En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les contradictions de l’open data

« Les ministères gagneront à la libération des données publiques »

laisser un avis
Les débats de l’open data se concentrent sur les conditions de réutilisation des données publiques (informations météo, trafic, démographie). Gratuites ? Gratuites sous conditions ? Payantes si elles ont fait l’objet d’un investissement ? La complexité de ces questions tient surtout au manque d’homogénéité des parties prenantes. A priori, les lignes sont claires. D’un côté, l’administration, détentrice de l’information. De l’autre, les consommateurs : sociétés privées, chercheurs, citoyens. Au centre, les promoteurs de cette libération : la sphère politique, et en particulier le gouvernement. Chacun de ces acteurs affiche cependant en son sein des positions et des intérêts souvent divergents. L’Etat déjà. Celui-ci est tiraillé entre deux logiques. L’une s’appuie sur la gratuité des données, et pousse à la transparence l’action publique et l’émergence de nouveaux marchés. L’autre, qui encourage les gains pour l’Etat, table sur la valorisation des informations publiques, souvent au travers d’une monétisation. Deux positions difficilement réconciliables… surtout en temps de vaches maigres. Les producteurs de données, ensuite. Là encore, une fracture. En dépit de l’effort mené pour extraire et mettre en ligne leurs données, ministères et collectivités ont finalement tout à gagner à cette libération, même gratuite : retombées économiques, rentrées fiscales… D’autres ont tout à perdre. C’est le cas des Etablissements publics à caractère administratif (EPA), tels que l’Inpi (Institut national de la propriété individuelle) et l’IGN, dont le modèle économique repose en partie sur la vente de données : registres des sociétés, cartes, etc. Enfin, la césure existe chez les consommateurs de données publiques. Entre, d’une part, les PME et les start up, qui se félicitent de la gratuité véhiculée par l’open data. Et, d’autre part, les grands revendeurs de données, habitués à acheter, agréger et enrichir de l’information auprès de l’administration. Pour eux, cette gratuité casse le marché en l’ouvrant à de nouveaux entrants.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les 3 choses à savoir sur la géolocalisation « in store »
Pas d’omnicanal, sans une digitalisation des points de vente
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (4/4)
Quand le big data s’invite pendant vos vacances
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (3/4)
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (2/4)
Transformation digitale : Du verre à moitié vide au verre à moitié plein
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (1/4)
Contrefaçon d’articles : la victoire de David contre Goliath
Le renouveau du marketing B2B
La Coupe du Monde n’aura plus lieu
Vers le million et demi de noms de domaine déposés dans les nouvelles extensions
L'audace est une garantie de succès dans la digitalisation d'une entreprise
A quoi sert vraiment un réseau social d’entreprise ?
Réseaux sociaux : remettre de l'humain dans la relation client
L’essentiel du Patch Tuesday de juillet 2014
Une idée simple : pour enseigner l'informatique, il faut des informaticiens
Ceintures de sécurité et crash-test : des modèles pour la sécurité de l’information ?
Une crise qui en cache une autre
Les nouveaux types de failles (et comment essayer de les contrer)