En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ce qu'il faut retenir de LeWeb'10 (1) - Ceci n'est pas une conférence !

LeWeb s'est tenu les 8 et 9 décembre aux Docks de Saint-Denis. Organisé par Loïc et Géraldine Lemeur, cet événement européen a rassemblé près de 2700 participants venus de 60 pays. Tour d'horizon des conférences.

laisser un avis
A l’instar du Solar Impulse de Bertrand Piccard (« ceci n’est pas un avion »), LeWeb est bien plus qu’une simple conférence. Il regroupe des sessions plénières, des ateliers, des espaces exposition et networking, tout cela en parallèle, ainsi qu’une myriade de mini-événements avant et pendant les deux journées. Autant dire que tout suivre est mission impossible.
Cette septième édition avait pour thème « les plateformes », concept suffisamment vague et fourre-tout pour pouvoir y caser tout le monde : la voiture, les mobiles, les réseaux sociaux, les jeux, le cerveau… « LeWeb lui-même est une plateforme. Utilisez-le comme une boîte à outils. Vous pouvez en tirer une source d’inspiration, vous pouvez y trouver des partenaires, des investisseurs. Nous vous expliquerons même comment vous faire racheter par les plus grands. » Le ton est donné par Loïc Le Meur. LeWeb, c’est avant tout un gigantesque évènement networking (échanges de cartes de visite) où la Silicon Valley rencontre l’Europe, où les start-ups cherchent des investisseurs et vice versa, et où les acteurs du web cherchent de la visibilité.

Les conférences

Quasiment sans relâche, les conférences se sont succédées deux jours durant dans le grand amphithéâtre, alternant sessions plénières, interviews, tables rondes, démos express, sessions questions-réponses… Pour ceux qui n’ont pu assister aux conférences, les vidéos HD de toutes les sessions sont accessibles sur YouTube.
Des contenus très disparates, d’un intérêt très varié. On pouvait distinguer ceux qui avaient une vraie vision, ceux qui avaient quelque chose à annoncer ou à montrer, et ceux qui n’avaient rien à dire.
Parmi ces derniers, on retrouve évidemment bon nombre de sponsors de l’événement à qui Loïc Le Meur a sans doute promis de monter sur scène. Microsoft a tenté de convaincre un auditoire dévoué à la pomme (71% des connections pendant LeWeb se faisaient via un appareil Apple) que Windows Phone 7 pouvait être un challenger sérieux face à l’iPhone. Facebook est venu faire la promotion de Facebook Connect et a évoqué son système de monnaie virtuelle Facebook Credits. PayPal a justifié l’éviction de WikiLeaks : « Les activités de WikiLeaks sont illégales aux Etats-Unis. Nous n’avons fait qu’appliquer nos clauses contractuelles. »
Parmi les intervenants non sponsors, le porte-parole de Twitter, curieusement, est venu annoncer qu’il quittait la société. MySpace pour sa part annonçait avoir changé de stratégie : le réseau social devient un service de recommandation pour les loisirs (musique, vidéo, TV, cinéma…). La nouvelle interface est sortie récemment dans l’indifférence générale, deux personnes seulement dans la salle étaient au courant.
France Telecom-Orange a annoncé que l’iPad est désormais en vente dans les boutiques de l’opérateur avec un abonnement 3G, juste pour les fêtes de Noël. Malgré la concurrence d’Android, l’iPhone maintiendra ses ventes, selon Stéphane Richard, directeur général d’Orange : « L’iPhone continuera d’adresser le haut de gamme. C’est un marché de niche, mais un marché important. Android se décline sur différents appareils, va devenir plus global et va grandir plus vite. » Le trafic du mobile data va décupler dans les deux prochaines années. Stéphane Richard confirme que les opérateurs sont en train de revoir leurs offres tarifaires concernant l’internet mobile illimité (qui ne l’a jamais vraiment été). Mauvaise nouvelle donc, pour les utilisateurs de mobiles en France.
Habituée de l’événement, Marissa Mayer désormais numéro 2 de Google est venue présenter ses travaux dans les domaines de la recherche, de la géolocalisation et du mobile : découverte contextuelle, géolocalisation silencieuse, web OS et OS mobile… Dave Burke, un ingénieur de Google, l’a rejointe pour faire une démo de la future version de Google Maps sur un Nexus S sous Android 2.3 : rendu des bâtiments en 3D, rotation 3D de la carte, utilisation de la boussole… Démonstration assez époustouflante, mais dont l’utilité reste à démontrer.
 
 

Angry Loïc

Nous avons eu droit à un petit intermède où Loïc Le Meur est monté sur scène déguisé en Angry Bird pour introduire les interventions de Playfish et Rovio, éditeurs de jeux. Cette photo que nous avons prise a rapidement fait le tour du web et a servi à de nombreux détournements humoristiques.
 
 
Au cours du défilé de sponsors et d’invités, il y a quand même eu des interventions de personnalités remarquables, avec une véritable vision dans leur domaine.

