En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L’internet a sa clé de signature cryptographique

laisser un avis
L'Icann, l'organisme américain qui gère l'attribution des noms de domaine, a généré le 16 juin dernier la première clé de signature cryptographique pour les 13 serveurs racine DNS. Baptisée KSK (Key Signing Key), cette clé permettra d'authentifier de manière récursive l'ensemble des noms de domaine.
C'est une étape essentielle pour le déploiement du service protocolaire DNSSEC, qui devrait démarrer le 15 juillet prochain. Ce qui permettra d'améliorer la sécurisation globale des échanges web. En 2008, le chercheur Dan Kaminsky avait, en effet, découvert une mégafaille dans le système d'adressage de l'internet, qui avait mobilisé toute l'industrie.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Un député souhaite nationaliser Internet
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Les drones, le nouveau cauchemar des départements informatiques ?
Quel est votre vecteur d’attaque préféré : PDF, Word ou ZIP ?
Attaques DNS : Connaître son ennemi
Lookout lève 150 millions de dollars pour s’attaquer aux grandes entreprises
L’essentiel du Patch Tuesday de juillet 2014
Ceintures de sécurité et crash-test : des modèles pour la sécurité de l’information ?
Louis Pouzin (pionnier d’Internet) : « je n’ai ni smartphone ni tablette » (vidéo)
Les nouveaux types de failles (et comment essayer de les contrer)
Ingenico se prépare à racheter GlobalCollect pour 820 millions d'euros
Les agences gouvernementales de sécurité, nécessairement schizophrènes ?
L’entreprise, invitée surprise de la conférence Google I/O
L’antivirus : 25 ans déjà
iOS 8 : Apple met la sécurité au cœur de ses annonces
Quand la sécurité devient éco-responsable
Piratage : Ebay, Orange, Target... A qui le tour ? (vidéo du jour)
BYOD 2014 : quelles avancées après 4 ans de buzz ?
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs