En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Face aux entreprises, Huawei risque de tomber sur un os

laisser un avis
Bien implanté sur le marché des télécoms, le géant chinois Huawei veut désormais capter le marché des entreprises, histoire de se créer un nouveau relais de croissance. C'est une décision tout à fait logique, puisque le constructeur dispose de technologies de pointe dans beaucoup de domaines : réseaux, mobilité, collaboration, terminaux, etc. Il lui suffit de les adapter pour en faire des offres pour les entreprises. Mais ce qui, sur le papier, paraît simple, l'est beaucoup moins dans la réalité. Car le marché opérateurs et le marché entreprises ne fonctionnent pas du tout de la même manière. Dans le premier cas, le nombre de clients potentiels est très limité (quelques centaines dans le monde). Huawei les connaît presque tous de manière directe, ce qui lui permet de réaliser des développements sur mesure de grande qualité.
Au niveau des entreprises, le constructeur chinois est confronté à des centaines de milliers de clients, impossible à traiter en direct. Il est donc en train de se doter d'une force commerciale spécifique ainsi que d'un réseau de distribution. Et il découvre toutes les tracasseries qui s'y rattache : animation de partenaires toujours mécontents, phases avant-vente interminables, clients pinailleurs, spécificités culturelles, etc. Mais la plus grande difficulté pour Huawei sera d'assurer sa présence sur le terrain et sa capacité à communiquer avec ses clients. Quand on discute avec les cadres de cette entreprise, il est frappant de voir à quel point l'information a du mal à circuler. A cause de la langue, bien sûr, mais aussi pour des raisons organisationnelles. Huawei est structurée de manière très hiérarchique, où chacun sait ce qu'il doit savoir, mais sans plus. Autonomie et prise de risque au niveau individuel ne semblent pas réellement faire partie de la culture de l'entreprise. Or, pour pouvoir être réactif et efficace face à cette multitude d'entreprises, ce sont là des valeurs importantes, surtout pendant les phases avant-vente.
Aujourd'hui, les ventes entreprises chez Huawei représentent environ 5 % de son chiffre d'affaire, un taux qu'il souhaite amener à 20 % d'ici à 2015. C'est un objectif très ambitieux, et pour l'atteindre, le constructeur devra modifier sa manière de travailler. Ce ne sera pas facile, mais s'il y arrive, Cisco, HP, IBM et consorts auront du souci à se faire...
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (4/4)
Quand le big data s’invite pendant vos vacances
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (3/4)
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (2/4)
Transformation digitale : Du verre à moitié vide au verre à moitié plein
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (1/4)
Contrefaçon d’articles : la victoire de David contre Goliath
Le renouveau du marketing B2B
La Coupe du Monde n’aura plus lieu
Vers le million et demi de noms de domaine déposés dans les nouvelles extensions
L'audace est une garantie de succès dans la digitalisation d'une entreprise
A quoi sert vraiment un réseau social d’entreprise ?
Réseaux sociaux : remettre de l'humain dans la relation client
L’essentiel du Patch Tuesday de juillet 2014
Une idée simple : pour enseigner l'informatique, il faut des informaticiens
Ceintures de sécurité et crash-test : des modèles pour la sécurité de l’information ?
Une crise qui en cache une autre
Les nouveaux types de failles (et comment essayer de les contrer)
Les agences gouvernementales de sécurité, nécessairement schizophrènes ?
L’assurance santé au défi de la révolution digitale