En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Réseaux sociaux : RadiumOne veut influencer vos amis

L’Américain RadiumOne démarre ses activités en France. Sa technologie, baptisée ShareGraph, vise à exploiter votre réseau d’amis sur les médias sociaux au profit des marques.

laisser un avis
Partant du principe que, pour un site marchand, les amis des clients peuvent être de futurs clients, RadiumOne a mis au point une technologie qui permet de cibler les amis d’un internaute avec des messages publicitaires adaptés. Le mécanisme est totalement invisible pour l’internaute. Lorsque celui-ci clique sur un bouton de partage, RadiumOne va en traquer le lien. Ainsi, le service crée non pas un social graph, de type Facebook, mais le graphe des amis de l’internaute qui vont partager cette URL : « C’est une méthode totalement indolore pour l’internaute : nous ne nous immiscons pas dans la relation qu’il a avec ses amis, puisque nous ne faisons qu'un smart tracking, explique Frédéric Bellier, directeur général de RadiumOne France. Nous considèrons que les internautes qui partagent du contenu font partie d’un même segment. »
Une fois ce graphe établi, et les cookies installés sur le poste des internautes, RadiumOne va pouvoir diffuser de la publicité ciblée en tablant sur le « mimétisme » social. Sur le même modèle que le reciblage (retargeting) publicitaire, qui vous rappelle pendant des jours et des jours l’offre commerciale que vous aviez lue sur un site marchand, RadiumOne utilise les réseaux d’Ad Exchange pour placer les publicités sur les principaux sites web dans 13 pays. « Contrairement au retargeting, qui vise les prospects déjà acquis à la marque, nous proposons un vrai outil de conquête, puisque les annonces ne sont diffusées qu’aux internautes qui ne sont pas venus sur le site de la marque ! »

Un serial entrepreneur tient les rênes

Gurbaksh Chahal, le fondateur de RadiumOne.
agrandir la photo
Cette approche séduit : dix-huit mois après sa création, la start up a déjà engrangé 120 millions de dollars de chiffre d’affaires. Un démarrage sur les chapeaux de roue, sachant que son fondateur, Gurbaksh Chahal, n’en est pas à son coup d’essai : il s’est notamment fait connaître avec son ClickAgent, un réseau publicitaire qu'il a vendu en 2000 à ValueClick pour 40 millions de dollars, et surtout avec Blue Lithium, société spécialisée dans le ciblage comportemental, et cédée à Yahoo pour 300 millions de dollars en 2007.
L’approche ShareGraph a convaincu American Express, qui a déjà confié plusieurs millions de dollars de budget à RadiumOne. Et Kellogg's s’en est servi pour drainer de l’audience lors de la diffusion de ses spots TV. Enfin, en France, ShowRoomPrivé, second site européen de ventes privées, utilise le service pour cibler les fashionistas.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Facebook lance son réseau publicitaire mobile
Qui, des marques américaines, anglaises ou françaises exploitent le mieux Facebook dans leur CRM ?
Quels acteurs auraient le plus à perdre d’un Facebook « pro » ?
Mission Rosetta, un succès planétaire grâce aux réseaux sociaux
"Facebook creuse notre tombe", dit le créateur de Room (vidéo du jour)
01LIVE HEBDO #33 : le debrief de l'actu high-tech 18h-18h30 (vidéo replay)
Le big data, un nouvel eldorado non sans risque pour les publicitaires
Augure, le moteur de recherche qui identifie les influenceurs
C&A propose de « liker » ses vêtements dans un magazine
Sébastien Danet (ZenithOptimedia) : le big data, un défi pour la publicité
Cyril Zimmermann (HiMedia) : « Il faut s'adapter aux nouveaux usages liés à la vidéo et aux mobiles »
Tout sur l'ultra HD : 01netTV vous répond (vidéo)
Le renouveau du marketing B2B
Phone Apps #60 : Facebook dégaine son appli anti-Snapchat (vidéo)
Publicité : le marketing digital lutte contre le trop plein de prospectus
Vaste offensive de Twitter dans la publicité
Le patron de PayPal passe chez Facebook
Après son mariage avorté, Publicis rebondit dans le digital avec Facebook
Maurice Lévy : «Publicis ne cherchera pas de nouveau partenaire»
Criteo ne parvient pas à convaincre Wall Street