En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Réseaux sociaux, que le monde est petit !

L’analyse des réseaux sociaux a permis de définir un certain nombre de théories applicables aux groupes et aux individus, comme celles des six degrés de séparation. Elles aident à appréhender la révolution suscitée par les réseaux sociaux numériques (Linkedin, Viadeo, Twitter, Facebook, etc.), au même titre que la psychosociologie, qui n’est pas une science exacte.

laisser un avis
agrandir la photo
Parmi les théories liées aux réseaux sociaux, celle des six degrés de séparation prend d’autant plus d’importance que le grand public utilise massivement les outils du type Facebook ou Twitter. En 1929, l’écrivain hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938) publie une nouvelle intitulée Chain-links. Fortement inspiré par Jules Vernes, il y développe l’hypothèse selon laquelle toute personne est liée à toute autre par l’intermédiaire de cinq à six individus au plus. Frigyes Karinthy avait l’intime conviction que le monde rétrécissait au fur et à mesure que la connectivité entre les hommes grandissait.
Cette nouvelle eut un fort retentissement, et la théorie proposée par Karinthy fut prise très au sérieux par de nombreux scientifiques (mathématiciens, sociologues, etc.) à travers le monde. Mais ce postulat restera longtemps au stade d’hypothèse, jusqu’à « l’expérience du petit monde », de Stanley Milgram (1933-1984).

L’expérience du petit monde

En 1963, Stanley Milgram, psychologue américain, propose une démonstration grandeur nature de cette théorie. Il réalise alors l’expérience dite du « petit monde », ou « small world », pour démontrer la validité de la théorie de Frigyes Karinthy. Habitant différentes villes des Etats-Unis, les participants ont alors pour mission de faire parvenir un document à un individu ciblé (nom, profession, ville…) par l’intermédiaire de personnes le connaissant ou connaissant une personne le connaissant, et ainsi de suite.
A l’issue de l’expérience, il va de soi que de nombreux documents se sont perdus en route. Toutefois, dans le cas des documents arrivés à bon port, la moyenne du nombre d’intermédiaires constatée est de 5, 2 personnes. Ce résultat corrobore assez fidèlement l’hypothèse émise trente ans plus tôt par Frigyes Karinthy. La théorie prit naturellement le nom de « six degrés de séparation ».
Principe des Six degrés de séparation
© L. Van Lieshout
Principe des Six degrés de séparation
agrandir la photo

Les réseaux sociaux numériques

Le succès actuel des réseaux sociaux confère une importance non négligeable à ces théories. En effet, les relations entre les individus se tissent majoritairement aujourd’hui au sein de réseaux sociaux numériques (Linkedin, Viadeo, Twitter, Facebook, etc.). Le principe des six degrés de séparation laisse penser qu’il existerait une métacommunauté à l’échelle de la planète, et bel et bien vivante puisque ses liens sont actifs.
Or, la vérification de cette théorie dans les gigantesques bases de données que constituent les médias sociaux révèle qu’en effet le nombre d’intermédiaires entre deux individus pris au hasard sur les réseaux sociaux numériques publics se situe entre cinq et sept en moyenne !
La mise en œuvre grandissante de réseaux sociaux d’entreprise (médias sociaux à destination des collaborateurs de celle-ci) nous permettra probablement très vite de vérifier l’application de la théorie des six degrés de séparation au sein même de nos grandes multinationales. Si cela se vérifie sur de grands échantillons (nombre d’adhérant actifs au média social suffisant), alors nos grandes compagnies ne représenteraient finalement que de grands villages numériques.

Ziryeb Marouf

Diplômé de l'Essec et de Télécom ParisTech, Ziryeb est RRH 2.0 (responsable RH 2.0) chez France Télécom Orange et a participé à la mise en œuvre du réseau social interne Plazza. Il est également président fondateur de l'Observatoire des réseaux sociaux d'entreprise et auteur du livre Les réseaux sociaux numériques d'entreprise : état des lieux et raisons d'agir, aux éditions l'Harmattan.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les entreprises face au "chaos digital"
Google + va t-il devenir plus intéressant que Facebook et Twitter ?
Transformation digitale : revenir au Moyen-Age ?
Transformation digitale : le lièvre et la tortue
L'incidence des groupes ouverts ou fermés sur la dynamique collaborative
Les entreprises tuent-elles la culture digitale ?
Transformation digitale : Du verre à moitié vide au verre à moitié plein
Une crise qui en cache une autre
Transformation digitale : une longue quête
Sortir du tout processus et rechercher les meilleures pratiques
Social business : simplifier les systèmes
Social business : faire confiance et donner du sens
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
Social business : comment engager vos collaborateurs
Faites des rencontres professionnelles autour d’une bonne table
SXSW 2014 : l’affirmation d’une culture digitale qui bouleverse tous les codes
Qu'attendent les dirigeants français des réseaux sociaux ?
Vis ma vie de consultant AMOA pour les projets collaboratifs
Les managers sont aussi des leaders et influenceurs
Entreprise 2.0, un nouveau cycle ?