En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le futur gouvernement doit devenir un chef de projet numérique

La Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (Fieec) souhaite que l’Etat prenne une place plus importante dans la gestion des projets industriels, notamment numériques.

laisser un avis
A l’approche de l’élection présidentielle, la Fieec interpelle les candidats sur le rôle et la place du futur gouvernement dans l’industrialisation, par le numérique, de la France.
Selon la fédération de syndicats professionnels, l’action de l’Etat devrait se focaliser sur deux principaux points. D’une part, il s'agit de s'organiser autour d’une ambition commune et forte. Pour illustrer son point de vue, la Fieec prend l’exemple de la télésanté. « C’est un sujet qui est suivi depuis près de cinq ans, et sur lequel on n’arrive pas à avancer. Certes, certaines briques, comme le dossier médical personnel, se mettent en place, mais nous ne voyons pas aujourd'hui de véritable organisation des soins intégrant des outils de télésanté », regrette olivier Gainon, délégué général adjoint de la Fieec.
Sur le dossier de la télésanté, la fédération aurait été en relation avec huit ministères différents. « C’était compliqué. Nous avions un rôle interministériel », raconte Olivier Gainon. Une situation créée par le manque de communication (et de coordination) d’un ministère à un autre. « L’Etat doit passer de sa situation de gestionnaire à celle de chef de projet  », estime le délégué général adjoint de la fédération.

L'État, bâtisseur de consensus

D’autre part, selon la fédération, l'Etat devrait également renforcer les synergies entre les acteurs publics et privés, en abandonnant le modèle top-down des années 80. « Au contraire, nous prônons une logique bottom-up. L’Etat doit devenir un bâtisseur de consensus et un animateur de réunion ; il ne doit plus être celui qui décide et impose », explique Olivier Gainon. En contact régulier avec certaines structures publiques, ce dernier constate que cette révolution culturelle est pourtant loin d’être amorcée.
Enfin, la fédération assure qu’il est nécessaire de mettre en place une agence, ou toute autre structure, ayant une capacité d’engagement sur un certain nombre de budgets. Car c'est l'un des seuls moyens d'interpeller les décideurs.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Suivez en direct le débat présidentiel sur le numérique à la Gaîté lyrique
Les réponses de cinq candidats au Collectif du numérique
#Ivoted, la présidentielle américaine a été numérique et « sociale »
Barack Obama utilise Reddit pour doper sa campagne sur Internet
Le « au revoir » façon Twitter d’Eric Besson
Présidentielle : Internet a encore contourné la loi, avec humour
Présidentielle 2012 : les candidats et l’automobile
Sarkozy sans concession envers les sites pirates
Logiciel libre : Hollande et Sarkozy presque d’accord
Les candidats interpellés sur les antennes relais
Code Konami : quand Bayrou et Hollande draguent les geeks
Nicolas Sarkozy : une heure avec des étudiants du numérique
Présidentielle : les industriels informatiques interpellent les candidats
« Dites-le avec l’INA » : les petites phrases des politiques en vidéo
Présidentielle : les candidats ont jusqu’au 9 avril pour plancher sur le numérique
Présidentielle : Google entre en campagne avec Google Elections
Nicolas Sarkozy veut-il placer le Web sous surveillance ?
Présidentielle : un QG pour placer le numérique au cœur des débats
Nicolas Sarkozy veut faire payer les géants du Net
Présidentielle : dix mesures pour relancer le jeu vidéo français