En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La Chine salvatrice inquiète

laisser un avis
En pleine crise financière de la dette, l’Europe se tourne notamment vers la puissante Chine pour l’aider à sortir de son marasme économique. Mais en regardant à travers le prisme des télécoms, la Chine effraie. Huawei et ZTE, les deux plus gros équipementiers télécoms chinois, sont dans le collimateur des concurrents occidentaux (Alcatel-Lucent, Ericsson, Nokia, Siemens Networks…) et des autorités américaines. Selon eux, ces dragons détruiraient les emplois occidentaux du secteur.
Telles les mythologiques sirènes, Huawei et ZTE attireraient les clients grâce à leur outil de prédilection : les prix cassés. Ils seraient même susceptibles d’espionner ceux qui leur auraient accordé leur confiance… Certaines de ces raisons sont dignes d’un autre siècle. Car, malgré les multiples reproches, les faits sont là : Huawei est, depuis début 2011, le numéro deux mondial des équipementiers télécoms(1). Compte tenu de sa progression, il est fort à parier qu’il sera sacré numéro un en 2012. ZTE est entré cette année dans le top 5 des vendeurs mondiaux de terminaux mobiles(2).
Certes, hors de Chine, ces équipementiers sont surtout présents dans les pays en voie de développement, mais les sociétés et les opérateurs télécoms européens les voient aujourd’hui comme des alternatives à l’existant. En France, ils sont partenaires de nos opérateurs mobiles dans la construction de leurs réseaux et dans la fourniture de solutions de communication vidéo. La dynamique est identique dans de nombreux pays d’Europe de l’Ouest.
De plus, Huawei et ZTE réinvestissent leurs profits en développant leurs activités pour entreprise, comme Alcatel l’a fait à ses grandes heures. Ils défient Cisco. Admettez-le, certaines de leurs propositions de valeur sont équivalentes, voire meilleures que celles d’acteurs établis. Pour preuve, leurs succès grandissant à travers le monde et les technologies.
(1) Chiffres d’affaires audités par KPMG.
(2) IDC, octobre 2011.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
De la difficulté à mesurer l’engagement et la mobilisation de ses clients
France Connect, un accès universel aux administrations en ligne
Transformation digitale : le lièvre et la tortue
Vite, un Grenelle du numérique
Guerre contre les cyber-escrocs qui envahissent la publicité en ligne
Plongée au coeur d’une cyberattaque
Ebola et les réseaux sociaux
Cas GoPro : ignorer les rumeurs est une erreur majeure
Une bonne gestion de la dématérialisation, un levier essentiel pour l’entreprise
Ces ruptures qui vont transformer nos vies
Affaire « Vie de Merde » : un concept non protégé par le droit d’auteur, mais...
Pourquoi vos outils collaboratifs ne génèrent aucun gain de productivité
Quand les entreprises font marche arrière sur le modèle offshore
Classement des extensions septembre 2014 : le .COM plus rapide que l'ensemble des NewgTLDs
Maîtrisez votre nom de domaine et comprenez la magie de Time To Live
L'incidence des groupes ouverts ou fermés sur la dynamique collaborative
Pourquoi Google, Apple, Amazon ou Facebook ne deviendront probablement jamais des banques
Innovation : Pourquoi Apple ne fait plus la course en tête ?
Comment s’écarter de la DSI sans pour autant l’exclure ?
Internet des objets et protection de l’information : quelle sécurité pour la mesure de soi ?