En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Atos met la main sur Bluekiwi

laisser un avis
Selon le site Frenchweb, la SSII Atos aurait pris le contrôle de Bluekiwi mercredi dernier, pour la somme de 20 millions d'euros. L'éditeur spécialisé dans les réseaux sociaux d'entreprise, créé par Carlos Diaz et Christophe Routhieau, avait déjà attiré le numéro un français du logiciel, Dassault Systèmes, qui avait injecté 3 millions d'euros dans la start up en 2009. Dassault Systèmes était l'un des grands clients de Bluekiwi, tout comme des banques françaises telles que BPCE, Crédit agricole ou BNP Paribas, ou encore le groupe La Poste. BlueKiwi compte encore dans son portefeuille clients des grands noms de l'industrie comme Thales, Nokia, GDF Suez, Lyonnaise des eaux, sans oublier Allianz, Orange, Louis Vuitton ou le CEA (Commissariat à l'énergie atomique).
Le réseau social interne, façon blueKiwi.
agrandir la photo
Que l'éditeur passe aujourd'hui sous le contrôle d'une SSII, Atos en l'occurence, est donc une surprise. On se souvient qu'Atos, par la voix de Thierry Breton, s'était lancé à une chasse au courriel en interne. La plate-forme Bluekiwi lui donnera sans doute les moyens d'y parvenir... Pour l'heure, l'annonce n'est reprise ni par le service de presse de l'acquéreur, ni par celui de l'acquis. Par contre, Carlos Diaz a confirmé avoir accepté l'offre d'Atos sur son fil Twitter. A titre de comparaison, Jive, le grand rival américain de la start up française, était parvenu à lever 120 millions de dollars en Bourse voici quelques mois.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les cinq clés de réussite d’un réseau social d’entreprise
Atos remporte le contrat d’infogérance globale de RTE
Atos aurait changé de pilote pour son activité d’infogérance
OPA d’Atos sur Bull : la CFDT se dit vigilante sur l’emploi
Les 5 questions que pose le rachat de Bull par Atos
En rachetant Bull, Atos, deviendrait numéro un du cloud en Europe
Sur l'intranet, la révolution a besoin des dirigeants
Pourquoi l'offre d’Atos sur Steria a peu de chances d’aboutir
Comment former à l'entreprise digitale
Le gouvernement britannique met fin à un contrat avec Atos
Vis ma vie de consultant AMOA pour les projets collaboratifs
Où sont le management et l'engagement dans la transformation digitale ?
Atos renforce sa présence en Russie
Entreprise 2.0, un nouveau cycle ?
Atos partenaire des Jeux Olympiques jusqu'en 2020
JO de Sotchi : une informatique sous haute tension
Le problème n'est pas l'email mais le client mail
Seuls 18 % des employés estiment avoir les bons outils collaboratifs
Atos règle le différend avec le fond de retraite de ses employés néerlandais
Belgique: le réseau carte bancaire en panne la veille du réveillon de Noël