En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'internet se prépare au test planétaire de l'IPv6

La journée mondiale IPv6 servira de test grandeur nature aux acteurs du contenu sur le net et révélera l’état de migration vers IPv6 des réseaux connectant les clients aux sites web.

laisser un avis
Le 8 juin, le monde entier est invité, pour ceux qui auront un accès IPv6 activé, à tester les sites des grands fournisseurs de contenus
agrandir la photo
Lors de la journée mondiale de l’IPv6, le mercredi 8 juin, organisée par l’association Isoc avec le soutien de poids lourds américains du web (Google, Facebook, Yahoo, Akamai…), plusieurs centaines de sites web seront accessibles en adressage IPv6, en plus de leur adressage IPv4 existant. Pour la première fois, un grand nombre d’acteurs vont travailler dans un but commun : utiliser et tester l'internet IPv6 à grande échelle afin de détecter les problèmes opérationnels empêchant l’accès aux sites (voir entretien avec Mohsen Souissi, de l’Afnic).
A ce jour, plus de 400 sites web recensés par l’Isoc offriront cette double possibilité d’accès par adressage IPv6 et IPv4. Et si le nouvel adressage IPv6 est déjà déployé dans de nombreux réseaux d’opérateurs, il n'aura jamais été utilisé à une telle échelle par des internautes auparavant.
Mohsen Mohsen
Selon les statistiques de Google, seulement 0,3 % des internautes disposaient d'une connexion IPv6 native
agrandir la photo

Tester la connectivité IP de bout en bout

Le système IPv6 est capable de fournir un espace quasi infini d’adresses IP. Toute la difficulté de la période actuelle tient à l’incompatibilité entre les deux systèmes d’adressage et à leur nécessaire cohabitation au sein d'internet, à travers de complexes mécanismes. L’un des enjeux de la journée du 8 juin est précisément de promouvoir la connectivité IP « d’un bout à l’autre » de la chaîne de communication qui a fait le succès planétaire du net. Cette journée sera ainsi l’occasion d’anticiper l’ère, plus très lointaine, où les nouveaux sites web se verront attribuer uniquement une adresse IPv6 et plus d'adresse IPV4, dont la pénurie s’approche.

Les entreprises attentistes, les opérateurs actifs

Le réseau étendu des entreprises reste peu touché par la pénurie d'adresses IP car utilisant un adressage privé.
agrandir la photo
Or malgré la disponibilité du nouvel adressage IPv6 depuis plus d’une dizaine d’années, la transition infuse lentement auprès des entreprises. Pourtant, du côté des postes clients, le protocole IPv6 étant  géré par les systèmes d'exploitations modernes (Windows 7, Mac OSX ou Linux). Selon une étude réalisée auprès de 2 400 entreprises par Infoblox, fournisseur de serveurs DNS, 80 % d’entre elles estiment n’être pas suffisamment instruites sur la migration IPv6. Le manque de connaissance et le risque de l’inconnu sont les grandes craintes exprimées sur le nouvel adressage. 
De leur côté, les premiers concernés – les opérateurs et les fournisseurs d'accès internet (FAI) – ont déjà entrepris un vaste chantier de migration de leur propre infrastructure pour assurer la transition. La plupart des FAI professionnels, qu'ils soient grands (OBS, SFR Business Team…) ou petits (Nerim) proposent un adressage IPv6 aux sociétés qui en font la demande. Tous ont entrepris la migration de leur propre réseau, sachant que selon la taille, le niveau de complexité de leur architecture, le chantier est plus ou moins long.

La pénurie d’adresses IP se précise

Ce sont les RIR (registres internet régionaux) qui distribuent les adresses IPv4 restantes aux FAI, aux hébergeurs et aux opérateurs en fonction de leurs demandes. Ces derniers les octroient ensuite à leurs abonnés. A ce jour, selon l’association française Afnic, l’Asie-Pacifique serait la première région du monde touchée par la pénurie de ces adresses. La cause en serait l'essor des télécoms sur ce continent très peuplé, plus rapide que prévu, conduisant le registre internet régional asiatique, l'Apnic (Asia Pacific Network Information Center), à rationner les dernières adresses IPv4. En Europe,  le registre internet régional  disposerait encore d’adresses IPv4 pour probablement moins d’un an.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Retour vers le futur, nous avons essayé le tout IPv6
13% des entreprises internationales ont déjà adopté IPv6
Aujourd'hui, le monde bascule... en IPv6 !
IPv6 : la bascule définitive commence
Tester sa connexion IPv6 avant le lancement mondial
L'utilitaire AirPort v6.0 d'Apple pas compatible IPv6
Econocom rejoint l'Alliance IPSO pour la promotion de l'IPv6 dans le M2M
Les géants du net ouvriront des accès IPv6 permanents le 6 juin 2012
La France en tête d'IPv6 pour les noms de domaine
IPv6 devient obligatoire dans les marchés publics
L'Etat veut accélérer la migration des réseaux vers IPv6
IPv6 : êtes-vous prêt pour l’Internet du futur ?
IPv6 : « Le maillon le plus faible est la connectivité des clients »
Une place de marché pour adresses IPv4
Brocade utilise ses répartiteurs de charge pour migrer vers IPv6
Cinq idées reçues sur l'adressage IPv6
Stéphane Bortzmeyer (Afnic) : « La fin d'IP v. 4 va fragiliser l'internet »
La pénurie d'adresses IPv4 pointe à l'horizon
En juin, les géants de l'internet proposent une « Journée IPv6 »