En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

IBM développe sa stratégie Smarter Commerce dans le cloud

Pour la toute première fois, IBM organise le Smarter Commerce Summit en Europe. L’occasion de faire le point sur l’offre en marketing et en e-commerce de l’éditeur.

laisser un avis
Craig Hayman; general Manager IBM Software Industry Solutions détaille la stratégie Smarter Commerce.
agrandir la photo
Ces derniers mois, IBM a dépensé plus de 3 milliards de dollars pour se constituer un portefeuille d’applications conséquent afin de couvrir les besoins des entreprises en matière d'e-business. Un portefeuille baptisé Smarter Commerce, et qui s'appuie sur les offres WebSphere Commerce, les solutions Sterling Commerce de datamining SPSS, et s'est enrichi en 2010 de la gestion de campagnes marketing, avec l’acquisition d’Unica et du volet de mesure d’audience de Coremetrics. A ces achats majeurs, il faut ajouter celui de DemandTec pour le volet analytique appliqué au secteur de la distribution en 2011, d'Emptoris pour l’e-sourcing et l’analytique sur la chaîne logistique, et enfin, en mai dernier, de Tealeaf Technology, qui a apporté à IBM ses outils d’analyse du comportement client.

Des intégrations partielles entre moduleshttp://bo.01net.com/index.php?p=articleFiche&option=modifier&id=566507&rs=11#onglet-redaction

Les nouvelles briques fonctionnelles dévoilées par IBM lors du Smarter Commerce Global Summit 2012.
agrandir la photo
Du marketing à la chaîne logistique, IBM dispose d’une offre conséquente que l’éditeur intègre tout en se défendant de vouloir recréer une approche de type ERP : « Nous ne voulons surtout pas recréer un progiciel de gestion intégré, s’exclame Ken Ramoutar, vice-président, en charge des logiciels marketing d’IBM. Nos offres viennent se placer au-dessus du logiciel. Nous ne menons des intégrations entre les solutions que lorsqu’elles ont réellement un sens pour nos clients. Par exemple, en réinjectant les préférences du client qui sont stockées dans sa base au niveau du site web afin d'en personnaliser le contenu en temps réel. » Cette intégration partielle contraste, notamment, avec l’approche récemment dévoilée par Netsuite, qui fond totalement son offre d'e-commerce dans son ERP cloud. « Toutes les solutions que nous avons acquises pour constituer ce portefeuille de logiciels étaient les meilleures. C’est la raison pour laquelle nous pouvons rivaliser avec toutes les solutions de type best of breed sur leurs segments de marché, tout en offrant une approche globale. »

Smarter Commerce investit le Cloud Computing

Première annonce d’IBM lors de ce Smarter Commerce Summit européen, le portefeuille Commerce on Cloud est proposé en mode classique on-premise, mais aussi en mode hébergé sur l’infrastructure cloud computing d’IBM. «  Notre portefeuille est hybride. Certains des composants sont disponibles dans l'un ou l'autre de ces modes, d'autres dans les deux. Nos clients choisissent quels composants ils veulent déployer et où ils souhaitent le faire (chez eux ou dans le nuage), ajoute Ken Ramoutar. C’est ce qui fait la différence avec les autres acteurs du marché, qui imposent une approche 100 % cloud ou 100 % on-premise. » A ce jour, IBM annonce 2 500 clients Smarter Commerce de par le monde. Avec cette offre cloud, Big Blue espère convaincre les entreprises en quête de solutions d'e-business rapidement déployées.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Que diriez vous d'appeler cela un ordinateur ?
Résultats : IBM négocie bien le virage du cloud
Le renouveau du marketing B2B
Après l’accord IBM-Apple, BlackBerry chute en Bourse
IBM ouvre largement les portes de l’entreprise à Apple
Apple et IBM nouent une alliance historique
IBM augmente ses effectifs à Lille mais les baisse sur la France entière
La Génération Y préfère les centres commerciaux aux achats en ligne
Grève des techniciens de support d’IBM
Fire Phone d’Amazon : ceci n’est pas un smartphone
IBM céderait ses « puces » à l’américain GlobalFoundries
01LIVE HEBDO #18 : spécial Roland Garros ! (vidéo)
La transformation digitale : passer du tactique au stratégique
Alain Bénichou (IBM) : « Les données de nos clients sont pratiquement tout le temps dans des datacenters français »
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
IBM se sert du big data pour lutter contre la fraude
« IBM n’a pas fourni de données de ses clients à la NSA »
Service client : à l’heure de l’omnicanal, n’enterrez pas l’email !
OVH met en ligne la plate-forme IBM pour développeurs d'applis mobiles
IBM pourrait réduire jusqu’à 25 % de ses effectifs de sa division matériels