En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Symantec réduit le temps et la taille des sauvegardes

NetBackup 7 et Backup 2010 disposent désormais d’une fonction de déduplication qui leur permet d'économiser jusqu'à 80 % d'espace disque et 90 % de bande passante.

laisser un avis
Les nouvelles versions de NetBackup et BackupExec, les logiciels de sauvegarde de Symantec, proposent une fonction de déduplication à tous les étages. Sur le poste et le serveur à sauvegarder, sur la sauvegarde elle-même ou encore sur son archive. L'intérêt est de réduire les informations à dupliquer afin d'économiser jusqu'à 80 % d'espace disque et jusqu'à 90 % de bande passante. « Avec la déduplication, une filiale va enfin pouvoir stocker dans ses locaux une première sauvegarde pour restaurer très rapidement une machine corrompue et pour que l'accès au serveur de sauvegarde central ne monopolise plus pendant des heures le réseau vers la maison mère », explique Hervé Lequippe, directeur technique de Symantec.
La déduplication s'apparente à une compression Zip, dans le sens où elle ne conserve qu'un exemplaire des courriels, des données ou des fichiers communs à tous les salariés. Mais contrairement à Zip, NetBackup 7 et BackupExec 2010 savent restaurer n'importe quelle information dédupliquée puis la réattribuer à l'utilisateur qui en a fait la demande. Et ce, même si cette information était initialement enfouie dans une base de données ou une machine virtuelle.

BackupExec 2010, seulement pour Windows

BackupExec 2010 se destine à la sauvegarde des serveurs et de postes Windows. Il dispose en ce sens de tous les pilotes pour dédupliquer des données au sein des bases SQL, Exchange et SharePoint, ainsi qu'à l'intérieur des images ESX et Hyper-V, les hyperviseurs respectifs de VMware et Microsoft. Evidemment, il est le seul à reconnaître les versions 2010 des logiciels de Microsoft. Le serveur BackupExec 2010 dispose d'un moteur de recherche, accessible en mode Web, pour rapatrier des fichiers un à un.
La facturation de BackupExec 2010 est à tiroirs. Elle se calcule selon les types d'agents à installer, qui dépendent de la nature du serveur ou du poste à sauvegarder, selon leur nombre, selon la quantité de données à sauvegarder, selon le nombre de processeurs sur le serveur de sauvegarde et, le cas échéant, selon le nombre d'utilisateurs concernés. Il existe aussi des options. Par exemple, le serveur BackupExec 2010 peut s'accompagner d'une version allégée d'Enterprise Vault. Ce logiciel d'archivage sert ici à stocker les informations redondantes d'une sauvegarde à l'autre. « Par exemple, si les agents NetBackup d'une filiale remontent tous les jours une sauvegarde de 10 To vers le serveur NetBackup de l'entreprise, mais que ces données contiennent 7 To de données qui ne changent jamais, alors l'extension Enterprise Vault permettra de ne charger le réseau qu'avec une sauvegarde de 3 To », illustre Hervé Lequippe.

NetBackup 7 pour une facture plus simple

NetBackup 7 est l'équivalent de BackupExec 2010, mais avec en plus la compatibilité avec les serveurs Linux et Unix, ainsi que les bases de données Oracle, DB2 ou MySQL. Sa tarification est plus simple puisque, quel que soit le nombre d'agents déployés ou d'utilisateurs référencés, le prix est fonction du nombre de teraoctets d'informations à sauvegarder.
Comptez tout de même un peu plus de 16 000 euros hors taxes par teraoctet et cela sans la déduplication. Cette option est facturée environ 3 000 euros hors texte par teraoctet, avant qu'ils soient sauvegardés. On paiera environ 6 000 euros hors taxes de plus pour que la sauvegarde se fasse en temps réel. Quant à Enterprise Vault, il convient ici d'en acquérir la version complète, dont le coût est aussi à tiroirs.
Selon Symantec, il n'est pas prouvé qu'effectuer une déduplication sur les serveurs de production, puis sur leur sauvegarde située sur le serveur central, soit plus efficace qu'une seule déduplication à un bout ou l'autre de la chaîne. L'opération est donc plus une question de bonne pratique au cas par cas. D'autant qu'elle consomme à elle seule un cœur de processeur et 1 Go de RAM par teraoctet à dédupliquer.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le départ précipité du PDG de Symantec place l’entreprise dans l’incertitude
Etude : les Français mauvais élèves européens de la sécurité mobile
Phone Apps 19 : Quick Office, GTA V iFruit, Lydia, la cave aux énigmes...
La Minute Cloud #3 : mes données sont-elles en sécurité dans le cloud ?
Symantec révèle l’existence d’un groupe de hackers mercenaires… chinois ?
La Minute Cloud #2 : Comment sauvegarder mes données sur le cloud ?
Un vol de données coûte 2,86 millions d'euros en moyenne à une société française
Acronis signe avec TD Azlan
En 2012, iOS a été beaucoup plus vulnérable qu’Android
Cybersécurité : l’année 2012 a vu exploser le nombre de cyberattaques
Symantec organise une simulation de cyberattaques sous forme de jeu vidéo
Symantec débusque une version plus ancienne et dangereuse de Stuxnet
La virtualisation pour mieux sauvegarder les points de vente
FavBackUp : sauvegardez la configuration de vos logiciels
Acronis veut faciliter la sauvegarde des environnements VMware
pcAnywhere toujours à la merci de cyberattaques
Le code source de PCAnywhere publié sur The Pirate Bay
Vol de code source : Symantec conseille de désactiver pcAnywhere [MAJ]
Symantec ajoute le codage prédictif à sa plate-forme Clearwell