En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un bogue interrompt l’attribution des nouvelles extensions internet

Le programme de new gTLDs est en panne. La date de clôture des candidatures, programmée au 12 avril 2012, est reportée à une date indéterminée suite à un problème technique.

laisser un avis
Jeudi 12 avril 2012, la plate-forme en ligne TAS (TLD Applicant System) de l’Icann, la société d'attribution des noms de domaines, sur laquelle on pouvait soumettre un nouveau gTLD (nom de domaine internet générique), a été suspendue quelques heures avant la clôture de cette opération. Depuis, l’Icann a diffusé 12 communiqués officiels. Le TAS a été fermé à la suite d'un problème technique qui aurait permis à certains candidats de voir les données soumises par d’autres porteurs de projets… Après avoir annoncé une réouverture de sa plate-forme le 17 avril, l’Icann a repoussé cette échéance à une date ultérieure. A ce jour, le système est toujours hors ligne.
Ces difficultés ne risquent pas d’améliorer l’image de l’Icann auprès de ses détracteurs et des opposants à ce programme des nouvelles extensions internet. Une telle boulette technique pour l’autorité mondiale d’attribution des noms de domaine est du plus mauvais effet. Rappelons que le guide du candidat pour créer son propre suffixe comprenait 40 % de questions relatives à la fiabilité technique des demandeurs...

Environ 1 000 dossiers déposés

L’Icann n’a pas fini d’être au centre de toutes les attentions. Si la société californienne n’a pas communiqué le nombre final de candidatures, les derniers chiffres officiels se sont arrêtés à 839 dossiers ayant payé les 5 000 dollars initiaux au 25 mars 2012. Nous estimons le chiffre final autour de 1 000 dossiers.
Ce chiffre déclenche un traitement spécifique des évaluations de dossiers, nommé « batching » par l'autorité d'attribution. Les projets de new gTLDs seront considérés par lot de 500. Pour être dans le premier, le candidat devra saisir une date et une heure de validation de dossier qu’il devra respecter. Les porteurs de projets étant les plus prêts de l’objectif fixé auront le privilège de voir leur nouveau gTLD qualifié en priorité dans le premier lot…
L’apparition de noms de domaine déposés dans les nouvelles extensions internet risque d’être à nouveau différée. La date de révélation de l’ensemble des projets new gTLDs était prévue pour le 30 avril 2012, mais cette ambition semble compromise.

.sex et .youtube sont dans la course

Depuis le 12 avril 2012 (date initiale de la fin des candidatures), de nouveaux projets ont été dévoilés en complément de ceux déjà connus (ex : .africa, .aquitaine, .bzh, .canon…).
D’autres projets géographiques ont été rapportés. Le registre autrichien, qui gère déjà les noms de domaine en .at, a confié être le back end registry des .berlin, .brussels, .tirol, .vlaanderen (Flandres belges), .gmbh (identifiant des sociétés allemandes), .immo, .reise (voyage), etc.
Le registre du sulfureux .xxx, ICM Registry, qui a dégagé 13 millions de dollars de revenus lors de la période d’enregistrement prioritaire des noms de domaine pour adultes, s’est également positionné sur les .adult, .porn et .sex.
Enfin, dans la catégorie des mystérieux candidats au .marque (« dotbrand »), Google a confirmé avoir postulé pour la création d’un .google et d’un .youtube.

Jean-François Poussard

Depuis 2004, Jean-François Poussard est un spécialiste du marché des noms de domaine. Il en maîtrise l'ensemble des enjeux transversaux : juridique, marketing, communication, référencement, technique et administratif. Il conseille les plus grandes sociétés françaises et européennes dans leur stratégie mondiale de dénomination.

Au printemps 2010, il rejoint l'agence internet Systonic pour y diriger le nouveau département sur les noms de domaine, baptisé Prodomaines.

Il promeut également la plate-forme Keep Alert de Systonic, qui surveille les noms de domaine, les réseaux sociaux, les régies publicitaires (Google Adwords), le plagiat de contenu, etc., afin d'aider les marques à lutter contre des agissements frauduleux (cybersquatting, détournement de trafic et de notoriété...).

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Le .COM se maintient face aux nouvelles extensions
Un million de noms de domaine chinois supplémentaires en novembre
Le registre .eu lance une application sur iPad
Classement des extensions septembre 2013 : le top 30 stable
Un entrepreneur suisse dépose le nom de domaine du "royal baby"
Les noms de domaine déposés en hausse de 9 % en 2013
La Corse obtient, à son tour, son propre nom .corsica sur Internet
L'Alsace décroche son extension de nom de domaine
La Xbox One, une console de salon, sans domicile fixe sur le Web
L’Allemagne n’est plus la deuxième extension mondiale
Paris et la Bretagne auront leur propre nom de domaine, .paris et .bzh
Vers les 110 millions de .com
Accor et Michelin luttent contre le cybersquatting de noms de domaine
Le .cz (République Tchèque) dépasse le million de noms de domaine
Un internaute défie Zlatan Ibrahimovic sur la Toile
Les noms de domaine utilisés pour vendre de la contrefaçon
Le .fr a toujours le vent en poupe
Les plus puissantes marques mondiales sont candidates à leurs propres extensions internet
L’extension néerlandaise franchit la barre des cinq millions