En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Affaire Viveo : Nouveau rebondissement en cassation

La Cour de cassation rappelle que l’article 1235-10 du code du travail ne permet d’annuler la procédure de licenciement pour motif économique qu’en cas d’absence de PSE.

laisser un avis
La Cour de cassation vient de rendre son avis sur l’affaire qui opposait les salariés de Viveo à leur employeur. Rappelons les faits. En 2010, Temenos rachète l’éditeur de progiciels bancaires Viveo et lance un plan de licenciement sur 64 postes, invoquant des raisons économiques. Le comité d’entreprise conteste alors le motif, mettant en avant les profits de l’entreprise. La cour d’appel de Paris s’empare de l’affaire et annule la procédure de licenciement et tous ses effets. La direction générale de Viveo intente alors un pourvoi en cassation.

Une affaire qui ne fera pas jurisprudence

La réponse tant attendue par les intéressés, mais aussi par tous les salariés et directeurs d’entreprises de France, tombait aujourd’hui. Mauvais point pour la cour d’appel de Paris. « La Cour de cassation a en effet estimé que la cour d’appel de Paris a mal interprété l’article 1235-10 du code du travail et rappelle que cet article ne permet d’annuler la procédure de licenciement pour motif économique qu’en cas d’absence ou d’insuffisance du plan de sauvegarde de l’emploi et que cette nullité ne peut en conséquence être prononcée au motif que la cause économique du licenciement n’est pas établie », indique Pascal Guinot, spécialiste en droit du travail et avocat au sein du cabinet Nixon Peabody. La cour d’appel ne pouvait donc déclarer nulle la procédure de licenciement sans constater l’absence ou l’insuffisance du plan de sauvegarde de l’emploi établi par l’employeur.
Avec cette décision, les directions de toutes les entreprises soufflent : les juges ne pourront vérifier la véracité du motif économique invoqué pour entreprendre des licenciements collectifs. Pour les salariés : l’affaire Viveo aurait pu faire jurisprudence pour contrer les PSE mis en œuvre sans réel fondement économique si ce n’est celui d’augmenter encore les profits de l’entreprise.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'usage personnel et intensif de l'Internet au travail reste une faute
Compte pénibilité : cinq mois de plus pour adapter les logiciels de paie
Une fois de plus, HP se lance dans un plan social massif
Megaupload : le mandat de perquisition chez Kim Dotcom, finalement jugé légal
Une dizaine de sociétés IT labellisées « top employeurs » en 2014
IBM met le big data au service des RH
Ingénieur développeur : une double compétence génératrice de success story
Infor rachète PeopleAnswers, spécialiste du décisionnel RH
Un des co-fondateurs de The Pirate Bay voit son emprisonnement prolongé
HP supprime 5 000 postes supplémentaires
Affaire Dieudonné, Fleur Pellerin rappelle que le racisme en ligne est condamnable
La géolocalisation de mobile par la police sera encadrée par la loi en 2014
Trois salons pour les RH
Guerre des brevets : Apple l’emporte face à Samsung en Corée du Sud
Le contrôleur imposé à Apple dans l’affaire des ebooks lui coûte trop cher
Le PDG d'Orange va demander l'annulation de sa mise en examen
Données privées: Google "pactise" avec 38 Etats américains en payant une amende
La géolocalisation de suspects par la police doit être encadrée par un juge
Du bon usage des réseaux sociaux en RH
Facebook : 20 millions de dollars à payer pour usage litigieux de données privées