En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

MySciencework : un réseau social pour les chercheurs

La start up MySiencework fournit une plate-forme collaborative avec des fonctionnalités sociales classiques et l'accès à des articles scientifiques mis à disposition par d'autres sites web en Open Access.

laisser un avis
« Après mon école d’ingénieurs, j’ai travaillé dans une start up spécialisée dans les nanotechnologies contre le cancer, en effectuant une thèse en parallèle », se souvient Virginie Simon, présidente fondatrice de MySciencework. Elle réalise alors que l’accès aux articles scientifiques est parfois difficile, et s’intéresse au courant Open Access, autrement dit à la mise à disposition gratuite en ligne d’articles de revues universitaires.
L’idée de MySciencework émerge avec pour objectif de favoriser l’échange, la communication et le partage de savoirs scientifiques à tous les niveaux, des étudiants aux chercheurs. « Nous voulions construire un réseau social plus proche des besoins des scientifiques, quelle que soit leur discipline », résume Virginie Simon. Les expressions clés « réseau social », « Open Access » et « multidisciplinarité » définissent le projet (voir la capture d'écran de la page d'accueil de la version bêta ci-dessous).

Résumés gratuits d’articles payants

En plus des fonctionnalités sociales classiques (profil personnel détaillé et prise de contact), la plate-forme donne accès à des articles spécialisés récupérés de bases externes. Ceux-ci sont lisibles dans leur intégralité depuis MySciencework, tout en conservant le lien vers la source d’origine Open Access.

Un moteur de recherche facilite la requête d'articles par thématique, mais aussi de profils de membres et de groupes, ainsi que d'événements passés ou à venir. Les résultats sont étendus si besoin à d'autres domaines que celui de départ. Le moteur repose sur l’indexation par Apache Solr d’annotations sémantiques provenant à la fois de documents full text et de métadonnées bibliographiques issues du moissonnage de dépôts Open Access.
Une vingtaine de bases de données scientifiques libres sont référencées. « Pour les revues payantes, nous extrayons, lorsque c’est possible, les résumés publics des articles payants, explique Virginie Simon. Le moteur associe les informations issues du réseau social à celles issues des articles scientifiques pour suggérer des résultats de requête. »

Prospection, suggestions et interaction

Chaque membre de la plate-forme remplit son profil avec des éléments spécifiques à son parcours scientifique : informations sur sa thèse, ses centres d’intérêt, ses articles publiés et les congrès auxquels il a participé. Ces données aident le système de recommandation à suggérer aux utilisateurs des événements ou d’autres membres. « Parmi les usages de MySciencework, on compte la recherche d’un profil particulier, la mise en avant de son CV ( ou profil) pour chercher un emploi, la prospection d’informations pour réaliser un mémoire, l’interaction au sein d’un groupe de travail spécifique pour réfléchir sur des thématiques, le partage de documents suite à un congrès », explique Virginie Simon, dont vous pouvez voir le profil ci-dessous :

En plus du site internet public, des installations spécifiques pour les universités ou d’autres organismes seront possibles à terme pour bâtir des réseaux sociaux fermés avec un accès à la base d’articles scientifiques de la plate-forme ouverte. Encore en version bêta, une version définitive devrait voir le jour avant l’été.

MyScienceWork

Date de création : août 2010.

Domaine : réseau social.

Innovation : utilisation des bases de données Open Access et moteur de recherche intégré à la plate-forme.

Produit : www.mysciencework.com.

Blog : blog.mysciencework.com

Siège : Paris (75).

Effectif : 7 personnes.

Financement : subventions Oséo de 55 k€, prêt bancaire garanti Oséo de 60 k€, et investisseurs privés.

Les fondateurs :

Virginie Simon, présidente.@virsimon

Tristan Davaille, directeur général. @Davaille

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Phone Apps 64 : Swiftkey, Kwit, Bobler et Leo's Fortune (vidéo)
Coup de projecteur sur les délicates -mais parfois réussies- relations entre startups et grands comptes
Lima, Keldoc, Demander Justice : les 3 startups qui ont le plus buzzé en juin
Phone Apps 56 : le Facebook des animaux arrive enfin (vidéo)
Bunkr, TVTY, FamiHero : les 3 startups qui ont le plus buzzé en mai
Voluntis, Smartangels, Zeepro : les 3 startups qui ont le plus buzzé en avril
Les six startups de la première promotion de Mobile Technologies
Synthesio, Prestashop, Sigfox : les 3 startups qui ont le plus buzzé en mars
Ces startups françaises qui renouvellent le concept de réseau social professionnel
01 Replay : On ne forme pas assez d'ingénieurs en France sur les nouveaux métiers
Kantox, Pretachanger,Wisemby : les 3 startups qui ont le plus buzzé en février
[MWC 2014] La French Tech s'expose en force à Barcelone
Bilan de l'opération séduction de François Hollande dans la Silicon Valley
Avec Memex, la Darpa veut un outil de recherche plus performant que Google
Evaneos, Voxeet, Opensesame : les 3 startups qui ont le plus buzzé en janvier
L'Inria dévoile ses projets d'interfaces homme-machine
Talend, Gecko, Endo : les trois startups qui ont le plus "buzzé" fin 2013
CES 2014 : Un grand cru français, qui l’eût cru ?
Zapping Techno 6/10 : retour sur Juin 2013
La bulle internet est-elle de retour ?