En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

' Une gouvernance des données pour un SI logistique plus agile '

sommaire

Voir tout le sommaire  
Comment les entreprises gèrent-elles les turbulences actuelles à travers leurs réseaux de prestataires et de partenaires ?
Jean-Luc Lebascle : Nombre d'entreprises ne cherchent pas à résister à ces changements. Leurs dirigeants favorisent leur mise en ?"uvre en définissant un nouvel agenda d'entreprise calé sur les exigences d'une profitabilité sélective (canal client, flux traité, ressources mises en ?"uvre), sur la conception-production à la demande de produits et services porteurs de sens et de valeur pour les clients, et enfin, sur les aspects de responsabilité sociale et environnementale. Ils s'efforcent également à insérer dans des chaînes collaboratives des acteurs agiles, recentrés sur leur c?"ur de métier.
Comment la recherche d'agilité se traduit-elle dans les systèmes d'information ?
J.-L.L : Au regard du dictionnaire, l'agilité se définit comme ' la capacité à avoir et mettre en ?"uvre de la facilité et de la rapidité dans l'exécution de ses mouvements '. Rapportées à l'univers des systèmes d'information (SI), facilité et rapidité se doivent d'être recherchées, déployées et exploitées sur les quatre leviers du changement que sont les ressources humaines, les processus, les systèmes et technologies, et les structures d'organisation. Et ce, dans un contexte d'environnement de SI largement distribués, fragmentés et cloisonnés. Or les systèmes d'information ne jouent pas toujours un rôle de leviers de ces changements, mais en sont bien souvent des freins.
Pourquoi les systèmes d'information logistiques manquent-ils d'agilité ?
J.-L.L : Etre agile, c'est d'abord et avant tout comprendre et maîtriser les fondamentaux de son métier. De fait, les systèmes d'information logistiques ont souvent vieilli car les composants des objets métier, des traitements et des communications ont des cycles de vie différents. Celà se comprend fort bien compte tenu des opérations stratégiques (gouvernance, fusion-acquisition, différenciation client, responsabilité sociale de l'entreprise...), tactiques (collaboration, optimisation, flux tirés, réduction de coûts, excellence opérationnelle...) et opérationnelles qui les affectent en séquences peu ordonnées. Souvent issues d'empilages historiques en silos (GPAO, gestion d'entrepôt, tenue des stocks, opérations de transport,), les applications et données logistiques se sont progressivement enrichies, interconnectées et complexifiées par l'apport d'outils décisionnels et collaboratifs (planification avancée, visibilité, traçabilité, réactions sur événement). Elles ont été conçues dans des environnements techniques multigénérationnels et multitechnologiques, et s'avèrent donc difficiles à maintenir. Sans compter le turnover des décisionnaires et des gestionnaires du système d'information ! Aussi, dans le cadre de l'accélération des cycles d'affaires et de l'exigence de pilotage des ressources, est-il urgent de rechercher une plus grande maîtrise des objets métier et une meilleure appropriation du patrimoine des processus et des cas de gestion par les acteurs, à travers des démarches de réflexion globale de type plan d'urbanisme.
Les DSI n'investissent-ils pas suffisamment dans la qualité des données ?
J.-L.L : C'est avant tout un problème de gouvernance. Les fonctions et processus garantissant la qualité du référentiel et du contenu des données ne sont pas les plus utilisés par les directions informatiques, même s'ils apparaissent comme une priorité d'investissement, aux côtés des tableaux de bord, portail décisionnel, simulation et reporting de profitabilité. L'information est un système vivant. Sa forme, son contenu, son classement, ses droits, sa criticité, sa valeur, et ses usages doivent être connus et maîtrisés par ses utilisateurs... qui doivent les faire vivre ! Sa gestion constitue un pilier de la performance, de la compétitivité et de l'innovation des entreprises.
Pourquoi la gouvernance du système d'information logistique n'est-elle pas plus prioritaire dans les entreprises ?
J.-L.L : A ce jour, parler de gouvernance des données (hétérogénéité, perte, cloisonnement, complexification, sémantique dégradée, transparence...) et de propriétés d'un patrimoine de processus métier reste une gageure pour beaucoup de fonctions et d'acteurs... La transversalité des processus, la multiplicité des flux trans-structures, ainsi que la difficulté organisationnelle à implanter de vraies fonctions de gestion de la chaîne logistique rendent cette gouvernance difficile. D'autant que seuls les projets ayant un impact immédiat sur les résultats de l'entreprise sont maintenus en ces temps de crise. Il faudrait lier la qualité du patrimoine des données à des responsabilités managériales, sociales, économiques et environnementales de façon à convaincre les acteurs concernés. Et peut-être même en passer par des réglementations contraignantes pour les managers, à travers des indicateurs de performance clairement dédiés à cette obligation. Et si l'on parlait de retour des métiers et de la responsabilité dans les systèmes dinformation logistiques ?
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les Français en pleine love story avec les Anglais, Éric Bantegnie, un héros numérique trop méconnu, Criteo entre au Nasdaq
Comptez-vous remplacer vos Blackberry par des terminaux Windows Phone ?
Les contrats de la quinzaine
Études et essais
“ Grâce au digital, les consommateurs sont en train de prendre le pouvoir ”
Leur système d'échange de maisons fait un carton
Florajet offre un bouquet de technos à ses fleuristes
Chez Rip Curl, la douane n'est plus qu'une formalité numérique
Idées de business
La Poste regroupe ses douze sites marchands en une même boutique
Il protège vos données même hors de l'entreprise
Les nouveaux fleurons français du high-tech
Une flopée de jeunes pousses aux ambitions mondiales
Un secteur où nos ingénieurs restent parmi les meilleurs
La relève du géant parisien Criteo est déjà assurée
Ils ont plus d'avenir qu'Alcatel !
Notre nouveau pôle d'excellence
La visite de sites prohibés sur le lieu de travail est-elle punissable ?
Le DSI doit devenir l'accélérateur numérique de son entreprise
Le meilleur des blogs, les buzz, les débats et les commentaires sur l'actualité