En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Humeur : « Trop de langages tuent la programmation »

laisser un avis
Incroyable ! Selon Freebase, il s'est créé en moyenne sept nouveaux langages de programmation par an au cours de ces cinq dernières années, hors ceux expérimentés en laboratoire.  A la fin des années 50, on en comptait moins de deux.
Aujourd'hui, nous sommes dans l'ère de la surabondance, des plus illustres, tels Cobol, C# ou Python, aux derniers-nés comme Go, Cyclone ou Scala. Avons-nous encore besoin de nouveaux langages de programmation ?
Beaucoup d'entre eux recouvrent en effet les mêmes problématiques que ceux dits établis. En d'autres termes, à quoi bon migrer vers des langages dynamiques comme Groovy quand nous avons déjà Perl, Python ou Ruby ? Quelle est la valeur ajoutée d'un Scala face à un Java ?
Bien sur, il n'existe pas un seul remède à toutes les maladies, il ne peut y avoir un seul langage de programmation. Nous avons d'abord eu le langage machine, de première génération, puis l'assembleur ; Cobol, Fortan ou Lisp ont suivi. A cette époque, il était déjà trop tard. Nous étions dans le trop-plein et l'hypothèse Sapir-Whorf, selon laquelle les langues donnent forme à la pensée, trouvait déjà écho dans le monde de l'informatique.
Pour pallier à ce phénomène – véritable « syndrome de la Tour de Babel » – les directeurs informatiques rivalisent d'astuce, en utilisant des générateurs de code. Pacbase, l'atelier pour Cobol, est l'un des plus courants. Mais IBM songe déjà la remplacer en 2015, lorsque sa garantie de support sera expirée. A la multiplication des langages va donc s'ajouter la multiplication des outils de maintenance. Et quid des compétences pour les cinquantes prochaines années, lorsque l'on constate qu'en 2009, nous sommes toujours en quête de développeurs Cobol ?
C'est un véritable capharnaüm que nous prépare le monde de la programmation. Avant qu'il ne soit trop tard, rêvons un peu. Bien sûr, on ne refait pas le monde, encore moins celui de l'informatique, mais il serait bon de faire ralentir la machine et préserver l'existant avant que tout cela ne nous dépasse. Qui sait, peut-être qu'un jour il n'existera qu'un seul et unique langage capable de nous réunir...
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Codecademy arrive en français
Enseigner le code à l’école ? Les Français sont d’accord !
Meilleur Dev de France, demandez le programme !
Rails Girls invite les femmes à s'initier aux joies de la programmation
Systran, Syllabs et Dictanova, primées pour leurs technologies linguistiques innovantes
Polyglotte, le développeur de 2013 manie toutes les langues du web
Le prochain concours de programmation CodinGame aura lieu le 28 mai
CodinGame lance un nouveau concours de programmation
Codez et décrochez un job
C, le langage le plus prisé par les développeurs
Go, le nouveau langage signé Google, est officiellement disponible
On a essayé App Inventor, la programmation Android pour les nuls
Apache met un terme au projet Beehive
Microsoft Kodu : le jeu pour créer des jeux est disponible sur PC
Microsoft introduit la programmation par contrats dans.Net
Ajax : une affaire de superdéveloppeurs
Ajax : une affaire de superdéveloppeurs
Ajax : une affaire de superdéveloppeurs
XSLT 2.0, le transformateur de fichiers XML