les aspects complexes, sans valeur ajoutée, de leur chaîne logistique. Et recherchent une intégration simplifiée et plus rapide de leurs solutions logicielles, avec un retour sur investissement accéléré. Enfin, elles expriment un besoin croissant d'intégration de processus et de collaboration avec des partenaires de la chaîne logistique étendue. Autant de points sur lesquels les solutions de gestion de la supply chain en mode Saas apportent des réponses intéressantes. ' La rapidité de nos déploiements dans ce mode accélère le retour sur investissement des projets, estime Philippe Guilhaumou. Les entreprises apprécient aussi la transparence de nos coûts. C'est notamment le cas d'un prestataire logistique, qui refacturera facilement nos solutions dans le cadre d'une prestation globale de centre de consolidation. '

IBM a lancé un club métier pour épauler les éditeurs

Aujourd'hui, seule quelques fonctions de la supply chain sont couvertes par ces offres de service disponible en ligne. L'étude d'Aberdeen Group recense le sourcing et l'approvisionnement, avec la gestion des bons de commandes, des factures et du paiement, les enchères inversées et les appels d'offres. Dans le domaine de la supply chain execution (SCE), les entreprises adopteraient les solutions de gestion des contrats de transport, de gestion collaborative et de suivi des expéditions, de sélection des transporteurs. La dimension collaborative client-fournisseur se retrouve également dans la gestion des inventaires, des prévisions (plan industriel et commercial) et des catalogues électroniques.
Dans le cadre du Club alliances, un environnement lancé et animé par IBM pour aider les éditeurs à développer, compléter, vendre et exploiter leurs solutions sous la forme de services, un club métier transport et logistique est en cours de création. Il rassemble déjà les sociétés CJM International et Shelly, des éditeurs de logiciel de gestion d'entrepôt (WMS, warehouse management systems) qui proposent une version Saas de leur offre, à l'image d'Agrostar, Generix, Hardis, Infor, Redprairie ou Sage. Dans ce domaine, Philippe Guilhaumou cible ' la PME industrielle, avec un entrepôt de moins de 5 000 mètres carrés ou des prestataires logistiques, y compris importants, recherchant une variabilisation des coûts. '
Comme dans les autres métiers adoptant le Software as a Service, la question du retour sur investissement (ROI) reste posée. Si le coût total de l'application ?" maintenance, ressources humaines, mises à jour... ?" diminue à court terme, les entreprises doivent absolument établir un plan de ROI sur le long terme. D'autres questions, comme la sécurité ou l'intégration au reste du système d'information, continuent de tarauder les directions informatiques. D'ailleurs, nombre d'entreprises prévoient de réévaluer leur solution Saas dans les deux ou trois prochaines années.

Les atouts du mode Saas

Les entreprises et administrations interrogées par le cabinet d'études Markess International mettent en avant des motivations claires et précises les ayant conduites à souscrire à des solutions en mode Saas, et ce quels que soient les domaines applicatifs concernés. Les atouts les plus fréquemment avancés sont les suivants :
La facilité d'accès aux applications, le plus souvent via un simple navigateur web.
Un accès à distance aux données pour les collaborateurs nomades ou en situation de télétravail.
Un retour sur investissement rapide (coût d'acquisition faible, économies réalisées, maintenance incluse dans la souscription...).
Un temps de déploiement réduit comparativement à d'autres solutions.
Lamélioration de la productivité (qualité des échanges, réactivité, fréquence des usages...).
La réponse à la dispersion géographique, notamment pour les organisations multisites.
La volonté de partage et de collaboration en réseau.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Désinfectez votre PC avec une clé USB
Les Français en pleine love story avec les Anglais, Éric Bantegnie, un héros numérique trop méconnu, Criteo entre au Nasdaq
Comptez-vous remplacer vos Blackberry par des terminaux Windows Phone ?
Les contrats de la quinzaine
Études et essais
“ Grâce au digital, les consommateurs sont en train de prendre le pouvoir ”
Leur système d'échange de maisons fait un carton
Florajet offre un bouquet de technos à ses fleuristes
Chez Rip Curl, la douane n'est plus qu'une formalité numérique
Idées de business
La Poste regroupe ses douze sites marchands en une même boutique
Il protège vos données même hors de l'entreprise
Les nouveaux fleurons français du high-tech
Une flopée de jeunes pousses aux ambitions mondiales
Un secteur où nos ingénieurs restent parmi les meilleurs
La relève du géant parisien Criteo est déjà assurée
Ils ont plus d'avenir qu'Alcatel !
Notre nouveau pôle d'excellence
La visite de sites prohibés sur le lieu de travail est-elle punissable ?
Le meilleur des blogs, les buzz, les débats et les commentaires sur l'actualité