En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La folle semaine numérique de Nicolas Sarkozy

Inauguration des locaux parisiens de Google, Web’11 party à l'Elysée... Les TIC, axe majeur de la campagne du futur candidat Nicolas Sarkozy ?

laisser un avis
Nicolas Sarkozy er Eric Schmidt
Alors que les candidats déclarés à la présidentielle sont pour l’instant extrêmement silencieux sur le thème du numérique, Nicolas Sarkozy, lui, s’engouffre dans la brèche. Dans le cadre des Journées du numérique que le CNNum (Conseil national du numérique) a été chargé d’organiser, il a assisté le 6 décembre à l’inauguration à Paris, du nouveau siège de Google pour l'Europe du Sud, de l'Est, le Moyen-Orient et l'Afrique. Un symbole fort, quand on se souvient du différend qui opposait l’an dernier l’Etat français et le géant californien de l’internet au sujet de la fiscalité des acteurs du web hébergés dans des pays européens disposant d'un niveau faible de taxation, comme l’Irlande ou le Luxembourg. 
Nicolas Sarkozy en débat avec les salariés de Google
agrandir la photo

Une visite chez Google, « c'est du lourd »

Après avoir longuement visité, en compagnie du PDG de Google, Eric Schmidt, et des ministres Eric Besson et Frédéric Mitterrand, ce nouveau siège de 10 000 mètres carrés baptisé Googleplex, où travailleront à terme 500 personnes (350 aujourd’hui), Nicolas Sarkozy s’est ensuite prêté pendant presque une heure au jeu des questions-réponses avec des salariés de l’entreprise, souvent très jeunes.
Précisant en préambule que sa visite chez Google, « c’était du lourd », le président de la République a justifié sa présence chez l’Américain en arguant du nombre d’emplois créés. « Eric Schmidt avait une vision de la France culturelle, avec un certain potentiel de clients. Il n’associait pas notre pays aux verbes entreprendre, développer, créer. Il a fallu le convaincre. En outre, pour moi, une entreprise mondiale comme Google doit être présente partout et c’est important de montrer notre intérêt d’avoir de tels acteurs sur notre territoire. »
Nicolas Sarkozy visitant les nouveaux locaux parisiens de Google
agrandir la photo
Nicolas Sarkozy a aussi saisi l’opportunité de cette visite pour développer sa vision numérique pour la France. Après avoir vanté les atouts de l’Hexagone dans ce domaine, Il a particulièrement insisté sur sa volonté de poursuivre la transformation « du plateau de Saclay en Silicon Valley à la française » et de réformer le système éducatif français grâce aux nouvelles technologies. Il a précisé qu’il allait déverrouiller le statut de Jeune entreprise innovante (JEI). Saluant « l’état d’esprit du web », le président a poursuivi en expliquant que le web changeait notre rapport à l’information, aujourd’hui mondiale, instantanée, et que même pour lui, cela influait sur son métier de chef d’Etat. Militant pour un Conseil national du numérique européen, voire mondial, il a conclu en faisant le vœu que « cette inauguration soit la première d'une longue série ».

Une web party à l'Elysée

Second point d’orgue de cette opération séduction en direction des acteurs du web, une réception le mercredi 7 décembre à l’Elysée à l’occasion du Web’11 qui se déroulera à la Plaine-Saint-Denis du 7 au 9 décembre. Parmi les 3 000 à 4 000 participants attendus à cette grand-messe des start up organisée par Loïc et Geraldine Lemeur, quelques centaines de VIP de l’écosystème mondial de l’internet seront ainsi reçus en grande pompe. Devraient s’y retrouver, entre autres, les dirigeants de Facebook, Spotitfy, Foursquare, Twitter ou Linkedin. 
Une nouvelle occasion pour Nicolas Sarkozy de se réconcilier avec une industrie du web qui a été, majoritairement, refroidie par le débat français sur Hadopi et les droits d’auteurs sur internet.
Entre le discours très ambitieux de François Fillon la semaine dernière aux Assises du numérique, où le Premier Ministre a présenté « le numérique comme une révolution humaine, sociale et démocratique », le rétablissement partiel vendredi dernier par l’Assemblée nationale du statut du JEI, ou l’ouverture en début de cette semaine du portail Opendata, le gouvernement multiplie les initiatives et les appels du pied à destination du monde de l’internet. L’opportunité aussi pour Nicolas Sarkozy de revendiquer un bilan numérique positif à quelques mois de la future élection présidentielle.

Revoir la conférence en vidéo

envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Aides aux startups : Bpifrance passe à la vitesse supérieure
Google lance un service de stockage low cost pour données peu utilisées
Prise en main de la nouvelle Freebox mini 4K (vidéo)
Culture et numérique, je t’aime moi non plus
Google utilise le crowdfunding pour financer ses revendeurs
Gmail : activer le volet de prévisualisation des e-mails
JTech 215 : Windows 10, Box Miami, ultrabook, hoverboard (vidéo)
Google s’invite dans les télécommunications (vidéo du jour)
Applications mobiles : le porte-monnaie électronique est plébiscité, les beacons pas encore
CES 2015 : la Poste lance un "hub" pour les objets connectés (vidéo)
CES 2015 : clash en live entre la ministre du Numérique et l'entrepreneur Henri Seydoux (vidéo)
[Vidéo 01 Replay] OBS aide les entreprises à définir des stratégies digitales
Best Of 2014 : revivez les débuts de Firefox 10 ans après (vidéo du jour)
Google Nexus 6 : que vaut la première "phablette" sous Lollipop ? (vidéo)
Photo : qu'est-ce qu'un fichier RAW ?
LeWeb 14 : le futur se dévoile à Paris (Grand Talk) (vidéo)
[Vidéo 01 Replay] Loïc Le Meur : "Uber a vu le jour à LeWeb"
L’Europe veut mettre le paquet dans le numérique
Google est-il trop puissant en Europe ? (vidéo)
Stabilisation optique, mécanique ou numérique... quelles différences ?