En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Une langue morte de plus ?

laisser un avis
Les Français ont la réputation d’être mauvais en langues étrangères. La faute, dit-on, à notre système éducatif. Des mesures ont bien été prises pour enseigner l’anglais dans certains établissements du primaire, mais il est un peu tôt pour en vérifier les effets. Les TIC (technologies de l’information et de la communication) ne sont pas mieux loties. Si rien ne s’améliore, les Français risquent de devenir aussi mauvais en langage informatique qu’en langue vivante. Alors que c’est une compétence que les autres pays nous envient. Hormis les filières spécialisées de l’enseignement supérieur, l’apprentissage de l’informatique en France est en effet inexistant, même s’il progresse – un peu – grâce à la création, en terminale, de l’option « Informatique et sciences du numérique », à la rentrée 2012.
 
Dans un monde globalisé, maintenir la compétitivité française dans le numérique est pourtant indispensable et cela commence dès l’école secondaire, voire primaire. Même dans l’utilisation de l’informatique à des fins pédagogiques, la France accuse un retard par rapport à ses voisins et au reste du monde – on cite souvent la Corée du Sud en exemple. S’il est largement temps de réagir, cet état de fait risque pourtant de perdurer tant le thème de l’e-éducation semble absent des préoccupations des candidats à l’élection présidentielle. Notre monde s’informatise tous les jours, que ce soit au niveau des loisirs, de la vie professionnelle, ou du service public, et seule l’école semble rester à l’écart de ce mouvement. Il est pourtant indispensable d’aider chaque citoyen à maîtriser les outils informatiques – et à s’en protéger. Apprendre à programmer fait partie de cet enseignement. A l’heure actuelle, l’utilisation des TIC dans les établissements scolaires dépend trop fortement de la collectivité, voire du chef d’établissement. L’école n’aurait-elle plus à être la même pour tous ?
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le premier hackathon sur le thème de l’e-éducation
L'Education nationale inaugure l'apprentissage en ligne de l'anglais
L'Etat soutient une plate-forme ouverte de cours d'université sur Internet
TV Replay - 01 sur BFM Business : Le big data, une priorité française
Pour un “new deal” numérique
Facebook, l’impertinent moteur
Numérique à l’école : Vincent Peillon plaide pour une stratégie globale
Classe numérique : Microsoft dévoile l'école du futur
Classe numérique : Microsoft dévoile l'école du futur
Microsoft, le changement c'est maintenant
Chrome conquiert le monde
Rapport Fourgous 2012 : apprendre autrement à l'ère numérique
Halte à la prolifération des RSE!
Mauvaise foi 2.0
Des propositions socialistes pour favoriser l’e-éducation
App Engine sort par le haut du nettoyage des applis Google
La pensée Wikipédia unique
Le Saas de Microsoft : un héritage très PC
Vivement le retour des pionnières