En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Salon HIT : le dossier pharmaceutique, une leçon de pragmatisme

En moins de quatre ans, ce dossier aura séduit 20 millions de patients et la quasi-totalité des pharmacies. Sa force : des services concrets dans l’encadrement des soins.

laisser un avis
Il a de quoi faire rêver son jeune cousin, le dossier médical personnel (DMP) : depuis décembre 2008, date de son autorisation, le dossier pharmaceutique informatisé est exploité dans presque toutes les pharmacies d’officine de France. Seules 700 lui résistent encore. En tout, plus de 20 millions de Français en ont ouvert un (alors que 120 000 DMP ont été créés depuis janvier 2011). Les raisons d’un tel succès ? Sa répercussion directe sur la qualité des soins.

Des alertes pour les contre-indications

agrandir la photo
« Chaque semaine, 1,5 million de Français bénéficient de la coordination des informations entre pharmacies », a avancé Isabelle Adenot, présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens lors d’une table ronde organisé au salon HIT. Le dossier référençant les médicaments prescrits à un patient sur les quatre derniers mois, les pharmaciens sont alertés en temps réel sur les éventuelles contre-indications. « On évalue le nombre de modifications de traitements dues à cette possibilité de vérification à 810 000 par an. A chaque fois, le pharmacien a appelé le médecin prescripteur pour qu'il revoit son ordonnance. »

L’explosion du DMP suivra les mêmes règles

Autre bénéfice : les alertes liées au retrait de médicaments décidé par l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé). Celles-ci sont répercutées en seulement trente-cinq minutes grâce au dossier, alors qu'auparavant, le blocage des médicaments n'était pas effectif avant vingt-quatre heures. Ce sont donc des services concrets et mesurables qui ont suscité la bienveillance, et surtout l’attention, des pharmaciens et des patients.
Sans doute le DMP aura-t-il besoin de services analogues pour décoller à grande échelle. Des avancées notoires dans la coordination des soins et dans le parcours du patient, par exemple. Rappelons cependant que les contraintes du DMP sont bien plus lourdes que celles du dossier pharmaceutique (par ailleurs, tous deux amenés à dialoguer). Car il est censé héberger des documents de nature bien différente, qui doivent être conservés durant toute la vie du patient.
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le lucratif avenir des messageries de Facebook et Google
La SSII Talan s'adjoint les conseils d'Arnaud Montebourg
Avec Visa, quatre banques françaises osent une alternative à ApplePay
Les assureurs auto misent sur les objets connectés et les apps mobiles
Google débauche chez Morgan Stanley sa directrice financière
Boursorama acquiert Fiduceo dans la gestion des finances personnelles
Rakuten poursuit ses emplettes pour doper son offre de livre numérique
Chronodrive met un bouton connecté chez vous pour faire vos courses
La Fnac ouvre un nouveau concept de boutique high tech
François Enaud quitte le groupe Sopra Steria
La valorisation de Pinterest atteint des sommets
Une plateforme européenne fédère les projets de 31 "villes intelligentes"
L'école Polytechnique lance un Mooc sur la création de start-up
Facebook investit dans un moteur de recherche spécialisé
Comment Air France mise sur le numérique pour réduire ses coûts
Smartphones et phablettes étouffent le marché des tablettes
Comment les opérateurs ont tué les boutiques de téléphonie mobile
TF1 se lance dans le couponing sur mobile
Huawei poursuit son opération séduction en France
Le Congrès Big Data 2015 se clôt sur cinq projets innovants