Ceci n'est pas un avion

Dr Bertrand Piccard, fondateur et président de Solar Impulse, a présenté son projet d’avion 100% à énergie solaire. Avec un premier vol réussi de 24 heures sans interruption, c’est la perspective de pouvoir voler indéfiniment avec la seule énergie solaire. Mais c’est surtout pour ce savant-aventurier l’occasion d’exhorter les entrepreneurs à sortir des sentiers battus, à se défaire des habitudes pour se lancer dans des projets fous, à priori impossibles. « Je pense que dans le futur, nous aurons à prendre des objectifs impossibles, tels que l’impossibilité d’aller sur la lune, et d’essayer de les réaliser, mais pour une meilleure qualité de vie : vaincre la pauvreté, droits de l’homme, énergie, médecine, développement durable, commerce équitable, etc. » a-t-il déclaré.
« Solar Impulse n’est pas un avion. Ou du moins, pas seulement un avion. C’est une démonstration de ce qui peut être réalisé si vous faites preuve d’imagination, si vous implémentez l’aventure dans votre vie quotidienne ». Une présentation sans lien véritable avec le thème des plateformes, mais tellement énergisante !

Ceci n'est pas une voiture

En ouverture des conférCarlos Goshn, renault par Adam Timworth.ences, Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan est venu présenter sa vision du futur dans l’industrie automobile. « La voiture a cessé d’être perçue comme un symbole de la modernité » a-t-il déclaré. Les enjeux sont donc de transformer la voiture d’un objet utilitaire en objet personnalisé, chargé émotionnellement, d’un problème en solution pour la planète (voitures électriques). Il y a aujourd’hui autant d’informatique dans une Mégane que dans le premier Airbus il y a 20 ans. Renault et Nissan ont investi 4 milliards de dollars dans les voitures électriques. Aux sceptiques face à la voiture électrique, Ghosn fait la comparaison avec le téléphone mobile qui a eu son lot de scepticisme à son lancement.
« La voiture est une plate-forme, vous pourrez y installer vos applications », a-t-il ajouté. Peut-être est-ce l’avenir de l’automobile (et de toute industrie) : des produits personnalisables de manière logicielle. Par ailleurs, Renault envisage d’investir 15% de leur budget sur la communication, notamment dans les réseaux sociaux et sur les mobiles.

Ceci n’est pas un téléphone

Marko Ahtisaari, responsable design chez Nokia, avait la même lourde tâche que Microsoft, convaincre de l’avenir de sa plate-forme mobile. Pour Ahtisaari, il y a encore de la place pour l’innovation et les jeux ne sont pas encore faits avec iOS et Android. Les médias donnent l’impression que le marché est mature alors qu’il n’en est qu’au milieu de son commencement.
Par exemple, concernant l’interface utilisateur, l’approche iOS présente un écran avec plein d’applications et un bouton physique Home. C’est simple et élégant. Mais c’est comme si chez vous, pour aller d’une pièce à l’autre vous deviez systématiquement repasser par la porte d’entrée. Une autre approche, utilisée par Symbian et Android, est de proposer un écran d’accueil multiple et personnalisable, avec des raccourcis vers ses applications préférées et des widgets dynamiques. Windows Phone 7 à ce titre a introduit une nouvelle approche très intéressante, mais il est encore trop tôt pour juger de son succès. Chez Nokia, la nouvelle interface utilisateur viendra avec Meego, prévu pour 2011.
Pour le futur, chez Nokia on s’intéresse aux interactions sociales, celles qui seraient facilitées sans avoir besoin de se pencher sur l’écran de son mobile, manipulables d’une seule main. On travaille également sur l’utilisation collective des données générées par les capteurs tels que le GPS pour créer une sorte d’intelligence collective. Les domaines d’application pourraient être la régulation de trafic, le guidage intelligent… Lors de la conférence Lift10 à Marseille, Jan Blom, directeur de recherche chez Nokia avait également présenté des recherches dans la collecte et la visualisation données géospaciales et sociales. De toute évidence, Nokia cherche activement des pistes dans l’innovation. Sauront-ils revenir dans la course avant qu’il ne soit trop tard ?

Ceci n'est pas un cerveau

Ariel Garten, InteraXon par Adam Tinworth.Une autre présentation vraiment impressionnante est celle du pilotage d’ordinateur par la pensée par Ariel Garten, PDG de InteraXon. Ariel Garten arrive sur scène avec un capteur appliqué sur son crâne. Sur l’écran géant s’affiche Brainwaves, une représentation de son activité cérébrale, avec une jauge indiquant son degré de concentration. Tout au long de sa présentation concernant l’histoire et les avancées de l’ordinateur contrôlé par la pensée, Ariel Garten a montré une parfaite maîtrise de son sujet, un calme olympien. Lorsque Loïc Le Meur lui pose une question à laquelle elle est invitée à répondre en français, langue qu’elle ne maitrise pas, la jauge passe de manière évidente de Relaxed à Focused. Belle démonstration ! Ariel Garten a également montré Zenbound, un jeu sur iPad tout en zénitude, où le joueur équipé du capteur cérébral, fait tourner des formes par la seule force de sa concentration. Le capteur coûte dans les 200 dollars. A la question de savoir si dans vingt ans l'homme sera capable de télécharger son cerveau sur un support externe, Ariel Garten a clairement répondu que cela ne sera pas possible, la structure du cerveau et du corps humain est bien trop complexe.

