En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

SAP France affiche une confiance à toute épreuve pour 2012

Dans un contexte économique peu favorable, SAP jouit d’une santé financière insolente. La filiale française entend faire aussi bien cette année qu’en 2011.

laisser un avis
Dans un contexte économique peu favorable, SAP jouit d’une santé financière insolente. La filiale française ne déroge pas à la règle. En 2011, l’éditeur allemand a connu une hausse de 14,5 % des ventes de licences en France et de 8 % des services de support et maintenance, pour une croissance globale de 12 % et ce, malgré un ralentissement au quatrième trimestre.
L’éditeur allemand se dit, avec une certaine confiance, capable de renouveler la performance en 2012 et prévoit même une croissance à deux chiffres supérieure à celle de 2011 selon Nicolas Sekkaki, le responsable de la filiale française. Ce qui passera par quelques changements au niveau organisationnel et de nouveaux investissements.

Une nouvelle organisation

L’éditeur va ainsi créer un département Database & Technology, intégrant des équipes de Sybase, positionné, comme son nom l’indique, davantage sur la vente de technologie que sur l’applicatif. L’ambition de SAP est, dans ce domaine, d’accrocher la deuxième place du marché des bases de données en 2015 (contre la cinquième aujourd’hui). Un message fort envoyé vers Oracle. Depuis l’année dernière, Business Suite, l’offre historique de l’éditeur, est compatible avec la technologie de Sybase. La gestion de sa base d’analyse haute performance in-memory Hana (High-Performance Analytics Appliance) par le module ERP de Business Suite est prévu, sans précision de date. Autant de changements qui font que le SGBD d’Oracle n’est plus incontournable dans l’écosystème SAP.
De même, une organisation dédiée à l’informatique à la demande (Sales on-demand, e-Sourcing on-demand, Streamwork…) va voir le jour. Elle doit permettre à l’éditeur de mieux aborder ces sujets dont les modèles économiques, les interlocuteurs ou les temps déploiement sont différents de ceux de l’offre traditionnelle. Les résultats des ventes de l’offre SAP Business By design n’ont d’ailleurs pas été à la hauteur des espérances. La filiale n’a décroché qu’une soixantaine de clients au lieu d’une centaine espérée.

Un fort développement des ventes indirectes

SAP va également renforcer son équipe de commerciaux chargés de vendre des lignes de produits métier autour de l’ERP (CRM, gestion des ressources humaines, logistique, etc.). Des solutions qui ont affiché un fort dynamisme en 2011. Parmi les gros contrats remportés l’année dernière par l’éditeur, deux l'étaient sur des systèmes de gestion des ressources humaines, notamment sur des solutions de gestion des talents. Le renfort de commerciaux spécialisés produit se poursuit également de façon à accompagner l’évolution du portefeuille de solutions, désormais très étoffé.
Enfin, l’accompagnement de l’écosystème de partenaires reste une priorité. Le canal indirect a été un des grands artisans du succès de l’éditeur en 2011 (+40 % de croissance) en France. SAP France vise 30 à 40 % de chiffre d’affaires réalisé en indirect en 2015, contre 10 à 20 % actuellement.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les investissements d’Amazon pèsent lourdement sur ses résultats
Résultats : SAP accélère sa transition vers le cloud
Coupe du monde : l'Allemagne avait un douzième homme... le big data
La high tech, un renfort de poids pour les équipes de football
Infosys place l’ancien CTO de SAP à sa tête
SAP affirme ne pas envisager de "licenciements de masse"
Promoteur de Hana, Vishal Sikka quitte SAP
Quel avenir pour les ERP ?
Bénéfice légèrement en hausse pour Altran en 2013
Le futur PDG de SAP donne sa vision du cloud
Des résultats encourageants pour GFI Informatique
Après un chiffre d’affaires 2013 en stagnation, Bull mise sur son plan de relance
Résultats HP : la restructuration commence à porter ses fruits
Twitter, ou l’oiseau qui veut se faire aussi gros que Facebook ?
Résultats : 2013, une année record pour Dassault Systèmes
Twitter n'a toujours pas dégagé un dollar de bénéfice
Ce que vous devez savoir avant de signer avec SAP
Google augmente encore ses bénéfices et ses volumes de publicité
Altran réaffirme ses objectifs 2015 après une accélération de l'activité en 2013
Samsung: ses ventes de mobiles sont en baisse et moins rentables