En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Lancement de Pushprivate.com, un site d'emploi innovant et payant pour les candidats

Pushprivate.com bouscule les codes du recrutement en ligne. Au menu, toute une palette d’outils pour aider les candidats dans leurs recherches, moyennant 10 euros par mois.

laisser un avis
Le concept de Pushprivate.com est original et osé : contrairement aux traditionnels jobboards, il est payant pour les entreprises (480 € HT par an et par licence), mais aussi pour les candidats (10 € par mois). D’abord, les candidats fournissent un certain nombre d'informations sur le site, dans leur espace privé, en détaillant notamment leurs compétences. Ils ne répondent pas à des offres. En revanche, lorsqu’un recruteur a un poste à pourvoir, il décrit les compétences recherchées, dans son propre espace, et l’offre est automatiquement envoyée dans la messagerie des candidats (et bientôt sur le mobile) qui ont le bon profil.
Le candidat ne reçoit donc pas d’alertes intempestives et inappropriées et, en un clic, il accepte ou décline l’offre proposée. Dans ce cas, il doit préciser la raison de son refus. Au final, assure Philippe Moras, cofondateur et dirigeant du site, « grâce à un système d’algorithmes très puissant, les candidats ne reçoivent que les annonces qui les intéressent et les entreprises ne croulent pas sous les candidatures mal ciblées ».
agrandir la photo

Des tableaux de bord pour structurer ses recherches

Pushprivate.com propose aussi aux candidats toute une palette d’outils, par exemple des tableaux de bord, pour organiser dans un espace privé leurs recherches et savoir où ils en sont (quelle entreprise ai-je contactée, par exemple). Mieux encore, l’outil assure une sorte de « coaching » en ligne. Au menu : des conseils standards pour bien préparer son entretien, par exemple, mais aussi spécifiques pour mettre le doigt sur des points importants (vous n’avez pas relancé telle entreprise, par exemple).

Une analyse comparative des entretiens effectués

Plus original encore, après avoir passé un entretien d’embauche, le candidat évalue sa performance en se notant sur six critères tels que la présentation de son expérience, la compréhension du poste  proposé, etc. Quant au recruteur, il se livre au même exercice (quelques secondes peuvent suffire). Une note globale est alors automatiquement calculée, mesurant les écarts de perception entre les deux « parties ». Ce feedback est précieux pour les candidats, souvent frustrés de ne pas savoir pourquoi ils ne sont pas retenus en fin de course et, tout simplement, pour s’améliorer.  
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
IBM dément envisager un plan social record
Comment le numérique transforme nos façons de travailler
Facebook aurait généré 78 000 emplois indirects en France en 2014
Les géants de la Silicon Valley paient cher pour leur pacte anti-embauche
Le plan de formation de Syntec Numérique un an après
Amazon a recruté 6000 personnes en Europe en 2014
Des formations en cybersécurité sur mesure pour les entreprises
Salaires : 2015, l’année du rebond pour les experts du numérique
Twitter se renforce en France
Le programme d'initiation au code de Microsoft de 4 à 25 ans
Apple vante un million d'emplois indirects et directs créés aux Etats-Unis
Good Technology aurait licencié une centaine de personnes
Harcèlement chez France Telecom: 15 000 euros d'amende requis contre un cadre
L'enquête sur les suicides à France Telecom est close
Accenture recrutera 300 personnes à Nantes d’ici fin 2017
Mooc: HEC et Polytechnique créent un cours de création de start-up sur Coursera
Amazon : les salariés français appelés à la grève trois jours avant Noël
Les compétences les plus prisées en 2014 selon LinkedIn
Des formations en ligne gratuites pour les demandeurs d’emploi
Piratage de Sony Pictures: d'anciens salariés portent plainte pour défaut de sécurité