En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Local Motors, développeur d'automobiles en open source

La conception d'un 4x4 a été confié à une communauté de passionnés de l’automobile et de la CAO. Pari réussi.

laisser un avis
Jay Rogers lors de la conférence d'ouverture de Solid Edge University 2012.
agrandir la photo
Le 27 juin 2011, Jay Rogers, fondateur de Local Motors, présente au président Barack Obama un drôle de véhicule militaire, le XC2V. Ce véhicule tout-terrain préfigure celui qui remplacera peut-être l’Humvee, dans lequel tant de soldats américains ont trouvé la mort en Irak et en Afghanistan. « Le design de l'Humvee est tout simplement stupide. Le moteur est protégé d’une explosion, mais pas les gens à l’intérieur ! Nous avons conçu le XC2V en quatre mois et demi, dans le but de protéger ses occupants. »
Cette rencontre avec le président des Etats-Unis était certainement une consécration pour cet ancien Marine qui a combattu en Irak. Mais ce n’est qu’une étape dans l’histoire de Local Motors, une start up qui ne vise rien moins que de réinventer l’industrie automobile.
 

Une communauté de 13 000 passionnés

Car si Local Motors, start up aux moyens dérisoires, espère pouvoir faire mieux que le constructeur de l’Humvee, c’est qu’elle peut s’appuyer sur une communauté de passionnés d’automobile, une communauté prête à passer ses nuits à créer le véhicule de leurs rêves. Ce fut le cas du Rally Fighter, un 4x4 ultrasportif conçu pour parcourir les déserts américains. Une voiture conçue de manière collective en cinq fois moins de temps qu’il ne l'aurait fallu à un grand constructeur, aux moyens infiniments supérieurs, comme se plaît à le rappeler Jay Rogers.
Le Rally Fighter, le premier véhicule cocréé sur la plate-forme Local Motors.
agrandir la photo
Le Français Dassault Systèmes a été pendant plusieurs années le sponsor de Local Motors. Le Rally Fighter a été conçu, pièce par pièce, sur son logiciel Solidworks. Une collaboration qui, aujourd’hui, a pris fin, Siemens PLM étant désormais le partenaire de cette communauté unique. Jay Rogers explique son choix : « De nombreux enthousiastes venaient vers nous pour nous dire qu'ils n’avaient pas les moyens de s’offrir ce logiciel. Certains ont même utilisé Google Sketchup… Nous nous sommes donc mis à la recherche d’un outil de CAO qui puisse être utilisé par tous. Notre objectif était qu’il ne coûte pas plus cher qu’une pizza ! » Siemens PLM a répondu à cette attente en proposant une version allégée de son logiciel de CAO Solid Edge : Design1 était né. Cette solution est proposée à la communauté Local Motors à partir de 19,95 dollars par mois.

Une stratégie industrielle en rupture totale avec le fordisme

Le modèle 3D du Rally Fighter.
agrandir la photo
Toutefois, Jay Rogers est le premier à le reconnaître : la Rally Fighter est une voiture dont les technologies datent des années 70. Aucun logiciel embarqué, un chassis tubulaire, une conception qui rappelle plus celle d'une voiture de rallye que celle de véhicules construits en grande série. La raison à cela – et c’est l’autre volet du pari de Local Motors – : révolutionner la production des voitures. Plus question d'usines géantes où sont assemblés des centaines de milliers d’exemplaires à la chaîne. Le modèle défendu par Jay Rogers, c’est la micro-usine, installée au plus près des consommateurs. Un moyen, selon lui, de rétablir la balance des paiements des petit pays tout en créant des emplois industriels dans les pays en voie de développement. Mais, à ce sujet, Local Motors a encore tout à prouver, puisque le constructeur ne peut s’appuyer que sur sa micro-usine de Phoenix en Arizona pour démontrer les vertus de sa vision.

Un modèle économique se met en place

Le projet gagnant du concours Velocity de B'Twin.
agrandir la photo
Outre l’aventure Rally Fighters, Local Motors propose désormais aux industriels d’exploiter sa communauté d’ingénieurs pour crowdsourcer leurs projets et recueillir des idées nouvelles. Ces projets se présentent sous la forme de challenges sur la forge Local Motors. Le Français B’Twin, fabricant d'une marque de vélos bien connue, a récemment fait appel à Local Motors pour créer un nouveau moyen de locomotion, le Velocity. En trois semaines de compétition, 90 designs différents ont été proposés par les membres de la communauté et c’est le Néo-Zélandais John Bukasa qui a remporté ce défi. Son tricycle, désormais en phase de développement, devrait donner le jour à un prototype et, s’il séduit les consommateurs, pourrait bien se retrouver dans nos rues dans les années à venir.
Nouveau challenge : redesigner le Peterbilt 389, le roi des routes américaines.
agrandir la photo
C’est maintenant à une légende de la route que s'attaque la communauté Local Motors. Le constructeur de camion Peterbilt, véritable icône de la route en Amérique, a confié à Local Motors un nouveau challenge : dessiner la cabine de son prochain camion de classe 8, certainement le plus prestigieux. Baptisé RIG 2 (pour Road Icon Generation 2), le projet est doté de 17 500 dollars de prix. Le concours s’achèvera le 26 juin et le lauréat gagnera 10 000 dollars, mais surtout la satisfaction de voir sa modélisation sillonner les routes de tous les Etats-Unis.
Les projets foisonnent : une place de marché permet à chacun de proposer les produits qu’il a conçus et La Forge Local Motors s’est enrichie d’un nouveau service, le Fab Shop. La micro-usine produit à la demande  les pièces proposées par ses membres. Une approche résolument nouvelle de l’industrie.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Paris ouvre un incubateur dédié au tourisme du futur
Wells Fargo lance son accélérateur de startups
01 Replay : Coup de pouce à la startup Price Match
Les business angels Français de plus en plus frileux
Dell coache les startups françaises
Axelle Lemaire fait la promotion du numérique made in France
Axelle Lemaire fait la promotion du numérique made in France
Gaël Duval : « L'écosystème américain est curieux de rencontrer la French Tech »
La French Tech fait son show à New York
Renaud Laplanche (Lending Club) : « Le crowdsourcing va transformer le système bancaire américain »
Allianz propose des cours de «conduite connectée» avec TomTom
Les services achats et juridiques des grandes entreprises freinent le rapprochement avec les startups
Paris, la ville la plus attractive pour les startups ?
Un texte de loi pour insuffler l’esprit startup aux grands comptes
A la découverte du nouveau cockpit virtuel de l’Audi TT (Vidéo)
Orange ouvre aux startups son portefeuille… de clients
InSeam : un boîtier permettant de bien utiliser les fonctions de son smartphone en voiture (Vidéo)
Les 10 innovations lauréates du Forum Netexplo 2014
Test en avant-première du Coyote NAV (Vidéo)