En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Réseaux sociaux, les amis de mes amis...

La théorie des liens faibles et des liens forts est très structurante dans la logique des réseaux sociaux. Mais qu’en est-il de la pertinence de cette théorie lorsqu’un internaute collectionne 1 024 « amis » Facebook ou contacts Viadeo ? Regardons tout cela de plus près en passant le principe des « FOAF » (friends of a friend) à l’épreuve du « nombre de Dunbar ».

laisser un avis
Les réseaux sociaux d\'entreprise
© Ziryeb Marouf. L'Harmattan
Les réseaux sociaux d'entreprise
Les individus B, C, D, E et F sont les liens forts de « A ». Les autres individus représentant ses liens faibles.
agrandir la photo
Les liens forts définissent la relation que j’ai à mes proches, mes amis, ma famille. Ils sont qualifiés ainsi car je connais bien ces personnes. Par contre, les amis de mes amis constituent mes liens faibles. Je les connais par le biais d’un intermédiaire et donc ils sont naturellement moins proches de moi. Le paradoxe et l’intérêt de cette théorie résident dans le fait que mon réseau de liens faibles est beaucoup plus porteur de valeur que celui des mes liens forts ! Pourquoi ?
D’abord, parce qu’une personne issue de mes liens forts connaît, pour majorité, les mêmes personnes que moi. Ensuite, parce que, contrairement à mes liens forts, mes liens faibles n’ont pas d’idées préconçues quant à mon savoir, mon savoir-faire ou mon savoir-être. Enfin, et surtout, parce que mes liens faibles ont, a priori, un regard bienveillant sur moi car je me recommande d’une de leurs connaissances. De fait, si je cherche un nouvel emploi, mes liens faibles représentent beaucoup plus d’opportunités et de nouvelles perspectives connectives que mes liens forts.

Le nombre de Dunbar

Robin Dunbar
© Oxford Mail
Robin Dunbar
agrandir la photo
L’anthropologue britannique Robin Dunbar dirige actuellement l'Institut d'anthropologie cognitive et évolutive de l'université d'Oxford. Dans le cadre de ses recherches, il a démontré que le néocortex humain ne permet pas à l’homme d’entretenir plus de 148 relations actives avec ses proches. A la lumière de cette limite physiologique, que signifie réellement le fait d’avoir 1 024 relations dans Linkedin ?
Les détracteurs vous diront qu’une mise en relation virtuelle – ajouter un ami – relève d’une démarche de collectionneur simple comme un clic, d’une illusion relationnelle. Et qu’il ne peut en aucun cas s’agir de relations réelles, entretenues et durables.
Les promoteurs vous expliqueront qu’une relation n’est rien d’autre que la capacité de se tenir informé de l’actualité des membres de son réseau de contacts. Ils ajouteront qu’il y a dans le réseau une forme d’intelligence artificielle qui les tient mieux informés des actualités de leurs connaissances que ceux qui ne jurent que par des relations IRL (In Real Life, autrement dit « dans la vraie vie »). D’ailleurs, ces derniers n’ont peut-être pas vu leurs vrais amis depuis des mois, voire des années.
Les pragmatiques, enfin, vous diront d’inviter vos amis Facebook à vous aider à déménager dimanche prochain, vous saurez alors faire la part de choses entre les amis réels et les amis virtuels.

L’entreprise étendue

En entreprise, on peut considérer que les organigrammes représentent, au sein de chaque équipe, un ensemble de liens forts, distincts. Or l’entreprise a tout à gagner à travailler en groupes transverses, c'est-à-dire à désiloter autant que possible ses départements pour s’ouvrir aux liens faibles, tout en fédérant et en développant ses liens forts. Alors qu’habituellement chaque collaborateur est logé dans une équipe autonome. L’équipe client étendue ou 2.0 intégrerait commerciaux, techniciens d’interventions, juristes et chefs produit marketing au sein de la même communauté. Le réseau social d’entreprise favorise la dynamique de ces communautés, notamment par le biais de la mise en relation des profils enrichis. Ces derniers aident, en effet, à mieux se connaître et à mieux travailler les uns avec les autres. Des liens faibles sont alors transformés en liens forts.
Cette ouverture doit donc s’étendre aux fournisseurs et aux clients eux même ! L’entreprise 2.0  se moque de savoir si les relations numériques sont factices ou bien réelles, elle se concentre simplement sur les bénéfices qu’elle saura en tirer. Par exemple, réduire le « Time to Market » en  développant de nouveaux produits tout en associant au processus l’ensemble des acteurs concernés y compris le consommateur final.

Ziryeb Marouf

Diplômé de l'Essec et de Télécom ParisTech, Ziryeb est RRH 2.0 (responsable RH 2.0) chez France Télécom Orange et a participé à la mise en œuvre du réseau social interne Plazza. Il est également président fondateur de l'Observatoire des réseaux sociaux d'entreprise et auteur du livre Les réseaux sociaux numériques d'entreprise : état des lieux et raisons d'agir, aux éditions l'Harmattan.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les entreprises face au "chaos digital"
Google + va t-il devenir plus intéressant que Facebook et Twitter ?
Transformation digitale : revenir au Moyen-Age ?
Transformation digitale : le lièvre et la tortue
Les entreprises tuent-elles la culture digitale ?
Transformation digitale : Du verre à moitié vide au verre à moitié plein
Une crise qui en cache une autre
Sortir du tout processus et rechercher les meilleures pratiques
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
Faites des rencontres professionnelles autour d’une bonne table
SXSW 2014 : l’affirmation d’une culture digitale qui bouleverse tous les codes
Qu'attendent les dirigeants français des réseaux sociaux ?
Vis ma vie de consultant AMOA pour les projets collaboratifs
Les managers sont aussi des leaders et influenceurs
Développer une « économie de la collaboration » dans l’entreprise
Communiquez avec votre marché grâce à Google+
Frédric Lefebvre prétend que son compte Twitter a été piraté
François Hollande relance sa comm' en revenant sur Twitter
Google dépose un brevet pour répondre sur les réseaux sociaux à votre place
La publicité est-elle en train de pervertir les réseaux sociaux ?