En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le W3C veut standardiser le stockage des données hors ligne

Avec plusieurs jeux d'API, le World Wide Web Consortium se penche sur la normalisation du stockage de données dans un navigateur, une technologie clé pour le fonctionnement des applications Web en mode hors ligne.

laisser un avis
Standardiser le stockage des données structurées hors ligne afin de généraliser le fonctionnement des applications Web en mode déconnecté. Tel est le nouveau cheval de bataille du World Wide Web Consortium (W3C), l'organisme qui veille sur les standards de la toile. L'idée d'accéder à du contenu même sans liaison Internet, et donc de pouvoir exploiter sa messagerie ou son calendrier Web en toutes circonstances n'a rien de nouveau. Mais aujourd'hui, la mise en œuvre de ce type de fonctionnement relève du bricolage au coup par coup. Google s'y est essayé avec son projet Gears (ce dernier sera cependant abandonné au profit du futur HTML5).
Le W3C s'attelle donc à normaliser ce procédé afin de diffuser rapidement la technologie, et de la promouvoir auprès des développeurs. Le W3C fait d'ailleurs appel à ces derniers pour tester les trois API (Interfaces de programmation d'applications) qu'elle propose à cet effet.
La première se nomme Indexed Database API. Son objectif est de présenter au développeur l'équivalent d'un moteur de base de données, capable de gérer valeurs simples et objets hiérarchiques, directement dans le navigateur. Cette technologie fait pour le moment l'objet d'un avant-projet de standard, qui sera discuté durant quelques mois avant de prendre une tournure plus formelle et d'aller vers la validation. La deuxième API se nommee Web Storage. Elle doit servir à stocker les données de base, constituées de paires clé-valeur, depuis un navigateur. Quant à la troisième, l'API Web SQL Database, elle se centre, comme son nom l'indique, sur les bases requêtées au travers de variantes de SQL.

« Le navigateur se chargera de gérer la base de données »

Avec la première API de base de données indexée, le moteur de base de données doit être accessible directement dans le navigateur. Typiquement, les applications Web utilisent le réseau pour accéder aux données, mais avec ces API, ces dernières seraient directement copiées dans le navigateur. « Celui-ci se chargera de gérer la base de données », explique ainsi Philippe Le Hégaret, directeur du groupe de coordination des services Web pour le W3C.
L'API Web Storage ne sera, quant à elle, pas capable de stocker de grandes quantités de données. Enfin, l'API SQL sera exclusivement centrée sur les bases de données relationnelles et les données qu'elle stockera ne le seront que dans ce format. Rappelons que même si les bases de données non relationnelles tendent actuellement à percer, SQL reste tout de même largement usité et est ultramajoritaire.
La question de la sécurité des données se pose évidemment lorsqu'on stocke le contenu des bases de données à l'intérieur du navigateur. Les informations sensibles pourraient en effet être accessibles plus facilement. De même, l'évolutivité du contenu stocké devient une question de premier plan. Il faudra en effet recharger régulièrement la base pour que celle-ci soit à jour. Mais en attendant de trouver réponse à ces questions, le W3C prévoit de recueillir les retours des utilisateurs avant de faire de ces API des standards. Espérons que l'engouement soit au rendez-vous pour ces technologies.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
01LIVE HEBDO #14 : Apple, arnaques sur le Web, NetMundial, stylo 3D, Leica T (vidéo)
Oui, on peut réparer un disque dur endommagé... mais pas toujours (Vidéo)
L’Internet européen : une belle idée, mais utopique
iPhone 6 : les dernières rumeurs
Les rumeurs du Samsung Galaxy S5 : infos ou intox ?
Dropbox lève 250 millions de dollars
Stockage : Seagate rachète Xyratex dans les systèmes spécialisés
Pourquoi Bouygues se risque à la guerre des prix sur l'Internet fixe
Clouds privés : une solution pratique pour sauvegarder et partager ses données
Les bases de données hébergées dans le cloud, nouvelle cible des pirates
JTech 165 : LeWeb 13, la voiture connectée, le salon nautique, le top des objets connectés
Loi sur la prostitution: recul du gouvernement sur le blocage d'Internet
Les Taxis G7 embarquent des hotspots wi-fi connectés en 4G
YaCloud, un nouvel entrant sur le marché français du cloud storage
Les appareils photo connectés à Internet séduisent les acheteurs
Orange déploie l'un des plus grands data center d'Europe, en Normandie
Un décret va encadrer la réservation par Internet des rivaux des taxis
Web : les DRM en bonne voie d’être intégrés dans les standards du W3C
La Minute Cloud #6 : le Cloud combien ça coûte ?
Dossier spécial OpenWorld 2013