En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Tu sérendipites ou tu procrastines ?

[Blog] Le surf perso au bureau est-il un gouffre pour la productivité ou le terreau de l’innovation ? Dilemme…

laisser un avis

Internet aura remis au goût du jour deux termes qui, en dépit de leur sonorité étrange, n’ont rien de grossier : sérendipité et procrastination. Le premier est un néologisme issu d’un mot anglais du XVIIIème.

La sérendipité consacre l’art de réaliser une découverte de façon inattendue, très loin de l’objet de recherche initial. On lui doit la radioactivité ou le vaccin contre le choléra et plus, proche de nous, la bande Velcro, le Post It et… le Botox.

Appliquée à internet, la sérendipité désigne tous ces trésors enfouis – articles, logiciels, chansons, vidéos - que l’on déniche par hasard au détour d’un lien. Les outils du web 2.0 favorisent ce zapping fructueux.

Plus connue, la procrastination désigne la tendance pathologique à remettre systématiquement à demain le travail que l’on peut faire le jour même. A la différence du paresseux, le procrastinateur est un perfectionniste qui, n’acceptant pas l’idée de rendre un résultat imparfait, le diffère sans cesse. Le web offre à ces retardataires chroniques un océan d’opportunités et d’excuses.

De sens a priori contraires, ces deux termes ne sont en fait que les deux mamelles d’un même comportement d’internaute. En procastinant sur le web, on peut tout à fait sérendipiter. Inversement, une navigation web au long cours peut, sous couvert de sérendipité, n’aboutir qu’à de la procrastination.

Le surf perso au bureau = 29,5 jours de perdu ?

Les entreprises doivent habilement juger ce qui relève de l’un ou de l’autre. Faut-il encourager le surf au bureau ou l’encadrer à travers d’une charte ? Schizophrènes, nos capitaines d’industrie ne savent plus sur quel pied danser. Prônant l’open innovation, ils demandent à leurs salariés de s’investir dans les médias sociaux tout en s’effrayant de la chute de productivité que cela entraîne.

Selon la dernière enquête réalisée par Olfeo, par ailleurs spécialiste du filtrage sur internet, les salariés ont passé l’an dernier 94 minutes par jour sur le web, dont 63 % à des fins personnelles. Soit 29 jours et demi.

Ces jours ont-ils été réellement perdus pour l’entreprise ? Pas sûr. Un petit tweet peut en cacher un gros. Tout en uploadant sur Facebook les photos de la petite dernière vous tomberez, peut-être, au fil des post sur l’idée de business du siècle.

envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Rendre visible son entreprise sur les réseaux sociaux
Le Social Media Manager, l'antenne de l'entreprise sur les réseaux sociaux
01LIVE HEBDO #52 : le debrief de l'actu high-tech 18h-18h30 (vidéo replay)
Les meilleures applications gratuites et indispensables pour Android
[Vidéo 01 Replay] Les réseaux sociaux trouvent-ils leur place en entreprise ?
Pourquoi nos grands DSI ne sont-ils pas sur Twitter ?
Mort de Christophe de Margerie : Mister Assur dérape sur Twitter puis s’excuse
LinkedIn drague ouvertement les étudiants
Faites des rencontres professionnelles autour d’une bonne table
Qu'attendent les dirigeants français des réseaux sociaux ?
Les femmes les plus influentes sur Internet en 2014
Klout serait racheté par un spécialiste du social CRM
Les entreprises face au "chaos digital"
Philippe Spanghero : « Comment j’ai lavé l’honneur de ma famille sur Twitter »
Communiquez avec votre marché grâce à Google+
Google + va t-il devenir plus intéressant que Facebook et Twitter ?
Frédric Lefebvre prétend que son compte Twitter a été piraté
François Hollande relance sa comm' en revenant sur Twitter
Google dépose un brevet pour répondre sur les réseaux sociaux à votre place
La publicité est-elle en train de pervertir les réseaux sociaux ?