En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'ex-PDG d'eBay, futur gouverneur de Californie ?

Les grands noms de la Silicon Valley sont en pleine reconversion : Meg Whitman, qui dirigea eBay de 1998 à 2008, vient de se lancer dans une nouvelle direction , la politique.

laisser un avis
Décidément, les grands noms de la Silicon Valley sont en pleine période de reconversion : après le co-fondateur d'Apple s'adonnant à la téléréalité, c'est au tour de Meg Whitman, qui dirigea eBay de 1998 à 2008, de se lancer dans une nouvelle direction, la politique. Elle vient officiellement d'annoncer sa candidature au poste de gouverneur de Californie. Elle espère ainsi succéder en 2010 à Arnold Schwarzenegger, qui occupe ce poste depuis 2003. Républicaine comme lui, leurs conceptions divergent pourtant sur de nombreux points. Le  magazine Fortune, qui a l'a consacrée «femme la plus influente» en 2004 et en 2005, s'interroge : «Meg Whitman peut-elle sauver la Californie ? » sur la couverture, tenant fermement la bride de son cheval, l'ex-PDG d'eBay ne laisse aucun doute sur sa détermination.
Son plan d'action ? « Il est temps de diriger la Californie comme une entreprise », annonce Whitman. Novice en politique, même si Mc Cain avait évoqué son nom comme possible secrétaire au Trésor, et même colistière s'il n'avait pas choisi Sarah Palin, Meg Whitman compte s'appuyer sur son expérience de chef d'entreprise pour emporter le vote des électeurs californiens. En 1998, lorsqu'elle en devient PDG, eBay n'est qu'une petite start-up qui emploie 30 personnes et rapporte 4,7 millions de dollars, dix ans plus tard, elle compte 15 000 employés, 242 millions d'utilisateurs, et génère près de 8 milliards de dollars. Whitman ambitionne de redresser la situation économique catastrophique de la Californie (plus de 40 milliards de déficit), en réduisant les dépenses gouvernementales, pour alléger le poids de la bureaucratie, et en créant des emplois. Parmi ses soutiens, elle peut compter sur ceux des PDG de Yahoo!, Cisco, ou encore Sun Microsystems. 
Mais Meg Whitman devra aussi faire face à ses détracteurs qui ne manqueront pas de rappeler qu'à partir de 2005, eBay a vu sa croissance s'arrêter, ses profits décroître et la valeur de ses actions chuter de 59 dollars fin 2004 à 12 dollars actuellement.  Au sein même de la Silicon Valley, ses vues politiques sont loin de faire l'unanimité : Whitman s'oppose vivement aux propositions de Schwarzenegger d'augmenter les impôts et les taxes pour réduire le déficit de la Californie, mais le gouverneur peut se prévaloir du soutien du Silicon Valley Leadership Group, organisation qui regroupe 300 entreprises de la région... dont eBay.
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Lobbying à Bruxelles: Google dépense moins que Microsoft
Les dures concessions d'Orange à Bruxelles pour conquérir l'Espagne
John Chambers, PDG de Cisco depuis 20 ans, va passer la main
Solocal s'allie à Google pour accélérer sa mue publicitaire sur internet
Viadeo était toujours en perte en 2014
Sopra Steria en progression de 2,4 % au premier trimestre 2015
Capgemini court après l'Amérique avec les jambes en Inde
PME et ETI jugent plutôt bien leur ERP
Allianz lance un fonds de financement participatif
Google accusé par Bruxelles d'abus de position dominante
Le sort de la filiale câble sous-marin d'Alcatel-Lucent en suspens
Alcatel-Lucent se vend intégralement à Nokia
Se faire rançonner ses données : une nouvelle forme de e-banditisme
Comment le smartphone va devenir le meilleur allié des commerçants
Jeune entrepreneur, étudiant, devenez le talent du numérique 2015
Youtube s'apprête à lancer une offre payante
Linkedin acquiert une société américaine de formation en ligne
Elliott, ce fonds qui incite les éditeurs américains à quitter la bourse
Les grands écrans entrent dans les agences Banque Populaire
Informatica se vend à des fonds américains