En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vupen WVS, un service en ligne pour attaquer ses propres sites

Le logiciel en ligne de cette société française passe à la moulinette les sites qu’on lui indique pour y identifier toutes les failles.

laisser un avis
Les Assises de la sécurité et des systèmes d'information ont lieu en ce moment à Monaco.
Le jeune éditeur français Vupen Security lancera dans les prochains jours Web Vulnerability Scanner (WVS), un logiciel Saas qui simule toutes les attaques possibles sur un site Web, à l'exception du déni de service.
« Le but de notre logiciel est de dresser la liste des vulnérabilités des sites Web d'une entreprise, mais nous ne voulons pas aller jusqu'à rendre ce site inopérant », explique Isabelle Gorius, directrice commerciale de Vupen Security. 

Des attaques exhaustives

La batterie de tests que mène WVS comprend le vol de cookies, l'exécution de scripts intersites, l'injection SQL, la navigation dans le système de fichiers, la révélation des codes sources, l'exécution de codes distants et l'injection de codes PHP, Shell ou autre. « Pour ce dernier type d'attaque, WVS dresse une carte des différentes pages du site et ajoute à la fin de chacune de leur URL une batterie de codes connus pour pénétrer des éventuelles », ajoute Isabelle Gorius. La liste des attaques à mener est mise à jour quotidiennement. 

Un crédit de 5 000 requêtes par mois

Disponible à partir de 990 euros hors taxes par an et par site à scanner (ce prix étant dégressif avec l'augmentation du nombre de sites cibles) et limité à 5 000 requêtes par mois sur un site, WVS présente à son utilisateur une interface Web d'administration. Celle-ci sert à définir les types d'attaque à mener et liste les rapports des attaques passées. « Il peut être pertinent de ne pas mener systématiquement toutes les attaques. Soit parce que l'on veut en programmer certaines à des heures données pour s'approcher au plus près d'une situation réelle, soit pour focaliser les 5 000 requêtes possibles sur les seules attaques qui font sens dans la structure du site », conclut Isabelle Gorius. 
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
Heartbleed : que faire face à la faille de sécurité qui fait mal au coeur ? (vidéo)
Un second bug de Chrome permet d’écouter les conversations de ses utilisateurs
Trois minutes pour transformer une application Android en malware
Cybersécurité, 2013 a vu une explosion des vols de données à grande échelle
Les objets connectés seront le nouveau paradis des malwares
Etude Juniper et Rand : portrait détaillé du marché noir de la cybercriminalité
Google Glass : leur premier spyware prend des photos toutes les dix secondes
La protection des contenus 2.0 est arrivée
Le monde connecté de demain doit-il être centré sur la personne ou sur les objets ?
Des Anonymous, partis à l’assaut d’une banque, hackent le mauvais site…
La guerre de l’authentification est déclarée
La Snecma aurait été la cible d’une attaque du type point d’eau
Cybersécurité : il n’y a pas que la LPM dans la vie…
Valve ne vous espionne pas, il cherche à évincer les tricheurs
Kickstarter hacké, les données des utilisateurs ont été compromises
Google achète SlickLogin, une start-up qui sécurise les accès au Net par le son
Centenaire de 1914-18: le site Mémoire des hommes fait peau neuve