En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le rachat de Zimbra par VMware est confirmé (MAJ)

La rumeur courait depuis une semaine et a été confirmée le 12 janvier au soir : VMware rachète Zimbra à Yahoo! pour un montant non communiqué.

laisser un avis

Mise à jour du 13/01/2010 :

La rumeur courait depuis une semaine et a été confirmée hier : après Springsource, VMware rachète Zimbra à Yahoo! Aucune surprise, donc, mais encore un suspense : le montant de la transaction reste inconnu. Zimbra fut acquis par son propriétaire actuel 350 millions de dollars en 2007.

Steve Herrod, directeur technique de VMware, explique que cet achat vise à simplifier les opérations informatiques, et annonce l'ajout de Zimbra au portefeuille de solutions vCloud.  Il rappelle aussi que Zimbra faisait partie des serveur virtuels préconfigurés les plus téléchargés sur leur Virtual Appliance Marketplace. L'annonce officielle, quant à elle, met en avant les 55 millions de comptes de messagerie payants reposant sur Zimbra et une croissance de plus de 80 % par an... Le passage par Yahoo! ne semble pas avoir été défavorable à Zimbra. Reste à VMware à réussir l'intégration d'une nouvelle brique ouverte à son offre très propriétaire.

Première publication le 05/01/2010

Plusieurs sites Internet indiquent mardi 5 janvier que Yahoo! serait en passe de revendre Zimbra à VMware, la filiale d'EMC.
Cette plate-forme de travail collaboratif open source, concurrente de l'offre Exchange-Outlook de Microsoft, avait été acquise au prix de 350 millions de dollars en 2007 par le moteur de recherche.

Et si c'était vrai...

Les rumeurs de revente de Zimbra pullulent depuis septembre dernier. En effet, Yahoo! n'a jamais su quoi faire de cet outil, qui anime pourtant plus de 50 millions de boîtes aux lettres payantes (plus de 175 millions pour Microsoft Exchange), et a trouvé une clientèle dans les entreprises. Après l'opérateur Comcast, Google, l'éditeur Red Hat, l'équipementier Cisco un temps pressentis, c'est au tour de VMware.
Pourquoi donc un spécialiste de la virtualisation de serveurs x86, désormais plus généralement présent dans la virtualisation des infrastructures, se doterait-il d'une application de travail de groupe ? Parce que la messagerie reste une vache à lait. Surtout dans les PME friandes de solutions intégrées, un domaine dans lequel Microsoft, qui maîtrise à la fois le système d'exploitation et les couches serveur, excelle.
Avec ce rachat, VMware sera en mesure de proposer un VMZimbra. Une machine virtuelle prête à l'usage au-dessus de son environnement de virtualisation vSphere, et enrichie d'une série d'options de configuration simples à mettre en œuvre : depuis la passerelle antivirus (virtualisée) jusqu'au plan de reprise sur incidents multisite en passant par la mise en cluster et la sauvegarde.

Un pas de plus vers le Saas pour VMware

A plus long terme, il s'agit d'un épisode dans le feuilleton des Xaas (Tout et n'importe quoi comme service). La marche vers l'informatique en nuages oblige les fournisseurs à repositionner leurs offres. Dans le cas de VMware, ses premiers mouvements avec vCloud ont consisté à mettre en place une offre Iaas (Infrastructure comme service), pour créer des plates-formes de mise à disposition de serveurs virtuels à la demande.

Mais pendant ce temps, ses concurrents, Microsoft (avec Azure) et Google (avec AppEngine), mettent le cap sur le Paas (Plate-forme comme service). Il s'agit de fournir non plus une couche d'infrastructure, mais un service d'exécution d'applications qui masque largement les aspects systèmes sous-jacents. Il y a quelques mois, VMware réagissait avec le rachat de SpringSource, un spécialiste Java qui lui ouvrait la porte des couches intermédiaires et du Paas. Avec Zimbra, l'éditeur monte encore d'un cran, et arrive dans le domaine du Saas (logiciel comme service).
VMware pourrait alors revendre à des partenaires hébergeurs, spécialistes de l'externalisation et opérateurs, une pile complète pour la mise en place de services de travail collaboratif en ligne à la demande. A l'heure où les hyperviseurs deviennent gratuits, aller vers les couches hautes et la vente d'abonnements ou d'applications paraît le seul moyen de maintenir le chiffre d'affaires à la hausse.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
VMware : résultats records en 2013
Yahoo ! pourrait licencier 500 salariés « sous performants »
11% de mieux pour les ventes d’infrastructure Cloud
Yahoo: un milliard pour rajeunir
Dailymotion-Yahoo: les critiques se multiplient contre Montebourg
EMC et VMware introduiront leur spin-off The Pivotal Initiative en Bourse en 2016
VMware lance Horizon Suite, un environnement pour mieux gérer l’après-PC
VMware renforce ses capacités de stockage en rachetant Virsto
Une faille majeure dans les logiciels de virtualisation de VMware
La virtualisation pour mieux sauvegarder les points de vente
Pat Gelsinger remplace Paul Maritz à la tête de VMware
Le cloud de sauvegarde Mozy évite le Patriot Act
VCE colle plusieurs datacenters pour faire un seul cloud
Le stockage Isilon va passer du dessin animé au big data
Microsoft transforme le cloud privé en usine de services
Dell rachète Wyse pour s'emparer des Bureaux en cloud
VMware travaille sur un bureau distant HTML 5 qui n'a pas besoin de client
Kaspersky lance un antivirus sans agent pour machines virtuelles VMware
VMware virtualise les postes de travail des centres de contact Mitel