En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vers un partage des réseaux…

laisser un avis
En invitant SFR et Bouygues Telecom à partager leurs réseaux avec lui, le PDG d’Orange a rouvert un débat initié à l’occasion de la couverture radio des « zones blanches ». La question de la mutualisation des infrastructures mobiles resurgit donc à l’aube de la construction des réseaux 4G, dont le déploiement va débuter. Or la quête de points hauts, pour densifier la couverture des zones urbaines, pourrait se heurter à la pugnacité des riverains et autres « Robins des toits ».
Le premier intérêt du partage de réseau est financier, avec à la clé une réduction des coûts d’investissement et d’exploitation. On peut en attendre une meilleure gestion opérationnelle, née de la juxtaposition des compétences. Toutefois, si le partage de réseau recèle des avantages, une telle décision se heurte à la culture dominante des opérateurs. Celle-ci érige l’infrastructure comme l’actif majeur de la proposition de valeur et l’élément clé différenciateur.
Free Mobile n’est pas le dernier à faire siens ces principes. Une telle alliance technique obligerait des rivaux, jaloux de leurs prérogatives, à un aggiornamento de pratiques décennales : négocier, en termes de partage de responsabilité contractuelle, de gestion de projet et d’exploitation. Une telle coopération permettrait aux opérateurs historiques de mutualiser leurs dépenses, alors même que leur modèle économique est fragilisé par l’irruption fracassante de Free Mobile.
Le PDG d’Orange n’a pas caché que ses deux concurrents historiques semblaient réticents vis-à-vis de cette approche. La réalité économique, qui pèse sur les capacités d’investissements, et la pression sociale des associations, du monde politique (ou du législateur) ou du régulateur pourraient bien contraindre les opérateurs à s’entendre plus vite qu’ils ne le souhaitent.
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'Etat mise sur deux cloud complémentaires
Recruter les développeurs autrement peut nous éviter la catastrophe
Avis d'expert : Innover par le digital, la stratégie des leaders... et de ceux qui le resteront !
Culture et numérique, je t’aime moi non plus
France Connect : une clef de voûte pour l’Etat Plateforme
Transformation digitale : le retour des RH ?
Sécurité de l’information : la dette masquée des entreprises
Qui est le meilleur ami de vos clients, Google ou vous ?
Le Retour vers le futur d’un véritable écosystème cloud français
Sécurité, quelles tendances pour 2015 (1ère partie)
De #JeSuisCharlie à RespectZone
Applications mobiles : le porte-monnaie électronique est plébiscité, les beacons pas encore
Collaborer n’est pas le premier besoin de vos collaborateurs
Administration : pour en finir avec les projets IT mal calibrés
Les 10 tendances 2015 dans la data
Commerçants, les soldes d’hiver approchent : 8 conseils pour vous préparer
10 règles à suivre sur le chemin de l’entreprise collaborative
Transformation vers le Cloud : une approche holistique favorable au dynamisme des entreprises
Watermarking : toutes les marques ne se valent pas
Mes prévisions pour 2015