En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Non, Facebook ne vaut pas 100 Md$

laisser un avis
Bon alors Facebook, ça vaut combien ? En valorisant sa société à plus de 104 milliards de dollars, Mark Zuckerberg et ses amis banquiers ont estimé que chacun des 901 millions de membres du réseau social – moi, certainement vous –, valait 116 dollars. Pas mal pour des « dumbs fucks », des « putains d’abrutis », comme gratifiait ses premiers utilisateurs le petit génie de Harvard. Ils lui confiaient pourtant toute leur vie. On a apprécié par la suite le peu de cas que Facebook faisait de nos données personnelles.
Fidèle à l’image laissée par le film The Social Network, « Zuck » n’a pas mieux traité les investisseurs. En ne se départissant jamais de son fameux sweat à capuche, il n’a pas fait l’effort d’adopter le profil Wall Street. Le lendemain de l’introduction, il enfilait pourtant costume et « nœud pap » pour se marier. Joli pied de nez. Le geek de 28 ans a aussi péché par orgueil en portant le prix d’introduction à 38 dollars.
FactSet Research a calculé qu’en 2013 le ratio cours sur bénéfice serait de 50 pour Facebook, contre 12 pour Google et 10 pour Apple. Mais à la différence de ces glorieux aînés, Facebook ne marche que sur une jambe : la pub. En effet, le réseau social n’a jamais su se diversifier ni monétiser sa fabuleuse audience. Les débuts du F-commerce, ou commerce électronique sur Facebook, ont douché les espoirs des pionniers.
L’an dernier, La Redoute a fermé boutique après une brève tentative. Facebook n’a pas plus su prendre le tournant du mobile, alors que plus de la moitié de ses membres se connecte sur sa plate-forme via un smartphone ou une tablette. Le rachat à grands frais d’Instagram ou le lancement de la place de marché App Center suffiront-ils à rattraper son retard sur Google ou Apple ? En attendant, grâce à cette entrée en Bourse, Bono, le chanteur de U2, serait plus riche que Paul McCartney. Elevation !
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !