En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les contradictions de l’open data

« Les ministères gagneront à la libération des données publiques »

laisser un avis
Les débats de l’open data se concentrent sur les conditions de réutilisation des données publiques (informations météo, trafic, démographie). Gratuites ? Gratuites sous conditions ? Payantes si elles ont fait l’objet d’un investissement ? La complexité de ces questions tient surtout au manque d’homogénéité des parties prenantes. A priori, les lignes sont claires. D’un côté, l’administration, détentrice de l’information. De l’autre, les consommateurs : sociétés privées, chercheurs, citoyens. Au centre, les promoteurs de cette libération : la sphère politique, et en particulier le gouvernement. Chacun de ces acteurs affiche cependant en son sein des positions et des intérêts souvent divergents. L’Etat déjà. Celui-ci est tiraillé entre deux logiques. L’une s’appuie sur la gratuité des données, et pousse à la transparence l’action publique et l’émergence de nouveaux marchés. L’autre, qui encourage les gains pour l’Etat, table sur la valorisation des informations publiques, souvent au travers d’une monétisation. Deux positions difficilement réconciliables… surtout en temps de vaches maigres. Les producteurs de données, ensuite. Là encore, une fracture. En dépit de l’effort mené pour extraire et mettre en ligne leurs données, ministères et collectivités ont finalement tout à gagner à cette libération, même gratuite : retombées économiques, rentrées fiscales… D’autres ont tout à perdre. C’est le cas des Etablissements publics à caractère administratif (EPA), tels que l’Inpi (Institut national de la propriété individuelle) et l’IGN, dont le modèle économique repose en partie sur la vente de données : registres des sociétés, cartes, etc. Enfin, la césure existe chez les consommateurs de données publiques. Entre, d’une part, les PME et les start up, qui se félicitent de la gratuité véhiculée par l’open data. Et, d’autre part, les grands revendeurs de données, habitués à acheter, agréger et enrichir de l’information auprès de l’administration. Pour eux, cette gratuité casse le marché en l’ouvrant à de nouveaux entrants.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Quand les RH huilent les rouages de la digitalisation de l’entreprise
Applications mobiles versus sites web mobiles : une question de stratégie
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
Twitter, un véritable outil d’informations et de veille pour les professionnels
Données d'entreprise et applications grand public : un mélange dangereux
Qu’est-ce que les malwares et les moustiques ont en commun ?
Les datacenters au cœur de la vie mobile
10 idées à Axelle Lemaire pour doper le numérique en France
Joyeux anniversaire IBM France
La double vie des politiques sur Twitter
Arnaud Montebourg a-t-il besoin d’un Secrétaire d’Etat au numérique ?
Objets connectés : future cible des hackers, prochains enjeux de la DSI
Le M-Paiement : une plateforme jugée risquée
Fin du support de XP, quel comportement les entreprises doivent-elles adopter ?
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Il faut sauver le soldat Pellerin !
L’accès des prestataires au réseau des entreprises rend ces dernières plus vulnérables