En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Non, Facebook ne vaut pas 100 Md$

laisser un avis
Bon alors Facebook, ça vaut combien ? En valorisant sa société à plus de 104 milliards de dollars, Mark Zuckerberg et ses amis banquiers ont estimé que chacun des 901 millions de membres du réseau social – moi, certainement vous –, valait 116 dollars. Pas mal pour des « dumbs fucks », des « putains d’abrutis », comme gratifiait ses premiers utilisateurs le petit génie de Harvard. Ils lui confiaient pourtant toute leur vie. On a apprécié par la suite le peu de cas que Facebook faisait de nos données personnelles.
Fidèle à l’image laissée par le film The Social Network, « Zuck » n’a pas mieux traité les investisseurs. En ne se départissant jamais de son fameux sweat à capuche, il n’a pas fait l’effort d’adopter le profil Wall Street. Le lendemain de l’introduction, il enfilait pourtant costume et « nœud pap » pour se marier. Joli pied de nez. Le geek de 28 ans a aussi péché par orgueil en portant le prix d’introduction à 38 dollars.
FactSet Research a calculé qu’en 2013 le ratio cours sur bénéfice serait de 50 pour Facebook, contre 12 pour Google et 10 pour Apple. Mais à la différence de ces glorieux aînés, Facebook ne marche que sur une jambe : la pub. En effet, le réseau social n’a jamais su se diversifier ni monétiser sa fabuleuse audience. Les débuts du F-commerce, ou commerce électronique sur Facebook, ont douché les espoirs des pionniers.
L’an dernier, La Redoute a fermé boutique après une brève tentative. Facebook n’a pas plus su prendre le tournant du mobile, alors que plus de la moitié de ses membres se connecte sur sa plate-forme via un smartphone ou une tablette. Le rachat à grands frais d’Instagram ou le lancement de la place de marché App Center suffiront-ils à rattraper son retard sur Google ou Apple ? En attendant, grâce à cette entrée en Bourse, Bono, le chanteur de U2, serait plus riche que Paul McCartney. Elevation !
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Quand les RH huilent les rouages de la digitalisation de l’entreprise
Applications mobiles versus sites web mobiles : une question de stratégie
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
Twitter, un véritable outil d’informations et de veille pour les professionnels
Données d'entreprise et applications grand public : un mélange dangereux
Qu’est-ce que les malwares et les moustiques ont en commun ?
Les datacenters au cœur de la vie mobile
10 idées à Axelle Lemaire pour doper le numérique en France
Joyeux anniversaire IBM France
La double vie des politiques sur Twitter
Arnaud Montebourg a-t-il besoin d’un Secrétaire d’Etat au numérique ?
Objets connectés : future cible des hackers, prochains enjeux de la DSI
Le M-Paiement : une plateforme jugée risquée
Fin du support de XP, quel comportement les entreprises doivent-elles adopter ?
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Il faut sauver le soldat Pellerin !
L’accès des prestataires au réseau des entreprises rend ces dernières plus vulnérables