En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le supercalculateur Curie vient d'entrer en production

laisser un avis
Jusqu'alors en phase test, le supercalculateur Curie a commencé à travailler. Les scientifiques peuvent désormais l'utiliser dans leurs recherches. Le professeur Michel Caffarel, du Laboratoire de chimie et physique quantiques (CNRS/Université Paul Sabatier de Toulouse), l’exploite pour mieux comprendre les phénomènes chimiques dans les processus de dégénérescence neuronale, notamment la maladie d’Alzheimer.
Egalement à l’œuvre, une équipe de l’Observatoire de Paris est en passe de réaliser une première mondiale : comprendre l’évolution de l’univers, depuis le big bang jusqu’à nos jours, sous l’influence de la matière noire. Cette simulation sera dix fois plus réaliste que celles actuellement effectuées aux Etats-Unis et en Corée du Sud.

Deux milliards d'opérations à la seconde

Pour sa part, le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) travaille dans le domaine de la fusion pour dimensionner le futur prototype de réacteur Iter (International Thermonuclear Experimental Reactor). Quant à l'Institut Pierre-Simon-Laplace (IPSL), il planche sur la modélisation multi-échelle du climat, appliquée à l’étude des cyclones dans l’océan Indien. Il sera également accessible aux scientifiques européens à compter du 1er mars 2012.
Conçu par Bull, le supercalculateur Curie, livré à Genci (Grand Equipement national de calcul intensif), est capable de réaliser deux milliards d'opérations à la seconde. La société Genci est détenue à 49 % par l’Etat, à 20 % par le CEA, à 20 % par le CNRS, à 10 % par les universités et 1 % par l'Inria. La puissance de calcul de Curie atteint 2 Petaflop/s grâce à 92 000 cœurs couplés à un système permettant de stocker 15 Petaoctets de données. Curie est hébergé et exploité par le CEA dans son Très Grand Centre de calcul (TGCC), à Bruyères-le-Châtel (91).
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Un supercalculateur Bull inauguré au Japon
Météo France investit 30 millions d’euros dans deux supercalculateurs
Un supercalculateur vert à l’Université de Reims
La Chine écrase les Etats-Unis au niveau des supercalculateurs
Systera donne accès au centre de calcul depuis un smartphone
Le centre de calcul des grands industriels français accueille Thales et L'Oréal
Y aura-t-il un supercalculateur de classe Exascale made in Europe ?
L’Institut de physique du globe de Paris se dote d’une puissance de calcul de 40 téraflops
SGI installe un nouveau supercalculateur à l’Observatoire de Paris
Total se dote d’un nouveau supercalculateur pour trouver du pétrole
Deux nouveaux supercalculateurs au CNRS
Le supercalculateur le plus puissant du monde est un Cray
Quatre ans après, Intel livre enfin sa puce 64 cœurs
Le Brésil et la France veulent fabriquer des supercalculateurs
Curie : le supercalculateur qui offre ses services
L’ordinateur le plus rapide du monde atteint les 16,32 pétaflops
Intel s'équipe pour traiter un milliard de milliards de commandes par seconde
Le supercalcul suggère un rebond économique du Japon
Wig, le bracelet connecté qui favorise le maintien à domicile des seniors