En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un réseau social bouleverse le financement des start up dans la Silicon Valley

Créé il y a deux ans, AngelList facilite la recherche de financement d'amorçage pour les jeunes pousses high-tech. Mais ce modèle n'est pas forcément transposable en France.

laisser un avis
Pour les uns c’est une révolution, pour les autres une machine à surenchère. Une chose est sûre, AngelList ne laisse personne indifférent dans la Silicon Valley. Créé en 2010, ce réseau social en ligne fonctionne (un peu) comme une agence matrimoniale : il permet aux start up de rencontrer des investisseurs, principalement des business angels. Comme sur Facebook, chacun remplit son profil, en indiquant ses préférences : les marchés que l’on suit, le montant que l’on envisage de lever… Comme sur Twitter, investisseurs et entrepreneurs peuvent se suivre mutuellement. Puis, en cas d’atomes crochus, ils se rencontrent dans la « vraie vie ».
Un design simple et épuré
agrandir la photo
 Sur AngelList, on est loin des ambiances feutrées et confidentielles des conventions d’affaires et de leurs rendez-vous minutés. Au contraire, la transparence est de mise. Chacun sait qui suit qui, qui a investi dans quoi et quelles sont les start up les plus tendances. Actuellement, AngelList revendique plus de 20 000 jeunes pousses référencées et plus de 3 100 investisseurs, dont des grands noms comme Tim O’Reilly (PDG d'O’Reilly Media), Michael Arrington (PDG de Techcrunch) ou Marissa Mayer (vice-présidente de Google). Quelques investisseurs français fréquentent aussi ce réseau social, comme Jérémie Berrebi, de Kima Ventures.
« AngelList a bouleversé le marché outre-Atlantique, en accélérant le nombre d’investissements et en facilitant l’accès au financement pour les start up », explique le Français. Le revers de la médaille, c’est que le site susciterait un comportement moutonnier, voire de la surenchère. « Plus une start up est tendance, plus elle est chère. Personnellement, je ne trouve pas mes meilleures affaires sur AngelList », ajoute-t-il.

Beaucoup de cadres IT deviennent investisseurs

Mais est-ce que AngelList pourrait être un modèle pour la France ? «  Pas vraiment, car il n’y a pas assez d’investisseurs particuliers ici, estime Jérémie Berrebi. Aux Etats-Unis, au contraire, il y a un vrai boom. L’introduction en Bourse de Linkedin, de Groupon, ou encore de Facebook a enrichi beaucoup de cadres, qui comptent investir dans des start up. » Quelques sites web français se sont néanmoins lancés sur le segment du financement d’amorçage, tels WiSeed ou Anaxago. On ne peut pourtant pas vraiment les considérer comme des réseaux, mais plutôt comme des intermédiaires pour l'investissement collectif.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Aides aux startups : Bpifrance passe à la vitesse supérieure
Les six startups de la première promotion de Mobile Technologies
Synthesio, Prestashop, Sigfox : les 3 startups qui ont le plus buzzé en mars
Kantox, Pretachanger,Wisemby : les 3 startups qui ont le plus buzzé en février
[MWC 2014] La French Tech s'expose en force à Barcelone
Bilan de l'opération séduction de François Hollande dans la Silicon Valley
"François Hollande a réussi son opération de charme dans la Silicon Valley"
Le message d’un Pigeon exilé aux Etats-Unis à François Hollande : « aimez-nous »
Evaneos, Voxeet, Opensesame : les 3 startups qui ont le plus buzzé en janvier
François Hollande, VRP de luxe de la French Tech aux Etats-Unis
BNP Paribas déroule le tapis rouge aux startups
Talend, Gecko, Endo : les trois startups qui ont le plus "buzzé" fin 2013
CES 2014 : Un grand cru français, qui l’eût cru ?
Zapping Techno 6/10 : retour sur Juin 2013
Marie Ekeland (France Digitale) : « Orientons l’épargne des Français vers les entreprises »
300 millions d’euros pour aider les PME à passer au numérique
Jeff Clavier (Soft Tech VC) “débriefe” l’intervention d’Arnaud Monetebourg à LeWeb13
A San Francisco, le ressentiment contre la Silicon Valley prend de l’ampleur
Horizon 2020 : Une présence forte des PME françaises est attendue
La bulle internet est-elle de retour ?