En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vers un partage des réseaux…

laisser un avis
En invitant SFR et Bouygues Telecom à partager leurs réseaux avec lui, le PDG d’Orange a rouvert un débat initié à l’occasion de la couverture radio des « zones blanches ». La question de la mutualisation des infrastructures mobiles resurgit donc à l’aube de la construction des réseaux 4G, dont le déploiement va débuter. Or la quête de points hauts, pour densifier la couverture des zones urbaines, pourrait se heurter à la pugnacité des riverains et autres « Robins des toits ».
Le premier intérêt du partage de réseau est financier, avec à la clé une réduction des coûts d’investissement et d’exploitation. On peut en attendre une meilleure gestion opérationnelle, née de la juxtaposition des compétences. Toutefois, si le partage de réseau recèle des avantages, une telle décision se heurte à la culture dominante des opérateurs. Celle-ci érige l’infrastructure comme l’actif majeur de la proposition de valeur et l’élément clé différenciateur.
Free Mobile n’est pas le dernier à faire siens ces principes. Une telle alliance technique obligerait des rivaux, jaloux de leurs prérogatives, à un aggiornamento de pratiques décennales : négocier, en termes de partage de responsabilité contractuelle, de gestion de projet et d’exploitation. Une telle coopération permettrait aux opérateurs historiques de mutualiser leurs dépenses, alors même que leur modèle économique est fragilisé par l’irruption fracassante de Free Mobile.
Le PDG d’Orange n’a pas caché que ses deux concurrents historiques semblaient réticents vis-à-vis de cette approche. La réalité économique, qui pèse sur les capacités d’investissements, et la pression sociale des associations, du monde politique (ou du législateur) ou du régulateur pourraient bien contraindre les opérateurs à s’entendre plus vite qu’ils ne le souhaitent.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Pourquoi les entreprises doivent elles mesurer et suivre leur e- réputation ?
Le Conseil d’Etat formule 50 recommandations audacieuses sur le numérique et les droits fondamentaux
Préserver la qualité pour les foules : le prochain objectif pour le Wi-Fi
Le magasin physique doit mieux intégrer les technologies digitales
Lancement de l'iPhone 6 : les départements informatiques en alerte !
WordPress : le CMS qui monte, qui monte !
Cinq points clés que les entreprises doivent prendre en compte pour réussir leur transformation numérique
Oui à une « République numérique » ambitieuse et concrète, à court terme
Les entreprises tuent-elles la culture digitale ?
Applications web hybrides : le meilleur pour le développement mobile
Des photos de Jennifer Lawrence à la protection de l’entreprise, quelles réactions avoir ?
Du SaaS au IaaS : les acteurs du Cloud (re)positionnent leurs services
Comment l’Internet des objets affecte l’administration des réseaux
Monsieur Hollande, il est temps de marquer votre empreinte numérique
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Les drones, le nouveau cauchemar des départements informatiques ?
Sécurité : Les faux titres sont d’excellents pièges pour attirer les accros à l’actualité
Quel est votre vecteur d’attaque préféré : PDF, Word ou ZIP ?
Les opérateurs français sont-ils prêts à accueillir Netflix ?
Attaques DNS : Connaître son ennemi