En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Zadara Storage, ou comment construire une baie de disques dans le cloud

[IT Press Tour Silicon Valley 2011]. Rencontre avec la start up Zadara Storage, qui propose d'allouer sur le cloud des ressources de stockage dédiées.

laisser un avis
La location de ressources de stockage dans le cloud relève le plus souvent d'un service basique. EBS (Elastic Block Storage) d'Amazon, par exemple, ne permet de définir que des volumes virtuels. Sans autres détails sur le contrôleur ou les caractéristiques des disques. Donc sans aucune garantie de performance. C'est de constat qu'est née la start up Zadara. Cette jeune société, employant 10 personnes, propose aux utilisateurs des cloud d'Amazon, de RackSpace, d’OpSource et de GoGrid de concevoir eux-mêmes leur baie de disques virtuels.

Une performance garantie quelle que soit la consommation globale

Noam Shendar
agrandir la photo
« Concrètement, avec notre Virtual Private Storage Array (VPSA), nous allouons à nos clients des ressources dédiées. En l'occurrence des disques. Eux seuls y ont accès. Ils ne sont donc pas tributaires du nivea », explique Noam Shendar, en charge du business développement. Ici, quelle que soit l'activité globale, la performance est donc maintenue.
Pour allouer ces ressources, Zadara loue auprès des quatre fournisseurs de cloud cités précédemment des serveurs banalisés. Serveurs sur lesquels la start up a installé son logiciel d'allocation de processeurs, de contrôleurs et de disques. C'est par le biais de cet outil que les utilisateurs spécifient le nombre, la rapidité et la capacité de leurs disques, ainsi que leur regroupement au sein de volumes virtuels. Ils indiquent également le niveau de redondance attendu (VPSA supporte plusieurs niveau de RAID logiciel). Enfin, le gestionnaire de Zadara rattache ces ressources de stockage à des serveurs alloués au préalable dans le cloud. Le lien entre serveurs et VPSA se faisant par le biais du protocole iSCSI.

Pour les petites et moyennes entreprises

agrandir la photo
« Le service s'adresse principalement aux petites et moyennes entreprises, jusque-là peu portées sur la gestion du stockage », précise Noam Shendar qui, par ailleurs, cible avec sa baie virtuelle, les applications d'e-commerce, les logiciels manipulant de la vidéo et plus généralement les bases de données.
VPSA est actuellement en test chez une soixantaine de clients mais devrait être officiellement lancé au second trimestre 2012. La politique tarifaire dépendra d'un coût horaire (calculé en fonction du type de disques et du fournisseur de cloud). Mais globalement, il en coûtera entre 200 et 300 dollars mensuel pour cinq à six disques. A terme, la jeune pouce offrira des services de snapshot et de réplication entre clouds hétérogènes.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Crowdfunding : Smartangels se lance dans le prêt participatif
Start-up: Prezi lève 57 millions de dollars avec PowerPoint pour cible
Economie du partage : E-Loue rachète Sejourning
HP intensifie son aide aux startups françaises
Moocs: Coorpacademy lève 3,2 millions d'euros dans la formation
Cinq startups françaises déjà primées au CES de Las Vegas
Satya Nadella à la rencontre des startups françaises
French Tech : la liste des 9 premières métropoles labellisées
[Vidéo 01 Replay] Smart me up démocratise la reconnaissance faciale
Innovation collaborative : GDF Suez lance la plateforme OpenInnov
Le groupe de presse Amaury crée son propre incubateur de start-up
Le site de mode masculine Menlook lève 23 millions d'euros
[Vidéo 01 Replay] Data&Data met un frein aux contrefaçons sur Internet
Huawei fait visiter la Chine à des startups françaises
Andy Rubin, le père d’Android, quitte Google pour monter son incubateur de start-up
Les initiatives de GDF Suez pour faire avancer l’innovation urbaine
Affaire Rooms : « Facebook n'a aucun respect pour les autres entrepreneurs »
[Vidéo 01 Replay] Lima, le Dropbox français ?
Axelle Lemaire et Emmanuel Macron iront soutenir la French Tech au CES