En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Utilisation d'internet par les politiques : les «vieux médias» ont encore la cote !

Pour mesurer la perception qu'ont les Européens du numérique, 01 s'associe à BVA et à Syntec numérique pour établir un baromètre sur l'utilisation d'internet par les partis politiques.

laisser un avis

Comment les Européens s'informent-ils sur l'actualité politique ?

On pourrait s’attendre à ce que les Européens utilisent massivement le net pour suivre l’actualité politique. Enorme surprise, malgré l’intense activité qui règne sur les forums des sites internet et l’énorme succès des réseaux ­sociaux, c’est toujours la télévision, la presse et la radio qui constituent l’essentiel des relais d’information quand il est question de politique ! 75 % des Européens s’informent sur la politique par la télévision, 42 % par la presse papier et 36 % « seulement » par internet, soit autant que la radio. En France, ce dernier média réalise un « carton » avec 64 % de citations, soit un peu moins que la télévision (78 %), mais nettement plus que la presse (45 %) et près du double d’internet (34 %). Le peuple français, sans doute plus intéressé par la politique que ses voisins européens, est celui qui croise le plus de sources d’information : 2,6 médias différents sont cités en moyenne par les Français, contre 2,3 en Europe et 1,9 en Grande-Bretagne. Doit-on pour autant considérer que les 36 % des Européens qui s’informent sur la politique sur la Toile et les 14 % qui utilisent les réseaux sociaux constituent de petits chiffres ? Les jeunes se servent massivement d’internet et sont moins attirés par les médias traditionnels. Le net permet donc d’apporter l’actualité politique à une tranche de la population qui s’y intéresse traditionnellement moins.

Les Français moins sévères avec les politiques

Il n’y a pas non plus de frustration des Européens concernant l’usage actuel d’internet par les hommes politiques. Une majorité relative d’Européens (45 %) et une très nette majorité de Fran­çais (56 %) estiment que les ­partis politiques utilisent suffisamment internet pour informer les électeurs. Les Allemands et les Britanniques par­tagent cette perception. Tel n’est pas le cas des pays du sud : Italiens et Espagnols étant, à l’inverse, une majorité à estimer que leurs partis ne recourent pas suffisamment à internet. En revanche, la prise en compte de l’im­pact économique du numérique par les hommes politiques leur semble défaillante. Une majorité d’Européens (49 % contre 34 %) considère ainsi que les hommes politiques n’accordent pas une place suffisante au développement de l’économie numérique dans leurs  programmes et leurs projets.

Les Français sont les moins sévères, une majorité estimant à l’inverse que leurs hommes politiques ont bien pris en compte cette donnée. La médiatisation de certaines initiatives, notamment de Nicolas Sarkozy, contribue probablement à ce résultat. « Cela confirme ce que tous les professionnels du numérique ressentent, à savoir que le potentiel extraordinaire de création d’emplois et de richesses des outils technologiques en période de crise n’a pas été correctement appréhendé par les dirigeants politiques et par les partis, explique Bruno Vanryb, PDG d’Avanquest Software. Bref, internet pour faire le buzz, ils ont tout compris, mais le chemin est encore long pour une vraie prise de conscience de la révolution industrielle internet et de son potentiel pour sortir de la crise. » En conclusion, si le petit écran reste encore le grand écran pour l’actualité politique, internet est déjà dans le trio de tête malgré son apparition récente. Il ne serait pas étonnant que le même sondage réalisé dans trois ans montre un autre résultat, surtout si l’on prend en compte l’arrivée des télévisions connectées, média du futur !

L'embauche en berne

Quant au panel des éditeurs, le premier trimestre 2012 marque le retour de la confiance en l’avenir pour une majorité d’éditeurs (54 % contre 46 %), alors que la dé­fiance avait pris le dessus au dernier trimestre 2011 (56 % contre 44 %). Ils sont aussi plus nombreux en ligne avec leurs objectifs qu’à l’époque, retrouvant les niveaux de septembre 2011. Ils sont enfin toujours très majoritaires à prévoir de nouveaux investissements (67 % contre 33 %), même si la tendance au « wait & see » progresse continûment depuis un an : les éditeurs n’envisageant pas de nouveaux investissements sont tout de même passés de 24 à 33 % entre mai 2011 et mars 2012. Pour la première fois, une majorité d’éditeurs ne prévoit pas de nouvelles embauches dans les mois à venir (52 % contre 48 %), alors même qu’ils étaient encore une majorité à l’anticiper au trimestre précédent (57 % contre 43 %), dans un contexte de moral pourtant plus morose. Sur une période plus longue, la tendance est encore moins bonne, la part des éditeurs ne prévoyant pas d’augmenter leurs effectifs étant ainsi passée de 33 % en juillet 2011 à 52 % en mars 2012.

L’échantillon européen repose sur 4 174 personnes et celui des éditeurs sur 101 acteurs français.

Infographies : BVA opinion/Syntec numérique

L’AVIS DE L’EXPERT

agrandir la photo

Bruno Vanryb, président du collège éditeurs de Syntec numérique, PDG d’Avanquest Software, et membre du Conseil national du numérique

Ce trimestre, les éditeurs sont plutôt confiants sur l’avenir de la situation économique. Ils sont aussi plus  nombreux à avoir atteint ou dépassé leurs objectifs (63 %). Le paradoxe, c’est qu’en même temps, ils sont moins nombreux à prévoir d’embaucher et moins nombreux à investir sur de nouveaux projets ! Une explication à ce contraste pourrait être que, confrontés à un contexte économique morose, nos éditeurs ont réajusté leurs investissements et leurs recrutements pour assurer l’atteinte de leurs objectifs. Ce serait une réaction naturelle,  au vu des résultats mitigés du baromètre du trimestre précédent. En conclusion, si nos éditeurs expriment leur confiance dans l’avenir, c’est aussi grâce à une approche très réaliste dans leur gestion.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Apple, Google et Samsung, tiercé de tête des entreprises innovantes
Top 250 : Les éditeurs Scality et Intersec primés par le jury de Syntec Numérique
Top250 : Le logiciel français maintient une croissance soutenue
01 Replay : Guy Mamou-Mani détaille quelques unes des priorités de la rentrée pour Syntec Numérique
Coup de projecteur sur les délicates -mais parfois réussies- relations entre startups et grands comptes
01 Replay : les Français sont prêts pour la m-Administration
Les services achats et juridiques des grandes entreprises freinent le rapprochement avec les startups
JTech 189 : Futur en Seine, E3, Coyote, Harvard (vidéo)
Université d'Harvard : les origines de l’innovation (vidéo du jour)
« Talents du numérique » : Syntec fait un tabac auprès des jeunes
Syntec appelle les jeunes à faire la révolution… numérique
N’en déplaise à nos amis Anglais, l'accord Syntec sur les forfaits jours est une bonne nouvelle !
Syntec Numérique sonne le retour de la croissance
Les délicates discussions autour d’une nouvelle union des professionnels du numérique
Pacte de responsabilité : Syntec plaide pour un allègement sur les emplois qualifiés
Syntec Numérique lance une appli mobile pour faire connaître ses métiers
Aides aux startups : Bpifrance passe à la vitesse supérieure
Structurer sa démarche innovante avec l’Afnor
E-administration: 75 % des Français veulent plus de démarches en ligne
L’Afdel et Syntec appellent à une grande fédération du numérique