En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'Icann a reçu 1930 demandes de nouvelles extensions Internet

Google et Amazon figurent parmi les plus fervents candidats aux nouveaux suffixes web. Plus sobre, Apple ne dépose que le .apple. Les premières extensions seront opérationnelles en 2013.

laisser un avis
On peut s'en réjouir ou non, en tout cas l'Icann, l'organisme qui gère l'adressage du web, semble avoir réussi son pari sur l'introduction des nouvelles extensions Internet. Lors d'une conférence de presse aujourd'hui, l'institution a expliqué avoir reçu 1 930 dossiers de candidatures, de .aaa à .zulu. Parmi ces dossiers figurent également 166 propositions de suffixes non latins (cyrillique, hindi, arabe, chinois, japonais...).

Plus de 100 dossiers pour Google, 77 pour Amazon

Pour chaque candidature, l'Icann a empoché 185 000 dollars de frais de dossier, soit au total plus de 350 millions de dollars. Bref, c'est le jackpot ! Les plus fervents candidats sont les grandes marques du web. Ainsi, Google a déposé plus de 100 dossiers, dont .and, .app, .baby, .youtube, etc. Amazon a déposé 77 dossiers (.amazon, .audible, .author, .book, etc.). Microsoft fait figure de petit joueur, avec « seulement » 23 dossiers (.azure, .bing, .docs, etc.). Apple, de son côté, a fait le snob en ne déposant qu'un seul suffixe : .apple.

Certains mots ont plusieurs candidats. Le .app compte ainsi 13 prétendants, qui – une fois passés sous les yeux inquisiteurs des panels d'évaluation technique et financière – devront se mettre d'accord. Dans le cas contraire, l'Icann procédera à une enchère (et re-jackpot !). Au final, les nouvelles extensions ne devraient pas être opérationnelles avant début 2013.

Quelles seront les retombées marketing ?

L'Icann, évidemment, est aux anges. « C'est un jour historique pour Internet, s'est félicité Rod Beckstrom, PDG de l'Icann. Internet est en train de changer pour toujours. » Mais ce changement sera-t-il vraiment bénéfique ? Par le passé, le programme de libéralisation des extensions Internet a récolté beaucoup de critiques. Certaines grandes marques ont même tenté de faire capoter ce projet, n'y voyant aucun réel bénéfice. Il faut dire que les avantages ne sautent pas vraiment aux yeux. Il sera donc intéressant de connaître les usages et les retombées marketing de ce dispositif.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
[Vidéo] Le breton AMA, première entreprise française certifiée Google Glass
SAP gèle ses prix de maintenance jusqu'en 2020
L’appli mobile d’easyJet scanne les passeports
Augure, le moteur de recherche qui identifie les influenceurs
SAP n'est pas le premier choix de ses clients dans le cloud
Microsoft fait des promotions sur son CRM en Saas
Top 250 : Les éditeurs Scality et Intersec primés par le jury de Syntec Numérique
Top250 : Le logiciel français maintient une croissance soutenue
Les tests, un quart du budget informatique des entreprises en 2014
Byod, MDM, App store interne… Windows 10 fait de l’œil aux entreprises
Microsoft dévoile Windows 10, disponible en preview dès le 1er octobre
Coconote, une table tactile pensée pour le travail collaboratif
Cegid diffuse Office 365 auprès de ses clients PME
IBM propose une version cloud de Watson aux entreprises
Jamespot accompagne les clients d’Human Connect vers de nouvelles aventures
Alfresco lève 45 millions de dollars
Munich envisage de revenir sur le déploiement de logiciels Open source
La Chine prépare son OS souverain
Salesforce : forte croissance de l’activité au deuxième trimestre
Infor se lance dans le CRM en mode SaaS en reprenant Saleslogix