En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Conseil national du numérique affiche ses trois chantiers prioritaires

Mis en place depuis six mois, le CNNum veut désormais être moteur sur les dossiers de la compétitivité numérique, de l'open data et de l'e-éducation.

laisser un avis
Gilles Babinet, Président du CNNum
« Nous sommes atterrés que le numérique ne soit pas un sujet central de la présidentielle. » A l’occasion du bilan des six premiers mois du Conseil national du numérique (CNNum), son président Gilles Babinet ne s’est pas privé de quelques piques en direction de la classe politique française. Tout en rappelant que si le CNNum n’avait aucune légitimité à juger le programme des candidats à la présidentielle, cette nouvelle institution se tenait toutefois « à la disposition de tous les partis » désirant étayer leurs propositions dans le domaine des nouvelles technologies.
Dans les prochains mois, en plus des ses missions de consultation auprès du gouvernement et du Parlement, le CNNum compte bien jouer un rôle d’aiguillon sur trois grands chantiers.
Le premier d’entre eux porte sur la compétitivité numérique, où la France ne maximalise pas suffisamment ses atouts. « Le numérique représente 3,2 % du PIB français et 25 % de la croissance de ce PIB. Le numérique est donc un axe de développement essentiel dans une période où l’on va chercher la croissance avec les dents », explique Gilles Babinet, qui par ailleurs, déplore qu’il y ait aujourd’hui « de 30 000 à 70 000 offres d'emploi non pourvues dans les industries du numérique ».
Deuxième chantier : l’open data, un domaine où là encore, la France affiche un retard par rapport à des pays comme le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande ou la Suède. Selon la CNNum, la diffusion des données publiques à tous les échelons administratifs créera de nombreuses opportunités économiques, tout en améliorant la vie démocratique.
Enfin, le troisième sujet concerne l’e-education. Le  CNNum se dit convaincu que l’usage des nouvelles technologies peut être un remède à l’échec scolaire en France, où 19 % des enfants sortent de l’école primaire sans maîtriser la lecture et l’écriture. « En Inde, par exemple, ils mettent en place des outils performants dans leurs écoles qui mériteraient d’être examinés de près », affirme Gilles Babinet.
Sur ces trois dossiers stratégiques, le CNNum publiera ses conclusions d’ici au début de l’année 2012.
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les retombées économiques de l'open data viendront de la société civile, assure Gilles Babinet
Pour Gilles Babinet, la Cnil est « un ennemi de la Nation »
Gilles Babinet : « L'Etat privilégie la rente au détriment de l’innovation »
François Fillon : « Le numérique est une révolution humaine, sociale et démocratique »
Nicolas Sarkozy lance les Journées du numérique
Filtrage du Net : le décret controversé va être revu [MAJ]
Le Conseil national du numérique oublie les internautes
Allianz lance un fonds de financement participatif
Le sort de la filiale câble sous-marin d'Alcatel-Lucent en suspens
Alcatel-Lucent se vend intégralement à Nokia
Se faire rançonner ses données : une nouvelle forme de e-banditisme
Comment le smartphone va devenir le meilleur allié des commerçants
Jeune entrepreneur, étudiant, devenez le talent du numérique 2015
Youtube s'apprête à lancer une offre payante
Linkedin acquiert une société américaine de formation en ligne
Elliott, ce fonds qui incite les éditeurs américains à quitter la bourse
Les grands écrans entrent dans les agences Banque Populaire
Informatica se vend à des fonds américains
Dailymotion : PCCW renonce, Vivendi fait une offre de rachat