Ceci n’est pas du ROI

Les médias sociaux, ce sont un peu les stars du web. Les grands acteurs tels que Facebook, Twitter, MySpace, Foursquare se sont succédés sur scène pendant les deux jours. Les médias sociaux deviennent également une plateforme pour les entreprises : marketing, vente, CRM, RH… Sur ce terrain, nous avons eu droit à deux interventions choc, deux visions, deux styles diamétralement opposés. D’un côté le style Powerpoint, précis, carré avec Jeremiah Owyang. De l’autre le style start up californienne, survitaminé, provocateur avec Gary Vaynerchuk.
Jeremiah Owyang, analyste chez Alimeter nous a délivré en quinze minutes une présentation magistrale et essentielle : bilan et perspectives des médias sociaux pour les (grandes) entreprises. La plupart des stratégies social media sont encore jeunes, pas plus de deux ans. 2010 a été l’année des investissements. 2011 sera l’année de l’adoption et de l’intégration. Pour près de la moitié des entreprises, l’objectif principal pour cette année sera de mesurer le ROI d’une stratégie social média. Jeremiah Owyang préconise un investissement dans les médias sociaux capable de monter en charge : embaucher les bonnes personnes, intégrer les médias sociaux sur le site corporate, exploiter le graphe social pour la publicité, construire avec ses clients une armée de préconisateurs, etc.
Avec Gary Vaynerchuk, changement complet de style. Pas de présentation, le fondateur de Wine Library TV se prête au jeu des questions réponses. Gary semble être une star du web, comme en témoignent les nombreux tweets admiratifs quant à sa prestation. Pour notre part, nous n'avons pas été sensibles à son jeu surexcité, ponctuant ces phrases de « f*cking », censé donner une image à la fois cool et dynamique. Entre quelques déclarations pleines de bon sens (« Je hais le terme média social, je préfère Web 2.0. Pourquoi ? Les entreprises voient ‘media’ et pensent qu’elles vont pouvoir de nouveau pousser du contenu vers les gens »), il prend par ailleurs certaines assertions de Jeremiah à contre-pied, et clame : « Vous parlez trop de passage à l’échelle [scaling] dans cette conférence ! » « Comment savoir si vous êtes vraiment un entrepreneur ? Avez-vous vendu quelque chose avant vos douze ans ? » (état d’esprit très discutable).
Quant à la question ROI des médias sociaux, Gary fait une réponse qui nous laisse perplexes : « Le ROI des médias sociaux doit être comparé à celui de votre mère. Avez-vous mesuré le ROI de votre mère ? »
Au final, même si les sessions étaient d’un niveau et d’un  l’intérêt très inégaux, ces deux journées de conférences ont été enrichissantes. Il manque cependant une vraie vision globale : quelles ont été les tendances majeures du web en 2010 ? Que nous réserve 2011 ? Personne n’a réellement évoqué le sujet (à part peut-être Jeremiah Owyang, mais dans son secteur). Les plateformes ? Sujet trop vague. On sent que Loïc Le Meur a pondu ce thème in extremis pour donner un fil conducteur aux différentes interventions, mais sans réelle conviction. Allez Loïc, ponds-nous un vrai thème pour la prochaine édition.
LeWeb, c’est aussi des ateliers (workshops), des start-ups et des évènements périphériques que nous aborderons dans les articles suivants.

A lire aussi :

Ce qu'il faut retenir de LeWeb’10 (2) - Les workshops

LeWeb'10 : les entrepreneurs français à la rencontre de la Silicon Valley

Esprit de la Silicon Valley, es-tu là ?

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Ce qu'il faut retenir de LeWeb’10 (2) - Les workshops
Morning 01 Business Cloud
[3DxForum] Dassault Systèmes digère ses acquisitions
[W2C12] Les start up françaises du web affichent leur dynamisme
Les outils 2.0 séduisent les cadres, mais les freins demeurent
Que compte faire Dassault Systèmes avec Netvibes ?
Une carte de visite à vie
Viadeo : « Notre réseau en Chine enregistre 500 000 nouveaux membres par mois. »
Le nouveau Twitter prend son envol
Internet sans Frontières porte plainte contre Facebook
Le gouvernement lance un wiki pour enrichir la langue française
Quand les prédictions frisent le ridicule
Réseau social d’entreprise : sortez de la logique outil !
Tout savoir sur la curation et le curator
Cent millions de membres sur LinkedIn
« L'Effet Whuffie » : entretien avec Tara Hunt
Fail Conference : Entretien avec Loïc Le Meur
Xwiki joue la carte cloud
Le gouvernement donne un coup de fouet aux projets collaboratifs pour entreprises