En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La dépense informatique progresse malgré la crise

En 2011, IDC France anticipe une hausse de la dépense IT de 2,5%, évaluée à 45 milliards d'euros, contre 3,6 % en 2010. La prudence est de mise pour 2012.

laisser un avis
IDC anticipe une croissance globale de 2,5% à 45 milliards d'euros
agrandir la photo
En dépit de la crise de la dette publique dans la zone euro, lourde d'incertitudes économiques, les investissements des entreprises françaises dans les technologies de l’information et de communication ne semblent pas remis en cause pour 2011, souligne IDC France dans son analyse conjoncturelle. Mais il y a bien un ralentissement de la croissance de la dépense informatique, anticipé sur l'ensemble de l'année 2011 : 2,5 % en hausse globale contre 3,6  % en 2010. Cette croissance se décompose respectivement en 2,4 %, 4 % et 1,3 % pour les services, les logiciels et les équipements matériels.
En dépit de ce léger ralentissement, le maintien global de la croissance en 2011 s'expliqueraient essentielllement par un bon premier semestre, les analystes d'IDC France ayant constaté une forte croissance des services IT et des logiciels sur cette période.
Pus généralement, les tendances qui soutiennent le marché français ont, selon IDC, trait au recours renforcé à l'externalisation des prestations informatiques, au développement des solutions mobiles, à la rationalisation des infrastructures IT et à la virtualisation, liée au services cloud.

Incertitude et révision à la baisse en 2012

La situation cet automne contraste singulièrement avec la crise ayant prévalu à l’automne 2008. « La faillite de la banque d’affaires Lehman Brothers s’était alors poursuivie par une contraction brutale des dépenses informatiques, aboutissant à un recul de 7,5 % en 2009 par rapport à 2008, explique t-on au cabinet d'études. Evidemment, il existe une corrélation entre la croissance du PIB et celle des marchés IT et télécoms, reconnaît Didier Krainc, directeur général d'IDC France. C'est pourquoi nous avons dû réviser nos prévisions à la baisse, mais nous pensons que cette fois-ci, l'impact négatif du contexte économique global restera limité sur 2011 et ne conduira pas à une récession en 2012. »
Toutefois, environ 10 % des entreprises en France auraient déjà révisé à la baisse leur plan d'investissement en 2012, reconnaît-on chez IDC. La prudence reste donc de mise pour les projections faites pour l'année prochaine, les incertitudes sur la conjoncture économique restant patentes.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Plan social en vue à l’informatique de BPCE
Les fabricants de tablettes comptent sur le filon du marché des entreprises et des pays émergents
L’innovation, avenir des DSI
Les investissements IT devraient augmenter de « seulement » 2,1 % en 2014
De 30 à 50 % du budget IT échappe aux DSI
Le nouveau référentiel Apec des métiers de la DSI est arrivé
Deloitte dévoile les dix tendances technologiques 2014
Microsoft met la création d’applis à la portée des directions métiers
DSI versus DRH
Le numérique s’inscrit au cœur du patrimoine génétique des entreprises
La gestion du patrimoine applicatif s’attaque aux grosses dépenses IT
Les DSI doutent de leur capacité à faire face au choc numérique
Les dépenses IT reprendront des couleurs en 2014
Avec le numérique, quels changements de société désirons-nous ?
Comment le DSI peut-il (re)devenir incoutournable
Les six points clefs d’une stratégie numérique
DSI, êtes-vous « disruptif » ou traditionnel ?
Alstom supprimerait une centaine de postes d’informaticiens
Les DSI aperçoivent la sortie de crise