En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

VCE colle plusieurs datacenters pour faire un seul cloud

[EMC World 2012] En rendant son logiciel de répartition du stockage compatible avec la virtualisation de serveurs, EMC permet à un cloud Iaas de fonctionner depuis plusieurs sites géographiques.

laisser un avis
On peut désormais déplacer des charges de travail entre des centres de données géographiquement éloignés. Annoncée lors du salon EMC World de Las Vegas, cette fonction résulte de l’intégration nouvelle du dispositif VPlex d’EMC aux kits clés en main de VCE qui servent à construire des infrastructures de cloud Iaas (Infrastructure as a Service). « Il s’agit de la solution qui va enfin permettre à nos différents laboratoires de partager et d’optimiser leurs ressources informatiques entre les 4 000 applications que nous utilisons. C’est extensible, automatique et efficace. Nous allons même pouvoir facilement déployer des sites tiers afin de restaurer notre système d'information en cas de désastre », se félicite Sébastien Roque, directeur des infrastructures de stockage chez Sanofi.

Synchroniser les serveurs distants aussi

La marque commune VCE est la contraction de VMware, Cisco et EMC. Les kits qu’elle vend aux hébergeurs, comme aux entreprises désireuses de déployer des clouds privés, se nomment les Vblocks. Ils se constituent de serveurs Cisco UCS, de baies de stockage VMax (pour grosses bases de données) ou VNX (pour partager du travail de groupe) d’EMC et du système de virtualisation vSphere de VMware.
VPlex existait au catalogue d’EMC depuis 2010 pour répartir les données sur des baies de stockage physiquement éloignées. La nouvelle version lancée à l’occasion d’EMC World 2012 devient compatible avec vSphere, ce qui permet à l’opérateur de déplacer et de synchroniser aussi des machines virtuelles. Accessoirement, VPlex prend désormais en compte 1 600 ressources de stockage sur un groupe de centres de données et synchronise leur contenu en temps réel s’ils sont espacés de moins de 100 kilomètres. VPlex s’administre au travers de la nouvelle console Unisphere d’EMC.
« En faisant tomber les frontières entre les centres de données, nous allons inciter les entreprises à repenser complètement la manière dont elle répartissent leurs traitements », commente Brian Gallagher, le président de la division Entreprise d’EMC. En ligne de mire, il vise le développement rapide du marché du cloud hybride, où la charge de travail qui déborde des clouds privés bascule dans des clouds publics. Mais pour que ce soit possible, encore faut-il que l’entreprise et l’opérateur de cloud public aient tous deux déployés les Vblocks de VCE.

Mettre en place des sites de restauration

Il ressort de cette intégration quatre nouveaux modèles de Vblock. Le modèle 300 comprend des baies VNX et les modèles 700MX ainsi que 700LX (plus abordable) des baies VMax.
Le quatrième Vblock du nouveau catalogue, le Vblock DP, sert à récupérer les données en cas de défaillance, ainsi qu’à déployer un nouveau centre de données qui serait une copie des autres. Le Vblock DP sauvegarde les données des autres Vblocks. Il comprend le nouveau logiciel de sauvegarde Avamar 6.1, le module matériel de déduplication des données DD990 (élimination des doublons pour économiser de la bande passante) et le logiciel RecoverPoint qui réplique la sauvegarde vers un site distant. Un Vblock DP dans un centre de données est ainsi capable de copier son contenu dans le Vblock DP d’un autre datacenter.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Avis d'experts

Apple et la sécurité : une rentrée 2014 forte en actualité !
Apple et la sécurité : une rentrée 2014 forte en actualité !
Chadi Hantouche, manager en sécurité au sein du cabinet Solucom
La face cachée du manager dans la transformation digitale
La face cachée du manager dans la transformation digitale
Bertrand Duperrin, directeur chez Nextmodernity
Le Wi-Fi peut-il garantir la sécurité de l'Internet des Objets ?
Le Wi-Fi peut-il garantir la sécurité de l'Internet des Objets ?
Benoit Mangin, directeur commercial Europe du Sud, Aerohive
+ toutes les avis d'experts

Offres
d'emploi

  + toutes les offres d'emploi

Derniers
tweets

Newsletter 01Business