En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Vieux Continent, terre fertile pour le Chinois Huawei

L'équipementier emploie 7 000 salariés et a créé six centres de R&D. La zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) dépasse désormais la Chine.

laisser un avis
agrandir la photo
L'équipementier chinois, en dix ans de présence, aura réussi sa percée sur le Vieux Continent. Le marché des télécoms européen, en dépit de son éclatement par pays, s'est révélé très perméable aux arguments de Huawei. A contrario, outre-Atlantique, ses ambitions sont bloquées par les grands opérateurs américains, pour des raisons politiques. Les 27 pays de l'Union ont représenté, en 2011, un chiffre d'affaires de 3,75 milliards de dollars (environ 2,8 milliards d'euros), en croissance de 26 %. Huawei y emploie 7 000 salariés (70 % recrutés localement) et a créé six centres de recherche et développement (3 en Suède, 1 en Allemagne, 1 en Italie et 1 en France). La France accueille une vingtaine de salariés travaillant sur la normalisation des réseaux cellulaires LTE et sur la génération technologique qui lui succédera. La filiale française a réalisé un chiffre d'affaires de 216 millions de dollars (165 millions d'euros environ) et emploie 650 personnes. Huawei revendique comme clients SFR, Orange et Bouygues Telecom-Complétel. Il s'est placé sur les appels d'offres pour la construction des réseaux mobiles LTE/4G, pour lesquels quatre licences ont été accordées en 2011.

Diversification dans les services d'externalisation

agrandir la photo
La zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) a représenté 36 % de son chiffre d'affaires mondial, évalué en 2011 à 32,3 milliards de dollars (24 milliards d'euros environ), soit plus que la Chine (32 %), où son potentiel de croissance est aussi plus réduit. Pour séduire les opérateurs européens, qui exigent une assistance technique locale, l'équipementier chinois dispose de trois centres d'assistance, ouverts en 24/7, et de neuf centres de formation multilingues. Ces efforts lui ont permis de conclure son premier contrat d'externalisation outre-Manche, avec l'opérateur anglais O2 (filiale de Telefonica). Signé pour cinq ans, ce contrat prévoit que l'équipementier reprendra 56 salariés de l'opérateur et 62 techniciens externes, pour la planification et l'exploitation du coeur de réseau d'O2. Cette activité de services aux opérateurs, un domaine où excelle Ericsson, son premier rival, est sa deuxième activité en termes de chiffre d'affaires (22 % du total). Enfin, Huawei a ajouté une troisième corde à son arc avec les produits pour réseaux d'entreprise (5 % du total). La filiale française a lancé en 2011 cette activité, qui emploie 40 personnes et se focalise sur la téléprésence, les équipements réseaux Ethernet et le stockage.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le plan de l'Europe pour se doter de vrais géants du téléphone
La Chine prépare déjà la 5G
Vinci se renforce dans les infrastructures télécoms en rachetant Imtech ICT
Alcatel-Lucent reprend possession de son précieux portefeuille de brevets
01netTV raconte... la Freebox (vidéo)
Avis d'expert : « un marché américain aussi attrayant que complexe »
Le pari fou de Xavier Niel commenté par les experts de BFM Business
Michel Combes (Alcatel-Lucent) : « je privilégie nos dépenses de R&D »
Test du Bouygues Télécom Ultym 5 : la 4G à très bas prix (vidéo)
Palmarès des milliardaires des télécoms : Xavier et Patrice devant Martin
Le secteur des télécoms a (encore) perdu plus de 4200 emplois en 2013
JTech 184 : Foire de Paris, Ascend P7, Gear Fit (vidéo)
Vidéo du jour - Le Huawei Ascend P7 mise sur le design et la photo
Bracelets connectés : comment choisir ? (vidéo)
Hub One, des tuyaux aux terminaux
L’Internet européen : une belle idée, mais utopique
[MWC 2014] bracelets et porte-clefs : la folie des objets connectés
Grand Talk : en direct du MWC de Barcelone
L'Arcep relance le débat sur la fibre optique jusqu'à la box de l'abonné
L’Europe souhaite que la gouvernance du Net échappe aux seuls Etats-Unis