En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vers un partage des réseaux…

laisser un avis
En invitant SFR et Bouygues Telecom à partager leurs réseaux avec lui, le PDG d’Orange a rouvert un débat initié à l’occasion de la couverture radio des « zones blanches ». La question de la mutualisation des infrastructures mobiles resurgit donc à l’aube de la construction des réseaux 4G, dont le déploiement va débuter. Or la quête de points hauts, pour densifier la couverture des zones urbaines, pourrait se heurter à la pugnacité des riverains et autres « Robins des toits ».
Le premier intérêt du partage de réseau est financier, avec à la clé une réduction des coûts d’investissement et d’exploitation. On peut en attendre une meilleure gestion opérationnelle, née de la juxtaposition des compétences. Toutefois, si le partage de réseau recèle des avantages, une telle décision se heurte à la culture dominante des opérateurs. Celle-ci érige l’infrastructure comme l’actif majeur de la proposition de valeur et l’élément clé différenciateur.
Free Mobile n’est pas le dernier à faire siens ces principes. Une telle alliance technique obligerait des rivaux, jaloux de leurs prérogatives, à un aggiornamento de pratiques décennales : négocier, en termes de partage de responsabilité contractuelle, de gestion de projet et d’exploitation. Une telle coopération permettrait aux opérateurs historiques de mutualiser leurs dépenses, alors même que leur modèle économique est fragilisé par l’irruption fracassante de Free Mobile.
Le PDG d’Orange n’a pas caché que ses deux concurrents historiques semblaient réticents vis-à-vis de cette approche. La réalité économique, qui pèse sur les capacités d’investissements, et la pression sociale des associations, du monde politique (ou du législateur) ou du régulateur pourraient bien contraindre les opérateurs à s’entendre plus vite qu’ils ne le souhaitent.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Ebola et les réseaux sociaux
Cas GoPro : ignorer les rumeurs est une erreur majeure
Une bonne gestion de la dématérialisation, un levier essentiel pour l’entreprise
Ces ruptures qui vont transformer nos vies
Affaire « Vie de Merde » : un concept non protégé par le droit d’auteur, mais...
Pourquoi vos outils collaboratifs ne génèrent aucun gain de productivité
Quand les entreprises font marche arrière sur le modèle offshore
Classement des extensions septembre 2014 : le .COM plus rapide que l'ensemble des NewgTLDs
Maîtrisez votre nom de domaine et comprenez la magie de Time To Live
L'incidence des groupes ouverts ou fermés sur la dynamique collaborative
Pourquoi Google, Apple, Amazon ou Facebook ne deviendront probablement jamais des banques
Innovation : Pourquoi Apple ne fait plus la course en tête ?
Comment s’écarter de la DSI sans pour autant l’exclure ?
Internet des objets et protection de l’information : quelle sécurité pour la mesure de soi ?
Bash Bug : mesures urgentes et nécessaires pour les entreprises
Le retour vers la croissance passera par le numérique
5 choses que les experts en confidentialité veulent que vous sachiez à propos des « wearable technologies »
La recherche interne, une source d'enseignement trop souvent négligée
Apple Pay, la fin de la fraude aux cartes bancaires ?
Pourquoi j'ai (encore) piraté TouchID