En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vers un partage des réseaux…

laisser un avis
En invitant SFR et Bouygues Telecom à partager leurs réseaux avec lui, le PDG d’Orange a rouvert un débat initié à l’occasion de la couverture radio des « zones blanches ». La question de la mutualisation des infrastructures mobiles resurgit donc à l’aube de la construction des réseaux 4G, dont le déploiement va débuter. Or la quête de points hauts, pour densifier la couverture des zones urbaines, pourrait se heurter à la pugnacité des riverains et autres « Robins des toits ».
Le premier intérêt du partage de réseau est financier, avec à la clé une réduction des coûts d’investissement et d’exploitation. On peut en attendre une meilleure gestion opérationnelle, née de la juxtaposition des compétences. Toutefois, si le partage de réseau recèle des avantages, une telle décision se heurte à la culture dominante des opérateurs. Celle-ci érige l’infrastructure comme l’actif majeur de la proposition de valeur et l’élément clé différenciateur.
Free Mobile n’est pas le dernier à faire siens ces principes. Une telle alliance technique obligerait des rivaux, jaloux de leurs prérogatives, à un aggiornamento de pratiques décennales : négocier, en termes de partage de responsabilité contractuelle, de gestion de projet et d’exploitation. Une telle coopération permettrait aux opérateurs historiques de mutualiser leurs dépenses, alors même que leur modèle économique est fragilisé par l’irruption fracassante de Free Mobile.
Le PDG d’Orange n’a pas caché que ses deux concurrents historiques semblaient réticents vis-à-vis de cette approche. La réalité économique, qui pèse sur les capacités d’investissements, et la pression sociale des associations, du monde politique (ou du législateur) ou du régulateur pourraient bien contraindre les opérateurs à s’entendre plus vite qu’ils ne le souhaitent.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Transformation digitale : revenir au Moyen-Age ?
3 millions de noms de domaine déposés dans les NewgTLDs en un an
La France bientôt championne mondiale du numérique ?
Le futur de la carte à puce se joue sans cartes
Attention aux faux amis sur les réseaux sociaux !
L’informatique de demain sera hybride ou ne sera pas !
Pas de droit à l’oubli, mais bientôt une obligation d’oublier pour les entreprises
La mobilité pousse les DSI à se réinventer
Produire en France ne coûte pas plus cher avec une bonne gestion
Transformation digitale : d'autres murs à faire tomber
Améliorer la productivité en entreprise grâce à la recherche prédictive
2014 : l’année qui aura vu les COMEX se mobiliser pour leur cybersécurité ?
10 tendances du marché de l’information géographique pour 2015
L’open source modernise en profondeur le SI de l'Etat
De la difficulté à mesurer l’engagement et la mobilisation de ses clients
Menacées par les géants du web, les banques doivent s’engager pleinement dans le digital
France Connect, un accès universel aux administrations en ligne
Transformation digitale : le lièvre et la tortue
Vite, un Grenelle du numérique
Guerre contre les cyber-escrocs qui envahissent la publicité en ligne