En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

[Best of blogs 2011] Reconnaissance faciale / Les chantiers de l’open data / Cyber-attaques / La fiscalité numérique

Petit florilège des billets qui ont marqué l’année 2011. Au programme aujourd’hui : la création d’un fichier de reconnaissance faciale, les huit chantiers de l’open data, les leçons à tirer des cyber-attaques de LulzSec et Anonymous et l'Etat doit repenser la fiscalité du numérique.

laisser un avis

Notre visage : l’enjeu biométrique de demain

agrandir la photo

Si les résultats de la reconnaissance faciale ne sont pas aussi probants que ceux obtenus par les empreintes papillaires, le pourcentage d’erreur reste acceptable. Suffisamment en tout cas pour que la Police nationale envisage la création d’un fichier de reconnaissance faciale, interconnecté aux deux autres fichiers biométriques (ADN, empreintes digitales). En associant les caméras de vidéosurveillance à un logiciel de reconnaissance des visages, il sera alors possible d’identifier instantanément un individu. L'étape suivante pourrait être la programmation neurolinguistique (PNL), popularisée par la série américaine « Lie to me ». En numérisant certaines expressions du visage, le système détectera la haine, la violence, la colère ou la peur. Mieux qu’un détecteur de mensonges.

Un point de vue publié sur LeMonde.fr de Georges Moréas, commissaire principal honoraire de la Police nationale

Open data : les huit chantiers prioritaires

crédit : Pascal Raabe
agrandir la photo

Si la France est globalement au rendez-vous de l'open data, huit chantiers sont à lancer pour que cette politique apporte le maximum de croissance économique à notre pays. L’auteur propose notamment de construire des partenariats publics-privés afin d’aider les entreprises à libérer leurs données. Il s’agit aussi de travailler sur la capacité à analyser ces données en s’engageant sur les grands framework (Mapreduce), les outils NoSQL et les nouveaux formats de bases de données. L’auteur plaide, par ailleurs, en faveur d’une politique de rémunération alimentée par les exploitants commerciaux des données. Enfin, il renvoie au concept de "Government as a platform", cher à Tim O'Reilly. Ou comment un gouvernement s'organise pour être nativement open data.

Un billet d’Henri Verdier, président du pôle de compétitivité Cap Digital

Les leçons à tirer des cyber-attaques de LulzSec et Anonymous

agrandir la photo

Sony, Fox, Infraguard, la police de l’Arizona… En moins d’un an, la cybercriminalité a repoussé les limites du possible en portant atteinte aux plus grandes compagnies et institutions. Les attaques ciblées de LulzSec ou Anonymous ont mis en évidence leur vulnérabilité. Lors des premières vagues de piratage des années 90, des groupes se défiaient en attaquant des systèmes d’information et des sites vitrines. Cela se traduisait par une modification des contenus des sites ou de leur page d’accueil… Aujourd’hui, les actions touchent les données personnelles. Les contenus de serveurs sont tout simplement largement publiés, notamment grâce au peer-to-peer. « Les actions pour supprimer ces informations sont alors impossibles et la diffusion toujours plus importante. »

Un point de vue publié sur In Business de Matthieu Estrade, directeur technique de Bee Ware

L'Etat doit repenser la fiscalité du numérique

agrandir la photo

Quand quatre grands patrons signent une tribune dans Le Monde, il s’agit généralement de défendre les intérêts de leur corporation. C’est au tour de l’industrie télécom - plus de 120 000 emplois en France, 2,3 % du PIB -, de monter au créneau. Un secteur florissant qui « mériterait, sinon le soutien, à tout le moins une neutralité bienveillante des pouvoirs publics. » Hé bien non. Non seulement, la profession est frappée de taxes spécifiques- « surfiscalité de 25 » -, subi une TVA à taux plein, mais une « taxe Internet qui ne dit pas son nom » vient d’être créée « au détour d'un amendement surprise ». Et « l’on nous annonce maintenant la création d'une taxe prélevée au bénéfice du secteur de la musique et demain, peut-être, du spectacle vivant ! » Trop c’est trop.

Une tribune publiée par Jean-Bernard Lévy (Videndi), Xavier Niel (Iliad), Stéphane Richard (France Télécom) et Olivier Roussat (Bouygues Télécom).

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Open data : Bpifrance, première banque française à ouvrir ses données
Morpho lance une tablette biométrique pour le contrôle d’identité
Municipales : NKM veut faire de Paris la capitale de l'open et du big data
La Cnil met en demeure un centre Leclerc pour son contrôle d'accès biométrique
Zoom Actu : Google est-il trop puissant ?
Pôle emploi fait sa révolution numérique
Données publiques : le portail gouvernemental fait sa mue
BNP Paribas parie sur le paiement mobile
Libérer (enfin) les données publiques et faciliter leur réutilisation
Benoît Thieulin (CNNum) : « La taxe sur le numérique doit être envisagée au niveau européen »
Un concours européen de hacking pour tromper la sécurité des systèmes de reconnaissance biométrique
Bruxelles va créer un groupe d'experts sur la fiscalité du numérique
L’Afdel s’étonne de l’absence d’acteur du numérique au séminaire consacré à la fiscalité du… numérique
Open data : un guide pratique pour tous les ministres
Les ministères priés par Matignon d'ouvrir leurs données publiques
Facebook n'a payé que 191 000 euros d'impôts en France en 2012
Capgemini réalise une application mobile pour le transport intermodal du Grand Nancy
La Cnil autorise la Banque postale à tester l'authentification vocale
Bruxelles entend faciliter l’ouverture des données publiques
Open data : Strasbourg met en ligne 64 bases de données d'intérêt local