En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'offre mobile de Free va-t-elle tuer les opérateurs virtuels ?

L'opérateur lance deux offres de forfait « agressives », dont une à très bas coût, réservées aux trois premiers millions de clients. La concurrence devrait réagir.

laisser un avis
Xavier Niel, provocateur, a une nouvelle fois fustigé l'oligopole tricolore du mobile.
agrandir la photo
Vous êtes, nous sommes tous des pigeons, enfin, plus moi, qui suis désormais abonné chez Free Mobile », a cru bon de lancer, bravache, Xavier Niel, la fondateur d'Iliad (maison-mère de Free) à la salle où plus de 200 journalistes attendaient avec impatience le lancement des nouvelles offres mobiles. Comme promis, il a présenté un catalogue mobile simplissime, composé de deux déclinaisons. La première, la plus attendue, est un forfait (sans engagement) à 19,99 euros par mois (15,99 euros pour les abonnés aux services ADSL de Free) incluant téléphone, SMS, MMS et internet illimités (avec un plafond d'utilisation de 3 Go mensuels). La seconde est un forfait (également sans engagement) ultra-économique pour les clients à petit pouvoir d'achat, à 2 euros par mois pour une heure de téléphone et soixante SMS.
Ces offres sont proposées sans subvention de téléphone mobile mais avec la possibilité de financement du terminal sur douze, vingt-quatre et trente-six mois, y compris l'iPhone 4S d'Apple, qui sera proposé à partir du 27 janvier. Dans ce cas, ce financement s'ajoutera au prix du forfait mensuel annoncé, soir par exemple 32,99 euros par mois pour un iPhone 4S 32 Go et ce, sur vingt-quatre mois, à rajouter au prix du forfait, soit quand même plus de 50 euros par mois.

Un tarif pour gros utilisateurs, un autre pour petits revenus

L'opérateur alternatif bénéficie de la couverture radio du réseau d'Orange mais il paie pour cela.
agrandir la photo
Disponibles dès aujourd'hui et sur toute la France (grâce à l'accord d'itinérance 2G/3G conclu avec Orange), ces deux offres visent deux segments de marché bien particuliers. La première (celle à 19,99 euros), s'adresse plutôt aux mobinautes. Ces utilisateurs intensifs d'internet mobiles, déjà possesseurs de leurs smartphones, pourront être séduits par le plafond élevé en volume de données utilisable sans restriction (3 Go, voix sur IP).
A l'autre extrémité du spectre, Free Mobile propose une offre à très bas coût (2 euros par mois) pour les utilisateurs occasionnels de téléphonie et de SMS (sans MMS ou connexion internet inclus). A ce prix, Free Mobile prétend viser les très petits budgets comme les allocataires du RSA. « Cette offre pourra être éligible au label tarif social mobile », a commenté le cabinet du ministre de l'Economie numérique. Elle menace aussi certains opérateurs mobiles virtuels (MVNO) ayant choisi de se distinguer en proposant des forfaits mobiles peu chers. « Free Mobile : une très belle offre promotionnelle réservée à trois millions de personnes. Une fois que M. Niel aura tué le marché, et principalement les petits MVNO, il pourra alors augmenter subrepticement ses prix », n'a pas manqué de réagir José Caballero, directeur marketing de Budget Mobile.

Des offres réservées aux trois premiers millions d'abonnés

Free Mobile investit dans des centres d'appels dédiés et ouvre des boutiques dans quelques villes de province.
agrandir la photo
Avec ces deux offres, Free Mobile ne vise clairement qu'une partie du marché actuel. Quid des clients qui téléphonent quelques heures par mois et utilisent modérément la connexion internet en dessous du palier de 500 Mo ou d'1 Go mensuel fixé par les opérateurs ? Free Mobile les ciblera t-il dans un deuxième temps ?
Enfin, ces deux offres sont réservées aux trois premiers millions d'abonnés de Free Mobile. Une manière de susciter rapidement des volumes de prises d'abonnement. Ce chiffre est toutefois bien inférieur à la clientèle existante de Free dans l'ADSL fixe, qui comptait 4,8 millions d'abonnés fin septembre 2011. Que réserve Free Mobile à ceux (y compris les clients ADSL fixe de Free) qui, parce qu'ils encore liés à leur opérateur mobile existant, ne pourront faire partie de ces trois premiers millions d'abonnés ? Et quid du revenu moyen par abonné et du chiffre d'affaires à venir de Free Mobile si l'offre à 2 euros par mois séduit quelques millions d'abonnés, alors que l'accord d'itinérance conclu avec Orange, et qui lui apporte une couverture de réseau nationale, coûtera à Free Mobile pour chaque carte SIM activée ?
Quoi qu'il en soit, le marché français de la téléphonie mobile connaît sa première secousse concurrentielle depuis l'arrivée de Bouygues Télécom, le troisième entrant qui lança le forfait en 1996. Et ce n'est pas le consommateur qui s'en plaindra.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le réseau 4G de Free s'ouvre aux iPhone 5c et 5s
01netTV raconte... la Freebox (vidéo)
Avis d'expert : « un marché américain aussi attrayant que complexe »
Le pari fou de Xavier Niel commenté par les experts de BFM Business
Grand Talk : Frank Cadoret, DG exécutif de SFR (vidéo replay)
Virgin Mobile chercherait à se vendre
Rachat de SFR: les fréquences au coeur de l'opération Bouygues-Free
Rachat de SFR: les fréquences au coeur de l'opération Bouygues-Free
Xavier Niel se fait le grand avocat de l'offre de Bouygues sur SFR
Xavier Niel se fait le grand avocat de l'offre de Bouygues sur SFR
Free n’est pas inquiet d’une guerre des prix sur l’Internet fixe
Rachat de Bouygues Telecom par Free, « il y a désormais un super Free »
Rachat de Bouygues Telecom par Free, « il y a désormais un super Free »
Guerre des prix entre Free et Bouygues : oui au low cost !
Alicebox fait un geste pour ses propres abonnés
Free et Bouygues intéressés par SFR
Mobile: l'appli Box'n TV pour Freebox disponible sous Android
Roaming: un quart des Européens en voyage dans l'UE éteint son mobile
Mobile : 76,7 millions de cartes SIM étaient en circulation fin 2013