En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'armement US se dote du premier ordinateur quantique

Après quatre ans d'annonces fantaisistes, le constructeur D-Wave assure avoir vendu son premier ordinateur quantique à Lockheed Martin.

laisser un avis
Le premier ordinateur quantique aurait été vendu au géant américain de l’armement, Lockheed Martin. L’ordinateur quantique est, en théorie, le super héros des ordinateurs. Il est censé faire apparaître spontanément l’unique solution d’un problème, au pire la mettrait très rapidement en évidence en affinant des probabilités, là où une machine ordinaire passe du temps à évaluer toutes les possibilités.
Dans le cas d’un acteur de la Défense, l’ordinateur quantique présenterait l’intérêt de décoder à la volée tous les messages cryptés, alors qu’un ordinateur classique mettrait des décennies pour y parvenir.

Super ordinateur ou supercherie ?

Le processeur quantique du D-Wave One.
agrandir la photo
Seulement voilà. Cette annonce laisse dubitatifs les observateurs. Pour commencer, le fabricant canadien de ce premier ordinateur quantique, D-Wave, prétend depuis début 2007 qu’il a les moyens de l’industrialiser. Mais toutes ses dates de lancement se sont jusqu’ici révélées fantaisistes.
Pour autant, les ingénieurs de D-Wave viennent de publier un article descriptif dans le magazine scientifique britannique Nature. A bien y regarder, leur invention consiste surtout à assembler huit éléments quantiques d’informations - des qubits - et à observer qu’ils se comportent bien comme le prévoient les lois de la physique quantique. C’est peu ou prou ce que les laboratoires d’IBM et une poignée d’autres centres de recherches sont parvenus à faire depuis la fin des années 90.
En tout cas, ce descriptif technique de D-Wave n’a rien à voir avec la présentation commerciale de son ordinateur. D-Wave évoque une machine de série, dotée d’un processeur quantique Europa qui fonctionnerait  en milieu cryogénique et dont la puissance phénoménale serait déjà de 128 qubits.
Le professeur Scott Aaronson, spécialiste de l’ordinateur quantique au MIT, avance pour sa part que les 10 millions de dollars payés par Lockheed Martin ne sont pas suffisamment significatifs pour prouver que l’ordinateur de D-Wave fonctionne. « On ignore les raisons de Lockheed. Et puis, pour eux, 10 millions, ça peut très bien être une bagatelle, même lorsqu’il s’agit d’acquérir une technologie totalement infondée », dit-il.
Sur son blog, D-Wave suggère que la fabrication en série de son ordinateur quantique est imminente.

Des bits subatomiques

Un calculateur quantique ne repose pas sur des bits (dont la valeur est 0 ou 1), mais sur des qubits dans lesquels les valeurs 0 et 1 sont superposées jusqu’à ce qu’une opération externe, ici l’algorithme, fige l’une ou l’autre. La difficulté de fabriquer un ordinateur quantique est que le moindre phénomène extérieur peut figer le qubit dans un état ou dans l’autre avant que l'algorithme ait pu opérer. Il faut donc isoler le qubit, par exemple en le faisant fonctionner à une température proche du zéro absolu. D’où l’idée du processeur dans un milieu cryogénisé de D-Wave.
Dans le principe, chaque qubit est constitué d’une particule, aussi petite qu’un proton ou qu’un neutron. Les valeurs 0 et 1 correspondent au spin de cette particule. Le spin est une propriété magnétique qui apparait quand on observe une particule. On attribue le spin - de manière purement théorique - au sens de rotation de la particule sur elle-même.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
La France veut produire les meilleures puces optiques du monde
Les soldats américains vont être dotés de supers pouvoirs
01 Replay : On ne forme pas assez d'ingénieurs en France sur les nouveaux métiers
Météo France investit 30 millions d’euros dans deux supercalculateurs
Avec Memex, la Darpa veut un outil de recherche plus performant que Google
L'Inria dévoile ses projets d'interfaces homme-machine
Un supercalculateur vert à l’Université de Reims
Comment crypter de façon simple vos e-mails sensibles
La solution de chiffrement Zed! arrive sur smartphone
Les batteries rechargées en quelques minutes et pour des jours arrivent...
Google fête ses quinze ans avec un nouvel algorithme et un easter egg
Espionnage américain : les hébergeurs allemands vont chiffrer tous les e-mails
Un nouveau centre de recherche pour comprendre les nouveaux modèles économiques
L’incroyable défi de la DARPA au secteur robotique
bRIGHT, les créateurs de SIRI inventent un assistant qui sait ce qu’il vous faut
Priorité au logiciel libre dans l’enseignement supérieur
Wooxo : Sa box est aux PME ce que la boîte noire est aux avions
Google et l’Inria renforcent leur partenariat
La Chine écrase les Etats-Unis au niveau des supercalculateurs