En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Alcalel-Lucent veut diviser par 1 000 la consommation électrique des réseaux d'opérateurs

Mené par Bell Labs, un consortium réunissant laboratoires, opérateurs et fabricants, se donne cinq ans pour concevoir des technologies de rupture, beaucoup moins gourmandes en énergie.

laisser un avis
Concevoir d'ici cinq ans de nouveaux réseaux de télécommunications qui consommeraient 1 000 fois moins d'énergie qu'actuellement : tel est l'objectif qui fédère, autour d'Alcatel-Lucent, un consortium de 15 acteurs réunissant plusieurs laboratoires (dont l'Inria et le Leti), et quelques opérateurs (dont ATT et Telefonica). Ainsi divisée par 1 000, la quantité d'énergie aujourd'hui nécessaire pour utiliser tous les réseaux, y compris l'Internet, pendant une seule journée, pourra faire fonctionner ces mêmes réseaux pendant trois ans. Cette initiative, baptisée Green Touch fournira – au cours des cinq années à venir – une architecture réseau de référence ainsi que des démonstrations des principaux composants nécessaires à ce changement.

Une feuille blanche à écrire

Les partenaires partent donc d'une feuille blanche qu'il leur reste à noircir. Tous affichent un enthousiasme de rigueur autour d'un objectif ambitieux partagé, bien que le chemin à parcourir ne soit pas encore balisé. La première réunion du consortium aura lieu en février 2010. Elle sera consacrée à la définition d'un programme sur cinq ans, et déterminera les livrables de la première année, ainsi que les rôles et responsabilités des membres. A priori, la propriété intellectuelle des fruits des futurs développements sera partagée entre les membres. Quant au financement du consortium, il sera du ressort de ses participants, mêlant fonds publics (pour les instituts d'Etat) et fonds privés pour les autres.
agrandir la photo

Une initiative de chercheurs à l'origine

Les initiateurs du consortium GreenTouch sont les fameux Bell Labs. « Il est théoriquement possible de concevoir des infrastructures de télécoms qui consommeraient 10 000 fois moins d'énergie qu'aujourd'hui. Cette conclusion provient d'une analyse fondamentale des composants des réseaux et des technologies TIC, et d'une étude de leurs limites physiques. De ce résultat théorique, appliqué aux réseaux cellulaires, nous avons tiré un objectif réaliste de réduction d'un facteur 1 000 », a expliqué Gee Rittenhouse, responsable de la recherche des Bell Labs et directeur du consortium, qui ajoute : « Le consortium a cette mission spécifique d'aller bien au-delà des améliorations technologiques marginales. »

Plusieurs laboratoires et instituts publics de recherche

Concrètement, l'ambition de l'objectif affiché par le consortium passe par la recherche en amont de technologies innovantes, voire de rupture avec l'existant. D'où la participation de plusieurs instituts publics de recherche dont le Leti (CEA) pour  la partie composant, et de l'Inria, pour les aspects algorithmiques et logiciels. Citons aussi la participation de laboratoires universitaires comme le laboratoire de recherche en électronique (RLE) du Massachusetts Institute of Technology (MIT), le laboratoire de systèmes mobiles (WSL) de l'université de Stanford, et l'institut pour une société à haut débit (IBES) de l'université de Melbourne. Du côté des fabricants, seuls Samsung Advanced Institute of Technology (SAIT) et Freescale Semiconductor ont rejoint Alcatel-Lucent, pour l'instant.

Les télécoms : 300 millions de tonnes de CO2 par an

Selon Ben Verwaayen le PDG d'Alcatel-Lucent, les réseaux de télécoms émettent aujourd'hui l'équivalent de 300 millions de tonnes de CO2 par an. « Nous pensons aussi que l'usage des TIC va augmenter, car les autres industries utilisent les réseaux pour réduire leur empreinte carbone. Ceci va se traduire par une augmentation exponentielle de la consommation d'énergie à laquelle notre industrie doit faire face » explique Ben Verwayeen PDG de d'Alcatel-Lucent.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Concurrence : l’Europe entreprend des inspections surprises chez plusieurs opérateurs
Palmarès des milliardaires des télécoms : Xavier et Patrice devant Martin
La consommation énergétique des sites web est très inégale
Réussir la mise en application du plan cloud
JTech 187 : LG G3, Huawei Ascend P7, Home by SFR (vidéo)
Le secteur des télécoms a (encore) perdu plus de 4200 emplois en 2013
Michel Combes (Alcatel-Lucent) appelle à une poursuite de la consolidation dans les télécoms
Manifestation des salariés d'Alcatel-Lucent à Colomiers
Alcatel-Lucent : les salariés bloquent une nouvelle fois le site d'Orvault
Hub One, des tuyaux aux terminaux
Alcatel-Lucent étend sa collaboration avec Intel dans le cloud
Efficacité énergétique des datacenters : que représente aujourd’hui le PUE ?
Alcatel-Lucent cède sa téléphonie pour entreprise à une firme chinoise
Michel Combes (Alcatel) : « Pas de nouvelles restructurations dans les prochains mois »
Montebourg salue la réduction des postes supprimés par Alcatel-Lucent
Montebourg salue la réduction des postes supprimés par Alcatel-Lucent
Altran va reprendre 170 ingénieurs d'Alcatel-Lucent du site d'Orvault
Alcatel-Lucent discuterait avec Unify pour lui céder son activité Entreprise
Télécoms: Alcatel-Lucent rénovera une partie du réseau de SFR (MAJ)
Alcatel-Lucent prié par Montebourg de réduire ses licenciements en France