En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Quelques astuces de DSI pour surfer sur la crise

Cloud computing, externalisation, méthodes agiles, etc. Chaque dirigeant a sa méthode pour passer l’orage. Florilège de quelques bons tuyaux.

laisser un avis
Des budgets qui stagnent voire qui baissent, des clients qui se montrent plus prudents, des projets qui sont remis en question… La crise économique et financière touche un bon nombre d’entreprises, et donc leurs services informatiques. 01 a interrogé les DSI afin de connaître leurs solutions pour traverser cette époque de vaches maigres.
 

1. Revoir et renégocier les investissements

« Il est nécessaire de passer en revue l’ensemble des fournisseurs et de réduire leur nombre. Autre source d'économies : ne remplacer le matériel que si c'est nécessaire. L’achat de PC récents reconditionnés permet un gain de 70 % à configuration identique. Par ailleurs, il est conseillé de comparer systématiquement toute solution avec son équivalente en open source. » Didier Pawlak, DSI de Quintess.
« Les principes que nous avons mis en place sont simples et nos choix sont orientés en fonction de nos investissements (taux de rendement) mais également du type de technologie et de son impact à moyen terme. La maturité des offres open source ouvre des perspectives de réduction des coûts de projets et de contrôle des coûts à moyen terme. Mais malgré la crise, nous devons maintenir l’investissement dans l’innovation et la numérisation des processus de l’entreprise. » Arnaud Fritz, DSI de GE Money France & DOM.
« Il nous faut être très vigilant en ce qui concerne la faisabilité réelle de la réversibilité, en faisant des audits et des tests de réversibilité régulièrement. » Patrick Geai, DSI de La Poste.
 

2. Optimiser la gestion de projet

« Nous évitons les projets qui exigent des investissements lourds sans rentabilité rapide. » Paul Jaillard, DSI de Segula Technologies.
« Il nous faut sélectionner encore plus les projets selon leur apport de valeur pour l’entreprise, ce qui implique un criblage initial des investissements avec les directions métier et un suivi rapproché du portefeuille de projets. Nous souhaitons aussi raccourcir le temps des projets en mettant en œuvre de nouvelles pratiques comme les méthodes agiles (Scrum, Lean...). »  Patrick Geai, DSI de La Poste.
 

3. Se réorganiser

« Nous réduisons le nombre de salariés et favorisons l’offshore, tout en gardant en interne les fonctions qui interagissent avec les utilisateurs, pour la définition des besoins par exemple. Le design et l’exécution sont externalisés. Nous avons également adopté une gouvernance beaucoup plus centralisée, afin d'éviter la duplication des dépenses et de mieux gérer les priorités. » Laurent Allard, DSI de Logica.
« Nous voulons développer au mieux nos ressources internes grâce à la formation et à la gestion des talents. » Patrick Geai, DSI de La Poste.
« Il convient de revoir les processus métier et de les optimiser, si possible en y intégrant de l’innovation, même si cela devrait venir des directions métier. » Didier Pawlak, DSI de Quintess.
 

4. Une bonne dose de cloud

« Il faut profiter du cloud en termes d’architecture, qu’il soit public ou privé. Et profiter des solutions en mode cloud, comme la messagerie. » Didier Pawlak, DSI de Quintess.
« Le cloud permet de réduire les investissements. Nous envisageons de passer une partie de nos activités sur Office 365 pour éviter d’avoir à faire évoluer notre infrastructure de serveurs. » Paul Jaillard, DSI de Segula Technologies.
« Grâce au cloud, nous avons la possibilité de baisser le Capex (les investissements), de réduire la durée des projets et d'éviter les coûts d’évolution. Nous regardons de manière attentive tout ce que nous pouvons délocaliser dans le nuage. Attention, ce n’est pas systématiquement une solution sur la durée ! Il faudra revoir cette stratégie après la crise, car le cloud n’est pas forcément moins cher à long terme. » Laurent Allard, DSI de Logica.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L’innovation, avenir des DSI
De 30 à 50 % du budget IT échappe aux DSI
Le nouveau référentiel Apec des métiers de la DSI est arrivé
Deloitte dévoile les dix tendances technologiques 2014
Microsoft met la création d’applis à la portée des directions métiers
DSI versus DRH
Le numérique s’inscrit au cœur du patrimoine génétique des entreprises
La gestion du patrimoine applicatif s’attaque aux grosses dépenses IT
Les DSI doutent de leur capacité à faire face au choc numérique
Avec le numérique, quels changements de société désirons-nous ?
Comment le DSI peut-il (re)devenir incoutournable
Les six points clefs d’une stratégie numérique
DSI, êtes-vous « disruptif » ou traditionnel ?
Alstom supprimerait une centaine de postes d’informaticiens
Les DSI aperçoivent la sortie de crise
DSI, apprenez la langue des directeurs marketing
Polémique DSI : le mode Saas peut-il faire baisser le coût de possession de vos logiciels ?
Le directeur des achats, un faux rebelle aux technologies
Négociez jusqu’à 20 % de rabais sur vos contrats informatiques